Annecy vs Lausanne projo

VILLE SUR UN FIL

ÉPANOUIES, PROSPÈRES, BIEN DANS LEUR EAU, LAUSANNE ET ANNECY N’EN SONT PAS MOINS SUR UNE CORDE QUI SE RAIDIT : EMBALLEMENT DÉMOGRAPHIQUE, PÉNURIE DE LOGEMENTS, DÉPLACEMENTS EN FLUX TENDUS… CERTES UNE QUALITÉ DE VIE QUI FAIT LEUR RENOMMÉE, MAIS POUR LA PRÉSERVER, ENCORE FAUT-IL LANCER LES BONS PROJETS…

PDCom (Plan Directeur Communal) et PGA (Plan Général d’Affectation) d’un côté, PLUI (Plan Local d’Urbanisme Interurbain) et PDU (Plan de Déplacements Urbains) de l’autre, avec un chapelet d’acronymes et une valse de plans, Lausanne et Annecy ont mis sur papier leurs bonnes intentions. Elles visent 2030 avec force grues et marteaux-piqueurs, parcs paysagers et jardins en fleurs.
L’Avant Scène (aux Trésums), Toriolets (à Meythet), Les Aquarelles (sur Annecy-le-Vieux) et dans la lignée des Passerelles (à Cran-Gevrier), les éco-quartiers de Pré Billy (à Pringy) et de Vallin Fier… dans tous les coins de son enveloppe urbaine, la commune nouvelle d’Annecy se remplume. “Le virage de la fusion des communes a été pris pour anticiper l’avenir”, commente Arnaud Dutheil, du CAUE 74. “On ne pouvait plus penser l’urbanisme à petite échelle, il fallait prendre acte de la croissance de la ville. Elle se caractérise par sa densité. L’enjeu, aujourd’hui, c’est donc de réussir cette densité. Annecy ne sera jamais Strasbourg. Ici, les gens qui travaillent dans l’industrie habitent à 100 m d’une vache. Comment donc faire de cette «peau de léopard» une forme de vie qui préserve l’accès à la nature et à l’agriculture en 15 minutes, tout en accédant aux services rapi- dement ? Par rapport à des villes qui ont une tradition urbaine plus ancrée, il nous faut développer une pensée originale, inventer une culture de ville qui nous soit propre.” Ouvrons le champ des possibles…

 

Projet de la Plaine du Loup à Lausanne © Meier + associés architectes

MORCEAUX CHOISIS

La capitale vaudoise, elle aussi, est dans les starting-blocks. Elle se dit en mesure d’accueillir, d’ici 10 ans, 30000 habitants de plus, en développant des sites stratégiques bien desservis, tout en préservant le patrimoine bâti et naturel. L’augmentation de la nature en ville, pour s’adapter au contexte climatique, est d’ailleurs un des axes importants de cette planification : à chaque développement urbain son nouveau parc. C’est déjà le cas aux Plaines-du-Loup, un des deux éco-quartiers -avec celui des Prés-de-Vidy- de «Métamorphose». Ce projet, qui porte bien son nom, englobe également l’implantation ou la rénovation d’infrastructures sportives et le tracé d’une nouvelle ligne de métro, la M3. La construction de ces véritables «morceaux de villes», dans les cartons de la municipalité depuis 2007, est aujourd’hui tangible pour les habitants : à Malley, la patinoire et le centre aquatique ont été inaugurés récemment, le stade de foot de la Tuilière et ses 12000 places le seront en juin, et les premiers habitants des Plaines-du-Loup pourront emménager d’ici 2021. Un premier tronçon du métro, lui, devrait relier les gares CFF et Flon en 2027, avant de filer vers le Nord-Ouest.

TUNNELS DE FORÇAGE ?

Sur le Pâquier dans la préfecture haut-savoyarde, pas de station de métro en prévision. Mais la mobilité est également l’un des nœuds gordiens -sans solution unanimement satisfaisante ou presque- qu’Annecy devra trancher. Et pour l’heure, son cœur balance : deux lignes de tram, qui relieraient les Glaisins à Epagny et Cap Périaz à l’hôpital ? Un Bus à Haut Niveau de service (BHNS) sur la rive ouest du lac? Et le tunnel sous le Semnoz, on en parle? ou pas… Comme l’Affaire Dreyfus en son temps, ou la chloroquine plus récemment, le débat est sanglant.
A Lausanne, on parle tunnel aussi, mais à propos de la rénovation de la place du même nom et de sa voisine la Riponne. Emblématique -la Riponne est la plus grande place du centre-ville- mais pas très esthétique, lieu de rencontre des marginaux, trop minérale et même pas plate, elle est considérée comme un échec urbanistique dont le visage devrait changer d’ici 2024-2026.
Dernier point commun à nos deux cités : qu’on ait l’accent suisse ou savoyard, centre de congrès rime avec épine dans le pied. Beaulieu, à Lausanne, est engagé dans un proces- sus de rénovation depuis 2000. Après l’ouverture de la Haute Ecole de Santé dans l’aile ouest en 2018, la restauration totale du théâtre et l’installation du Tribunal Arbitral du Sport dans l’aile Sud, les travaux des 17000 m2 de plancher des halles nord devraient débuter en 2025 pour les transformer en… Personne ne le sait encore. On ne sait pas plus, d’ailleurs, où se fera le centre de congrès d’Annecy, depuis que l’abandon du site d’Albigny. On ne peut pas être les premiers partout…

Photo : Projet Pré Billy à Pringy – Annecy ©Teractem

 

[social_warfare]
Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

design: AJD création

Un ébéniste qui fait vœu de tout bois…

visite : maison bourgeoise à Sainte-Foy

300m2 et 6 mois de travaux. A vos marques !

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

design: aprèski homestyle

QUAND LA GLISSE PREND SES QUARTIERS EN PLEIN MILIEU DU SALON, C’EST TOUT SCHUSS ET À FOISON !

design: AJD création

Un ébéniste qui fait vœu de tout bois…

visite : maison bourgeoise à Sainte-Foy

300m2 et 6 mois de travaux. A vos marques !

visite de maison à Fourvière

Rénovations à la chêne…

Villa Haussmannienne proche de Lyon

Visite d’une bâtisse haussmannienne de 700 m², restée intact depuis… 150 ans !

Les flops du design

L’erreur fait horreur, mais à la Cité du Design de St Etienne, c’est pourtant aux flops qu’on rend hommage.

design: sophie duflos & christian arnal

Un duo qui rend image aux meubles anciens…

dessert automnal

trifle au raisin

Pin It on Pinterest

Share This