à vous de jouer !

1 Sep 2017

Les gars, l’Etat, même combat ! D’ébats en débats, qu’on y laisse notre cœur ou notre beurre, dans les deux cas, on est baisée ! Alors autant y mettre un peu du nôtre, au moins pour y retrouver nos p’tits…

Et si, pour commencer, on arrêtait de faire l’étoile de mer soumise aux caprices des courants bien pensants / mal faisants, la frustration pour horizon ? Les conteurs ne sont pas les payeurs, notre compte est bon, enfin… non, justement. Car quand l’Etat gère à plein régime, l’étagère se met au régime. Pour les gars, c’est pareil. Si vous ne leur tenez pas la chandelle, pas de septième ciel !

Alors, larguer l’étoile de mer pour hisser les voiles corsaires ? Que diriez-vous d’une croisière moins solitaire, d’une aventure plus solidaire ? A trop attendre des autres, on n’finit pas tendre avec soi-même. Faut que ça bouge ! Se plaindre d’Etat lent, quand on a des talents, c’est gâcher ! De même, pour les dégâts des gars : il suffit parfois de ressortir les talons pour réveiller l’étalon !

Prendre les choses (ou la chose) en main serait donc le secret… Les chercheurs sont formels : croiser les doigts n’a jamais fait grimper les courbes de la réussite. Croiser les bras pas davantage. Et pourtant, changer le monde est à la portée de chacun, même vous, messieurs, sans état dame, un jeu d’enfants ! Pour peu qu’on n’en ait pas égaré l’âme dans une botte de foin.

Mais comme nous ne sommes pas tous égaux au rayon dégaines ultra-gainantes de super héros – putain de mojitos ! – et qu’on est un peu rouillé ces derniers temps question décollage pédestre, même en se concentrant très fort, ride du lion, les bras au ciel, soyons ambitieux, mais réalistes : visons un monde à sauver à notre portée. Pardon? Vous disiez? Notre monde intérieur? Euh… on a dit réaliste. Et pour tout dire, j’imaginais un périmètre plus… exotique : au moins celui de notre quartier, pour terrain d’échauffement.

La règle du jeu : dans un monde devenu virtuel, vous de- vrez vivre un maximum d’échanges réels, sans intermédiaire numérique.
1 échange de sourire avec un inconnu = 1 point. S’il n’est pas spécialement sexy = 2 points. 1 conversation entamée = 2 points (bonus de 3 points si haleine de poney). 1 co- voiturage = 3 points + 2 si c’est une Porsche qui roule au colza. 1 échange de services = 5 points, de ses vices… ça se négocie. 1 jetage de mégot au sol = -1 point. 1 ramassage de canette = 1 point (- 2 si elle est encore vivante). 1 achat dans un commerce local = 2 points, 1 achat à un producteur local = 5 points. Tout recours à internet ou sms pour tisser une relation ou effectuer une transaction engendrera une pénalité de 10 points.

Saurez-vous terminer la semaine avec un compteur positif ? A ce jeu-là, l’Etat, les gars, mêmes qu’on bat !

Lara Ketterer

Lara Ketterer

Lara Ketterer meneuse de revue SURNOM: enfant, c’était Tatouille, en rapport avec mon prénom... PERSONNAGE DE FICTION: depuis toujours : la femme piège, d’Enki Bilal, une reporter mystérieuse et un peu paumée en 2025... OBJET FETICHE: mon téléphone portable, un vrai doudou que je traîne partout ! ADAGE: vivre sans folie, ce n’est pas raisonnable du tout ! JE GARDE: mes yeux et mon esprit rock, toujours provoc ! JE JETTE: mes coups de blues, ça abime les yeux ! DANS 20 ANS ? Adulte ? presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This