Comme une bouteille à la mer…

9 Déc 2018

comme une bouteille à la mer…

Du vin en sous-marin ? Bacchus et Archimède font-ils donc bon ménage ? Verdict après une plongée en eau douce de plusieurs centaines de bouteilles, une expérience œnologique unique…

En moins de deux ans, l’immersion des bouteilles dans le lac d’Annecy est devenue une manifestation attendue par de nombreux amateurs de vins (mais pas que), de toute l’agglomération annécienne et au-delà, jusqu’à Genève. Cette immersion aiguise la curiosité de toutes les personnes, qu’elles soient venues au port de Sevrier voir les plongeurs de la «Coulée Douce» descendre les bouteilles ou qu’elles en aient pris connaissance par médias interposés. Quasiment pas une semaine sans que l’on me pose des questions dont je peux résumer la plus courante ainsi : «alors, qu’est-ce que ça a donné ?».

La 3ème édition de l’immersion de bouteilles de vin dans le lac d’Annecy a eu lieu le samedi 17 juin 2017. Quelque 300 bouteilles de vin blanc et rouge de différents vignobles français et étrangers vont reposer pendant un an, dans une eau pure et fraîche par 22 mètres de profondeur. Ce même jour était organisé une grande dégustation comparative entre les vins immergés en juin 2016 qui avaient été remontés quelques jours auparavant et ceux conservés en cave. Comme l’an passé, ce fut une surprise pour les uns, une confirmation pour les autres. Les vins du lac ont grandement profité de leur séjour à une température comprise entre 5 et 8°C, en absence d’oxygène. Ils ont gardé ou plutôt retrouvé leurs arômes fruités et floraux de jeunesse, tout en gagnant en opulence et en suavité. Les vins blancs explosent littéralement en bouche, quant aux vins rouges, ils montrent une bouche charnue et tendre à la fois avec un grain de tanins des plus délicats. Et pour couronner le tout, de longues finales rafraîchissantes. En résumé, des vins droits, précis, frais, riches, au toucher soyeux, très différents des vins conservés en cave qui n’en restent pas moins des vins attachants.

En 2016, les vins furent vendus aux enchères par lots de deux (une bouteille du lac, une bouteille de la cave) dont les bénéfices ont été versés à l’association de solidarité internationale «Hydraulique Sans Frontières». HSF soutient des projets de développement rural engagés par des partenaires des pays du Sud, qui nécessitent un appui technique dans le domaine des aménagements hydrauliques afin qu’ils puissent subvenir aux besoins fondamentaux des habitants.

Cette année pas de vente aux enchères (les vins sont disponibles chez Wine & Vin Shop à Sevrier), mais de la même façon, un chèque sera remis d’ici quelques mois à une ou plusieurs associations qui fournissent une assistance humanitaire ou qui travaillent pour la protection animale ou de l’environnement.

Serge Alexandre

Serge Alexandre

Chroniqueur oenologue
SURNOM : Le gaulois (quelquefois) PERSONNAGE DE FICTION : Gogol d'Algol, le chat télépathe OBJET FETICHE : strictement aucun, à part un tire-bouchon, mais je plaisante bien sûr ! ADAGE : «Il est quelque chose de pire que de n’avoir pas réussi, c’est de n’avoir pas essayé» Pythagore JE GARDE : ma moustache bien sûr. JE JETTE : sans être présomptueux, rien. De toute façon, j’ai souvent du mal à choisir. DANS 20 ANS : l’incertitude sur nos (beaux, doux) lendemains n’a jamais été aussi grande. Alors, dans vingt ans !

Dessert nomade

Gâteau aux fruits rouges

Reblochon en mouillette

Gaspacho de petits pois

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This