passe au vibiomasseur…

passe au vibiomasseur…

pollutions nocturnes

EN JANVIER 2019, LE LANCEMENT À NEW YORK, DU PREMIER VIBROMASSEUR BIODÉGRADABLE, GAIA ECO, A SUSCITÉ DE VÉRITABLES SCÈNES D’HYSTÉRIE CHEZ LES CONSOMMATEURS, ENTRAÎNANT UNE RUPTURE DE STOCK EN QUELQUES JOURS. LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE GAGNERAIT-ELLE ENFIN L’UNIVERS DU SEXE ? LOUABLE INTENTION CAR, SI L’ACTIVITÉ SEXUELLE EST, EN SOI, ON NE PEUT PLUS NATURELLE ET ÉCOLO-COMPATIBLE, SES À-CÔTÉS LE SONT BEAUCOUP MOINS.

Le plastique n’est pas fantastique… 4 milliards de capotes suremballées, non biodégradables, finissant en pleine nature ou aufond des mers, avalées par Flipper le dauphin, sextoys et lubrifiants issus de l’industrie pétrochimique, revues érotiques non recyclées, rencards en 4×4 ou en avion, connexions interminables sur Tinder… L’empreinte carbone des vidéos porno regardées en streaming a même été évaluée à 82 millions de tonnes de CO2 par an. Et que dire des impacts sur votre santé ! En lutinant votre dulcinée, vous pensez naïvement échanger quelques fluides inoffensifs, en réalité, vous vous refilez des phtalates, du parabène et autres perturbateurs endocriniens. Merci pour le cadeau empoisonné ! Vous vous imaginiez en défenseur de la sperma-culture, vous vous retrouvez en promoteur du glyphosate. Votre bonne conscience verte en prend un coup. Un véritable Cécile Du-Flop. Alors, comment devenir écolo jusqu’au bout de la couette ? Puisqu’on recycle déjà les déchets, qu’on économise l’eau, pourquoi ne pas tenter de baiser bio ?

CLASSE VERTE

Hélas, concilier santé, sexe et écologie, n’est pas si simple ! Utiliser un concombre comme sextoy, par exemple, est dangereux et ne compte pas dans vos 5 fruits et légumes quotidiens. D’autre part, si vous annoncez à votre chérie que vous allez prendre une gourde au lieu de boire dans une bouteille plastique, elle risque de mal interpréter cette initiative.
Trois pistes sont cependant possibles pour jaillir comme un Jadot et atteindre un orgasme Greta-compatible. Les plus radicaux peuvent d’abord suivre les délires mystiques de la prêtresse de l’éco-sexe, Annie Sprinkle, qui préconise le sexe en pleine nature pour «faire l’amour avec la Terre». La-bourrer en profondeur, caresser les mottes, biner avec application la mousse pour faire monter la sève, voilà d’agréables séances de naturbation en perspective! Pour les mélomanes nostalgiques, ensuite, pourquoi ne pas vous cacher dans un grand champ de blé sur l’auto-rut des vacances, sortir votre archet et jouer une fugue, hein ? Ou aller l’attendre sur la colline avec un petit bouquet d’églantines pour effectuer quelques mouvements de «dassin» au son du bande-Joe ?

CONCOURS LÉ-PINE

Enfin, dernière solution, si la fourmication en pleine nature ne vous branche pas trop, par peur des petites bêtes, il existe quelques accessoires et produits capables de faire de vous le Noël Mamère du plumard. Lubrifiants bio, ou végans, voire comestibles, à base d’eau ou de lait de coco, préservatifs en latex naturel, toutes les marques commencent à se lancer dans ce juteux business. On trouve même des sextoys en bois. Garantis sans échardes, ils peuvent donner l’impression, aux fans de Disney, de ken avec Pinocchio, certes, mais si vous imaginez qu’il ment beaucoup, la sensation pourrait devenir agréable. Attention quand même à ne pas oublier les bases du sexe eco-friendly : ne laissez pas couler l’eau pendant les ébats sous la douche, et si vous osez prendre Joséphine à l’arrière des berlines, coupez le moteur ! Autant d’innovations qui devraient se généraliser dans les années qui viennent et nous permettre de pousser notre brame tout en luttant contre «l’effet de cerf».

© somartin

le kâma-sûtra ? sans moi

le kâma-sûtra ? sans moi

position démissionnaire

C’EST UN VÉRITABLE MYTHE QUI, 1500 ANS APRÈS SA RÉDACTION EN INDE, CONTINUE À FAIRE FANTASMER LES AMANTS DU MONDE ENTIER ! SANS DOUTE L’OUVRAGE LE PLUS CÉLÈBRE DE L’HISTOIRE, AVEC LE PETIT LIVRE ROUGE DE MAO ET LA BIBLE. MAIS SI CETTE DERNIÈRE NOUS APPREND, ELLE AUSSI, À NOUS AIMER LES UNS LES AUTRES, LE KÂMA-SÛTRA, LUI, EST BEAUCOUP PLUS CONCRET AVEC SES 64 MÉTHODES POUR S’EMBOÎTER PLUS FACILEMENT QU’UN MEUBLE IKEA ET AINSI MENER LES PARTENAIRES AU 7E CIEL.

Pourtant, ne serait-il pas temps de jeter aux oubliettes une fois pour toutes ce Tétris de la galipette infaisable, inadaptée à nos corps d’Occidentaux plus proches du joueur de pétanque que du yogi du Pendja ?

GUERRE DE POSITIONS

D’ailleurs, tous les sondages le montrent, sur ces 64 positions, seules trois sont pratiquées régulièrement par les Français : la levrette, le missionnaire, et l’Andromaque. Encastrement dessus, encastrement dessous, encastrement derrière. Waouhhh quelle originalité ! Bâillements garantis avec des scenarios aussi répétitifs! Pourquoi seulement ces trois-là? Mais parce qu’on n’a pas le choix! Le reste du Kâma-Sûtra est en effet réservé aux as du contorsionnisme ou à des athlètes olympiques! Nous autres, sportifs du dimanche, risquons gros à tenter la copulation à l’indienne, surtout à froid, sans échauffement. Vous, fan de foot, l’Olivier Giroud du Bultex, vous Bombay le torse en exhibant votre barre transversale, et lancez «on se fait le petit pont, dis, chérie ?». Eh bien, c’est lumbago assuré ! Jardinier écolo, fidèle de «Silence ça pousse», vous tentez la brouette thaïlandaise ? Chute et points de kama-sutures garantis! Et si votre dulcinée vous suggère de jouer au «cerf en rut», ne succombez pas à son regard de bitch, c’est un vrai triquenard. Impossible de tenir la posture !
Avez-vous réellement envie d’aller encombrer les urgences un samedi soir et de gâcher le week-end de madame Buzyn, parce que vous êtes coincé dans une fâcheuse situation, ou pire, parce que vous souffrez d’une fracture du pénis ? Là, à l’instant où vous lisez ces lignes, vous sentez un frisson parcourir votre dos. Quant aux autres positions, si elles semblent moins dangereuses, elles n’en sont pas moins compliquées à réaliser. Nécessitant presque une panoplie d’ingénieur pour mesurer les angles, ou calculer le coefficient de pénétration. Du coup, au lieu de passer la nuit avec un plan Q sans prise de tête, vous filez tout droit vers un plan tête sans prise de Q. Vous commencez la soirée en Rocco Siffredi, vous la finissez en Cédric Villani. Echec et maths !

REFUSEZ DE PRENDRE POSITION !

Le Kâma-Sûtra est en fait une im-posture, qui continue, étrangement, à nous émoustiller. Les versions modernisées pullulent, pour les lesbiennes, les gays, les débutants, les nuls, pour les opérés de la hanche, les lombalgiques, les vegans, et bientôt sans doute, pour les unijambistes et les manchots. Chaque année, même topo, la presse nous ressort les 20 positions les plus difficiles, les 50 plus insolites, les 100 plus ceci ou cela. Qui dit mieux ? Un marketing bien rodé, mais qui ne change pas le fond du problème. Le sexe à la sauce indienne, c’est la pénétration et basta. Ça manque un peu de piquant non ? Pourtant, il y aurait tandoorizons à explorer. Jeux de langues, de doigts, de mains, les objets, les caresses… Sans oublier, en plus, la pression de la performance suscitée par ce catalogue de contorsions physiques. “T’as 50 ans et tu ne sais toujours pas faire le tourniquet vietnamien ni la charrue bolivienne ? Non mais, allô quoi ! T’es trop nul ! Je retourne sur Tinder”. N’ayez pas peur du Gandhi ra-t-on, oubliez donc ce vieux grimoire poussiéreux, votre Brahma-poutre n’en a pas besoin pour s’exprimer. Car le sexe est, à la différence du curling, une activité accessible à tous. Pas besoin de posséder un Master en Kâma-Sûtra. Il suffit juste d’un peu d’imagination. Pour avoir l’étoffe des Eros.

question de bon sens

question de bon sens

l’être et le séant

HIT INCONTOURNABLE DU KAMASUTRA, LA LEVRETTE EST PLÉBISCITÉE PAR PLUS D’UN TIERS DES MÂLES FRANÇAIS, UN PEU MOINS PAR LA GENTE FÉMININE, QUI STIGMATISE PARFOIS SON CÔTÉ TROP BRUTAL ET ANIMAL. A UNE ÉPOQUE OÙ LA SEXUALITÉ EST DE PLUS EN PLUS POLITISÉE, LA LEVRETTE, INCARNATION DE LA DOMINATION MASCULINE ET DONC DE L’INÉGALITÉ, NE POURRAIT-ELLE PAS DEVENIR LA VICTIME COLLATÉRALE DES MOUVEMENTS #METOO ET #BALANCETONPORC ? C’EST OUBLIER UN PEU VITE QUE CETTE POSITION EST TRUFFÉE D’AVANTAGES, POUR LES HOMMES COMME POUR LES FEMMES.

A première vue, le nom de cette fameuse position n’est pas hyper glam, puisqu’il évoque une chienne, la femelle du lévrier, dont les pattes de devant sont plus courtes que celles de derrière. Même image outre-Manche, avec le « doggy style » des Anglais, tandis que les Italiens s’y adonnent « alla pecorina », comme une brebis. Bref, une odeur de bestiaire qui fleure bon les cavernes et la Guerre du Feu. Pour la poésie et le raffinement, on repassera ! Imaginerait-on, par exemple, dans le film « Vacances Romaines », Cary Grant proposer à Audrey Hepburn, après une balade en Vespa, d’aller jouer à la brebis ? Mêêêêê non ! En revanche, on la conçoit beaucoup mieux pratiquée par un Jean Yanne ou un Jean-Pierre Marielle, dans leurs multiples rôles de machos sexistes et bas de plafond. Cette position a en effet un côté avilissant et humiliant, qui déplaît précisément à certaines femmes. Surtout si leur Jules, confortablement campé derrière la ligne Maginot, pilonne à tout-va, les retourne comme une crêpe brutalement, leur enfonce la tête dans l’oreiller, ou, pire, essaie d’ouvrir avec sa pince-monseigneur toutes les portes du sous-tes-reins sans autorisation.

SÉPARONS LEVRETTE DU FAUX !

Mais la levrette n’est humiliante que si on la rend humiliante ! Les violents coups de boutoirs, les bifles, claques sur le postérieur et tirages de cheveux ne sont nullement obligatoires. Si vous préférez la lenteur et la sensualité, fixez le tempo ! Inutile de se précipiter dans le cœur du sujet. Vous avez le droit de profiter de la vue panoramique sur le Sacré Cœur et le dôme des Invalides. Attention, contrairement aux apparences, la levrette n’est pas faite pour les flemmasses. Laissez vos mains se balader ! Pile, face… et vous, Madame, n’espérez pas lire l’anthologie des « coins G » d’Activmag ou mater l’intégrale de Game Of Thrones pendant que Loulou s’échine. Votre  participation est recommandée, remuez un peu votre boule pour varier les angles ou utilisez vos mains pour atteindre des zones sensibles en dessous de la mécanique. La position est idéale pour lâcher prise, car elle libère du regard de l’autre. Du coup, les complexes s’évanouissent ! Votre postérieur est un peu mollasson ? Le doggy style vous rendra callipyge plus facilement que de longues séances d’abdos fessiers ! La levrette, c’est chouette non ? En fait, aucune pratique sexuelle n’est contraire au féminisme, si elle se réalise dans le cadre d’un consentement éclairé et avec respect. Dans ces conditions, cette position du Kamasutra reste une valeur sûre, qui ne saurait finir en doggy blague ! D’ailleurs, Saint-Exupéry écrivait : « L’amour, c’est regarder ensemble dans la même direction ». N’est-ce pas le principe même de la levrette ? 

faut-il avouer ses fantasmes ?

faut-il avouer ses fantasmes ?

Fant’asthme du sexe sous ventoline

La nuit dernière, madame,
 vous avez visualisé votre voisin de palier pendant un torride missionnaire avec votre conjoint, et vous, monsieur, vous vous êtes imaginé à la place 
de Vincent Gallo, lorsque Chloë Sevigny lui prodigue une longue gâterie dans une fameuse scène du film Brown Bunny. Bref, comme les 3⁄4 de la population, vous avez des fantasmes qui viennent titiller votre esprit, un peu comme des pop-ups incrustés
 sur l’écran de votre ordinateur et impossibles à refermer.

Des fenêtres excitantes qui boostent, certes, votre vie sexuelle, mais qui peuvent aussi la menacer car elles sont parfois compliquées à gérer. Faut-il avouer tous ses fantasmes? Doit-on nécessairement passer à l’acte?

LES COCHONS SONT EN FAIT DES MOUTONS

La plupart des enquêtes le montrent, les fantasmes les plus courants des hommes et des femmes, tout excitants qu’ils soient, tournent toujours, à quelques nuances près, autour des mêmes situations. Du basique, battu et rebattu, sucé et resucé. Au hot-parade de l’imaginaire érotique, l’amour dans un lieu public ou exotique reste une valeur sûre. Puis le triolisme (du classique FFH aux configurations plus baroques), voire l’orgie, si vous avez de l’ambition ou par goût des sports extrêmes. Enfin, pêle-mêle sur le podium, le SM soft, le voyeurisme, les jeux de rôles, la sex-tape (planquez la vidéo en lieu sûr!), le one-shot avec un inconnu (plombier, pompier, livreur de pizzas, au choix). Combinaison possible de plusieurs éléments, du style SM avec le plombier pendant que votre mari filme… Inutile de développer, vous avez compris le principe. En fait, du soft au trash, faire preuve de créativité est plutôt facile, si on arrive à laisser de côté toute culpabilité ou honte.

REPRODUCTION INTERDITE

Mais passer aux travaux pratiques, comme 40% des hommes et 35% des femmes, est une autre paire de manches! Et ce n’est pas forcément une bonne idée. Car une fois réalisé, le fantasme perd de sa saveur. La déception guette. Le carrosse devient citrouille, et il va falloir trouver autre chose pour stimuler votre relation avec Cendrillon. D’autre part, techniquement, un passage à l’acte peut s’avérer complexe… 

Vous rêvez de lutiner Josette dans une cabine d’essayage ? Oubliez le jour des soldes! Vous rêvez de sexe sur la plage? Un grain de sable peut ruiner vos ambitions. Vous ambitionnez un trio? Ne choisissez pas votre meilleur pote et répartissez les rôles avec précision si vous voulez éviter un clash! Ne parlons pas des fantasmes relevant de la violence ou de la perversion, qu’il vaut mieux ne pas concrétiser. Et d’une manière générale, si votre partenaire n’est pas chaud, lâchez l’affaire.

JOUEZ PLUTÔT À CON-FESSE

En fait, comme l’a dit Andy Warhol, «ne pas passer à l’acte est très excitant.» Il est en réalité très émoustillant de les utiliser comme des jeux amoureux. En développant votre scénario par sms durant la journée, en murmurant quelques allusions suggestives dans le creux de l’oreille, ou en racontant un rêve érotique par exemple.

Vous craignez que votre image de petite licorne à paillettes en prenne un coup? Vous appréhendez de passer pour un pervers? Alors évitez de balancer vos envies à froid, pendant vos courses, ou en déposant le petit à l’école. Préférez le feu de l’action, pendant que les esprits et les corps s’échauffent. Et si vous avez raté le coche, laissez traîner négligemment sur la table du salon une nouvelle érotique qui vous a plu, évoquez un film… Soyez subtil(e), et allez-y en douceur !

Le fantasme est une formidable bouffée d’air frais pour faire respirer une sexualité au bord de l’asphyxie. Attention cependant, un petit vent de folie peut aussi déboucher sur une tempête dévastatrice. Inutile donc de tout déballer si vous pensez que cela pourrait altérer votre relation. Et évidemment, si vos désirs relèvent de l’illégalité ou de la morale répréhensible, filez fissa chez le psy.

© pha88

pipe pipe houra !

pipe pipe houra !

nom d’une pipe !

AUTREFOIS CONSIDÉRÉE COMME UNE PRATIQUE DÉVIANTE ET RÉSERVÉE À LA PROSTITUTION, LA FELLATION SEMBLE ÊTRE DEVENUE, DEPUIS LES ANNÉES 1990, L’AMUSE-BOUCHE INDISPENSABLE POUR UN KÂMA-SÛTRA DOMESTIQUE RÉUSSI. MÊME PAS BESOIN DE TRAVERSER LA RUE POUR TROUVER UN BLOW JOB ! IL SUFFIT D’AVOIR L’AVAL DE SA CHÉRIE. MAIS POUR SE FAIRE MOUSSER À L’ORAL, QUELQUES RÈGLES S’IMPOSENT.

L’Histoire regorge de pipe shows croustillants. La plus célèbre gâterie est sans doute celle qui aurait, selon la légende, coûté la vie au président de la République Félix Faure en 1899. Ou encore celle qui faillit être fatale, un siècle plus tard, à Bill Clinton…

RÉCEPTION EN GRANDE POMPE

Il passa en effet, de peu, entre les gouttes d’une destitution pour avoir invité sa secrétaire Monika Lewinsky à jouer de la flûte sous son bureau «avale». La Maison Blanche portait bien son nom! Aujourd’hui, on ne ferait plus des gorges chaudes de ces affaires. Car l’art buccal s’est banalisé. Les livres, les films, les chansons, le mettent régulièrement sous les feux de la «hampe». Qu’elle est loin l’époque où France Gall faisait jaillir le tube de Serge Gainsbourg, «les sucettes»! Aujourd’hui, 90% des trentenaires seraient des pratiquants plus ou moins réguliers.

TURLUTTE FINALE

Les jeunes hommes, biberonnés au cyberporn, auraient même tendance à l’exiger systématiquement, comme si elle coulait de source. Grave erreur! Car la pipe n’est pas un droit de l’homme. Si la majorité des femmes s’y prête de bonne grâce, par générosité, pour ne pas laisser Popaul en cale sèche, certaines réussissant même à érotiser la situation, une minorité aspire néanmoins à autre chose, soit parce qu’elle n’aime pas boire à la bouteille, soit parce que la posture -à genoux devant le candélabre- est jugée avilissante. Face à un refus, le respect s’impose. D’ailleurs, les obsédés du pompier ne devraient pas oublier que, dans l’affaire, c’est la femme qui a le pouvoir. Vous en doutez? Alors imaginez juste votre cylindre entre les canines acérées de votre dulcinée, capables de sectionner n’importe quelle durite et de couper l’arrivée du liquide de refroidissement… A ce moment-là, mesdames, profitez-en pour négocier tout ce que vous voulez! Fort heureusement, la fellation n’est pas qu’une question de rapport de force ou de corvée. Elle doit être avant tout un plaisir partagé.

LA PIPE, C’EST CHIC !

Ce qui signifie que l’homme, contrairement à une idée reçue, ne peut pas rester inactif, le pantalon aux chevilles ou en étoile de mer sur la couette. Cela ne serait guère enthousiasmant pour la partenaire! Qu’il n’hésite pas au contraire à exprimer son désir et sa satisfaction ! Rien de pire que des convives impassibles devant un sublime gratin ou un grand cru classé. Mains attachées? Yeux bandés? Avec les dents? Combo recto- verso avec baloches incluses? Plus vite? Plus lent ? Changement de formule car Chouchou a les maxillaires en souffrance ? Tout est possible, à condition de communiquer, de guider l’autre par les mots ou des gestes! La politesse vous amènera aussi à ne pas appuyer sur sa tête sans permission (on n’est pas chez Rocco !), à ne pas lâcher le bouquet final sans prévenir, surtout si vous ignorez le profil de votre partenaire, réticent ou glouton. Et n’oubliez pas de témoigner votre gratitude, si vous avez l’intention que l’expérience se renouvèle! Bref, même dans ce domaine, loin de toute passivité, l’homme ne peut se décharger… de sa responsabilité!

fâchons-nous pour mieux nous câliner…

fâchons-nous pour mieux nous câliner…

baisons futés !

Les sujets de dispute dans le couple ne manquent pas. Votre club de foot favori, l’OM, a encore perdu, et belle-maman débarque ce week-end sans prévenir… La moutarde vous monte au nez, vous dijon-ctez l’un et l’autre. Des noms d’oiseau pas très chouettes s’échangent. Et finalement, vous finissez par vous réconcilier avec une séance de sexe encore plus torride que d’habitude. De la science-friction pour comédies romantiques ? Pas forcément !

Car la réconciliation sur l’oreiller n’existe pas que dans les livres ou les films. Faire l’amour pour éviter ou résoudre un conflit est une réalité depuis la nuit des temps ! Jules César lui-même n’hésitait pas à payer de sa personne dans le plumard des rois comme des reines pour négocier des accords.

ENFILE INDIENNE

Le sexe post-engueulade est ainsi une vieille ficelle dont Charles Aznavour décrit parfaitement le mécanisme dans «Tu nages en plein délire». Au départ, les carottes sont cuites entre vous, et d’un seul coup, du sexe cru fait retomber la vapeur. Paradoxal ? Pas tant que ça. Ce transfert d’excitation s’expliquerait par des facteurs neurobiologiques, hormonaux et psychologiques, comme si la peur de la rupture, la mise en danger de la relation amplifiaient votre moteur érotique.

Les ébats qui suivent la querelle sont souvent plus passionnés. Le rythme cardiaque s’accélère, l’adrénaline déborde. Vêtements arrachés, gestes brusques, une furieuse envie de chevauchée fantastique et de rodéo endiablé sur la terre promise. Point de préliminaires, «l’arrière-train» est immédiatement en action pour un sensuel règlement de compte à OK «Corail». N’hésitez donc pas à sortir votre calumet si vous voulez enterrer la hache de guerre et vous offrir une thérapie de crouple àpach’er. Mais sexe bestial ne veut pas dire violence. Ne squaw pas trop fort votre Pocahontas, ne la traitez pas de ch(e)yenne, et ne la prenez pas à re-bruce lit sans sa spermission. Bref, ne faites pas le truc tepeeque des gonzes manquant d’éducation.

NE PAS PENSER CO-MANCHE !

Car s’accou-plaid sous la couette après une prise de bec est une perspective alléchante, mais dans laquelle les hommes tirent trop la couverture à eux. Point de caresses, mais du brutal, du plaisir égoïste. Notre Lucky Luke de la culbute, capable de faire rimer en un éclair lancer d’assiettes et levrette, joue de fait un peu perso. Pas étonnant que ce mode de résolution des conflits soit privilégié par la gente masculine. Mais les femmes trouvent-elles leur compte dans ce one-man-show sexuel ?

Selon une étude récente, sans rejeter complètement l’option «partie de traversin», elles préfèrent obtenir des excuses, du temps passé ensemble, voire des larmes. Sans dialogue en effet, les plaies profondes du couple ne peuvent être pansées par du sexe sparadrap, surtout si la relation est au bout du rouleau. Recoller les morceaux en s’inspirant de l’amant de lady Chatterton est illusoire, vos coups de reins ne suffiront pas à désamorcer la bombe des non-dits. Même si cette stratégie fonctionne chez les Bonobos, où les tensions du groupe s’apaisent systématiquement par des emboîtements de croupes, mettez-la en branle avec parcimonie. Comme dirait Jules, pas le vôtre, mais le César «rom’-antique» qui s’y connaissait en gauloiserie, «usus, fructus, non abusus !»

© oneinchpunch

Pin It on Pinterest