visites de maisons vertigineuses

15 Mar 2022

LE TOIT DANS L’ŒIL

Prendre des risques, défier le terrain, rechercher le point d’équilibre… Parce qu’une maison n’est pas que quatre murs et un toit, tour d’horizon de ces audacieuses qui n’ont pas la façade frileuse et jouent avec les lois de la gravité.

LA MAISON PERCHÉE – DUNE HOUSE – DANEMARK – VIKTOR SØRLESS STUDIO – En cours de construction

Photos : Renderings by Bloomimages

Que se passe-t-il quand un architecte travaille pour un passionné de cinéma? “La plupart du temps, nos réunions se terminaient par la projection d’un film. Et c’est particulièrement The Ghostwriter, de Polanski, qui a eu de l’effet sur mon client”, explique Viktor Sørless. Car dans ce thriller, la maison, une vaste construction contemporaine, minérale et plutôt austère, plantée sur une plage battue par les conditions hostiles, donne toute l’ambiance. L’idée ici, sur cette langue de terre danoise qui sépare le fjord Ringkøbing de la Mer du Nord, n’est pas de se protéger des éléments, mais de s’y confronter : surélever l’espace de vie crée donc une galerie dans laquelle le vent s’engouffre ; les larges baies vitrées attendent la pluie ; un toit végétal défie le soleil écrasant de l’été ; et les quatre extrémités de la maison, orientées en direction des points cardinaux, permettent à l’ombre et à la lumière de jouer avec ses volumes tout au long de la journée. Seul face à la nature, dans son refuge isolé sur les dunes, l’occupant des lieux devrait donc avoir largement de quoi se faire des films… http://viktorsorless.com

LA MAISON CROISÉE – CASA CRUZADA – ESPAGNE – CLAVEL ARQUITECTOS – 2015

Photos : David Frutos

À l’origine de cette maison croisée, il y a une question de panorama. Dans ces environs de Murcia en pleine urbanisation, il fallait trouver un moyen de conserver la vue sur la Sierra de la Pila et la Valle del Ricote. La solution? Superposer deux blocs de béton de même dimension, comme deux briques de Lego® de même taille qu’on aurait emboitées, et imposer ensuite une rotation de 35° à celui du dessus. De cette manière, le rez-de-chaussée, tourné vers le jardin, peut être vitré dans toute sa longueur sans rien dévoiler de son intimité ; et les pièces du premier étage -les chambres- s’élèvent au-dessus des constructions qui poussent doucement tout autour, pour profiter des paysages, pile dans l’axe de chacune des extrémités du bloc. Ce décalage entre les deux unités produit un porte-à-faux de 10 mètres, qui, en plus de donner à l’ensemble un spectaculaire effet d’équilibre, génère de l’ombre pour le niveau inférieur et les bords de la piscine. Et pour meubler le tout? C’est la croix et la manière! http://clavelarquitectos.com

LES MAISONS INCLINÉES – KUBUSWONINGEN – PAYS-BAS – PIET BLOM – 1984

Photo : Guido Pijper – Rotterdam Partners
Photo : IrisvandenBroek – Rotterdam Partners

On peut le dire, l’architecte néerlandais Piet Blom (1934-1999) avait un penchant pour les couleurs vives et les formes géométriques expressives. D’abord implantées à Helmond, au sud des Pays-Bas, puis dans la partie historique du port de Rotterdam, ses maisons cubes avaient pour premier objectif de minimiser l’emprise sur le terrain : perchées sur des pylônes hexagonaux, elles permettent en effet de laisser la place, au rez-de-chaussée, à des espace publics urbains et des commerces. Pour ce qui est du dessin, l’ensemble est conçu comme une forêt : chacun des 38 cubes est un arbre, dans lequel on entre par le tronc et dont les sommets, en se rejoignant, semblent former une canopée. Agencés sur 100 m2 et trois niveaux, avec leurs murs inclinés à 54,7° très précisément, ils peuvent aussi être reliés pour former des habitations plus grandes. Pour se faire une idée, un cube-témoin est ouvert à la visite, et il est possible de passer la nuit dans un des cubes-studio ou chambre loués par une auberge de jeunesse. Au-delà du coup d’éclat esthétique, du geste architectural, Piet Blom avait surtout l’intention de donner vie à un village au cœur de la ville. Pour lui, l’architecture ne se résumait pas à “créer un endroit pour vivre, mais à créer une société.http://pietblommuseum.nl http://rotterdammakeithappen.nl stayokay.com

LES MAISONS ENCASTRÉES – HABITAT 67 – MONTRÉAL – MOSHE SAFDIE – 1967

Photo : Jon Evans
Photo : Cramer Miau

Moshe Safdie n’a pas 25 ans quand on lui offre de construire son projet dans le cadre de l’exposition universelle de Montréal, dont le logement est l’un des thèmes. Son objectif, sa quête, son idéal ? (L’architecte israélo-canadien est jeune et fougueux !) Solutionner le problème de la concentration et de l’étalement urbain, démontrer qu’un ensemble à haute densité peut être agréable à vivre, qu’on peut cumuler les avantages d’une maison individuelle privée et d’un immeuble collectif. Son projet initial fait 22 étages, il doit abriter des boutiques et une école. Seule une partie habitable de 158 logements -il en prévoyait 1000- sera finalement réalisée, composée de quinze types d’appartements différents, bénéficiant tous de vues sur la ville de Montréal ou sur le Saint-Laurent, et d’au moins une terrasse privée, située sur le toit d’un autre module. Ces modules de béton pré-fabriqués sont d’ailleurs produits dans une usine construite juste à côté du chantier et imbriqués à l’aide d’une grue. Ce projet unique, financé par des fonds publics, ne fera pas d’émules. Trop cher. Imaginé pour proposer des résidences locatives et abordables, il est aujourd’hui devenu un petit nid de luxe, mais il se visite et fait référence dans le monde de l’architecture. http://habitat67.com

LA MAISON PRÊTE À DÉCOLLER – CHEMOSPHÈRE – ETATS-UNIS – JOHN LAUTNER – 1960

Photo : Chris Lott
Photos : Julius Schulman©J. Paul Getty

James Bond, le Dude du Big Lebowski ou les Drôles de Dames de Charlie’s Angels (version 2003) se sont promenés dans une «Lautner House». Et pour cause, les maisons imaginées par cet architecte californien, spectaculaires et inattendues, sont incroyablement cinégéniques. En 1960, un jeune ingénieur aérospatial le sollicite pour construire sa demeure sur les collines d’Hollywood à Los Angeles : un terrain a priori inaccessible, sur une pente à 45°… mais la vue sur la Vallée de San Fernando y est incroyable !
Lautner arpente les lieux pendant des semaines, de jour, de nuit, de haut en bas et de bas en haut, avant de trouver la solution : pas d’excavation, pas de mur de soutènement, la maison sera posée sur une plateforme, au sommet d’un pilier central. Et pour profiter entièrement du panorama à 180°, elle sera octogonale et très largement vitrée. Avec ses allures de soucoupe volante sur le point de s’envoler, de tour de guet qui veille sur la vallée ou d’arbre-maitre sage et éclairé, la Chemosphère -c’est son nom- a en tous cas marqué son époque. Ses lignes inédites et la solution qu’elle apportait au problème de déclivité lui valurent d’être longtemps considérée comme «la maison la plus moderne du monde». http://johnlautner.org

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Quelles clés pour fermer sa société ?

ET 1, ET 2, ET 3… POUR REPARTIR À ZÉRO

PSYCHO : FINIR SUR UN SOURIRE

Un adieu peut-il être joyeux ?

basta cosi !

Basta Cosi, c'est toute la cuisine traditionnelle italienne avec une pointe de modernité, une carte élaborée à partir des meilleurs produits venus directement d'Italie, pâtes fraîches artisanales, charcuterie italienne DOP et IGP, viandes et poissons frais. La pâte à...

DESSERT CRAQUANT

Chic, c’est l’été !

pIS pAUL, bEST OF

STARS AU COMPTOIR

RECETTE D’ÉTÉ

Pour changer des salades…

compléments élémentaires

Si… licium m’était conté

Pin It on Pinterest

Share This