choré sur écran

TICS ET TOC

A FORCE D’OBSERVER MES FILLES, J’AI REPÉRÉ CHEZ ELLES LEURS PETITES MANIES, LES GESTES CONVULSIFS ET RÉPÉTITIFS QUE LEUR CORPS SEMBLE NE PAS CONTRÔLER. LA PLUPART DU TEMPS, ILS M’ATTENDRISSENT, MAIS DERNIÈREMENT, ILS SE SONT AGGRAVÉS.

PAR MÉLANIE MARULLAZ
ILLUSTRATION SOPHIE CAQUINEAU

Devant la télé, par exemple, j’aime regarder N°3 qui, quand elle est totalement absorbée par ce qui se passe à l’écran, évacue par le nez émotions et sentiments : comme un lapin, elle le retrousse ou l’agite au rythme des événements. N°2, elle, cachée derrière ses BD, semble d’un calme imperturbable, mais concentre en fait toute son énergie au bout de ses pieds, pliant, dépliant ou écartelant ses orteils avec fébrilité. Quant à N°1, qu’elle soit pendue au téléphone, à son eyeliner ou à son dé à coudre, il y a toujours un moment où ses doigts vont être torturés, sa nuque maltraitée ou sa colonne désarticulée pour déclencher un concert de craquements sonores et perturbants.

MYTHE OU MANIES ?

Mais ces derniers temps, on dirait que leurs manies s’accentuent, se multiplient, voire qu’elles se contaminent les unes les autres. Avant d’aligner les assiettes dans le lave-vaisselle, N°2 se contorsionne à la manière de son aînée comme si ses vertèbres la démangeaient. Quand elle se lisse les cheveux, N°1 roule des yeux, fronce le nez et tire la langue, dans un enchaînement de grimaces saccadé. Et N°3 ne balade plus sa culotte –oui, depuis 3 mois, il est presque impossible de lui faire enfiler quel qu’autre habit que ce soit– sans tortiller étrangement des fesses, se mettre en pause tous les trois pas pour entrechoquer ses poignets et, simultanément, donner l’impression de gober des mouches.

GÊNE ET TICS

Dans le contexte anxiogène ambiant, je me mets à imaginer le pire : une épidémie familiale de Syndrôme de la Tourette ? Les conséquences dévastatrices d’une parentalité castratrice ? Les effets, sur leurs neurones, des ondes de l’antenne 4G qui a récemment poussé au fond du verger ? Un soir, le hasard me donne l’opportunité d’éclaircir ce mystère épais. A l’occasion d’un rare câlin collectif dans le grand lit parental, entre papouilles et chatouilles, N°3 exécute une sorte de macarena en accéléré, avec force coups d’épaules et yeux riboulés. “Mais qu’est-ce que c’est que ça P’tit Bidou? Je vous vois toutes, là, en ce moment, on dirait que vous êtes devenues des tics ambulants !
Mais non, Maman, c’est TikTok, Maman !
C’est bien ce que je te dis, des tics, peut-être même des TOC, oui, mais ça doit pouvoir se soigner, je vais…
Ma-man… Interrompt N°1, en me collant son smartphone sous le tarin, c’est sur les réseaux. On fait des vidéos, des mini-chorégraphies. Quand tu nous vois, c’est juste qu’on les répète, quoi… Même Manu, il connaît.
Votre père ???
Non, Macron, mais il est trop malaisant !
Macron, il fait des mini-chorégraphies ?
Laisse tomber… mais ne t’inquiète pas, nous on ne les publie pas. Et puis de toute façon, c’est comme le parme, les grosses sneakers ou les filtres Insta : si tu commences à t’y intéresser, c’est que c’est en train de passer ! Allez, continue plutôt à papouiller !”

+ d’infos : http://www.mavraieviedemaf.wordpress.com

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

en chantier : Poisy

Poisy en plein boom !

Escapade en Bourgogne

un chateau de prince sarment

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This