Couchez dans le foin !

20 Juin 2021

Vaga bondage

Le confinement a eu tendance à nuire à la sexualité des Français. Pour remotiver les croupes, il peut être tentant de déconfiner sa vie sexuelle et d’expérimenter le sexe en extérieur.

D’ailleurs, selon votre profil et vos envies, les possibilités «outdoor» ne manquent pas pour se dégourdir le roseau après des mois de disette sexuelle.

L’amour est dans le pré

Envie d’apporter votre contribution au monde d’après Covid, plus vertueux, plus sain. Vous rêvez d’air pur, de mousses humides, et brûlez de chatouiller le nénuphar. Alors le green sex est fait pour vous.
Privilégiez la forêt, il y en a partout. Lady Chatterley pourra souffler dans le «cor» de son garde-chasse et jouer du trombone à coulisse dans les fourrés. Sinon, écumez les plages ah ouh cha cha cha, pour un Niagara de plaisir, ou plongez carrément dans l’eau si votre Véronique veut faire l’amour avec la mer. Autre solution, fuguer et se cacher dans un grand champ de blé, ou profiter de la lumière étrange sur n’importe quel parking des Anges sans se faire re-Marc-quer. Vous manquez d’idées ? Le site espagnol Mispicaderos, sorte de Google Maps du 7e ciel qui répertorie tous les lieux insolites pour chafouiner, est fait pour vous.

L’habitat Urbain

En revanche, si vous pensez que relancer la consommation est indispensable après la Covid, si, en accros du lèche-vitrine, vous ne rêvez que de soldes, de café en terrasse, et de flâneries en ville, tentez donc les paiements en liquide dans les cabines d’essayage pour grimper aux rideaux. Ou filez onduler votre bassin à la piscine municipale, histoire de fêter les 20 ans de la copulation loftienne de Loana. Sinon, la voiture reste LE grand classique, pour un tête à queue Fast and Furious. Moyen commode, pour une aventure maîtrisée et un risque limité, elle permet d’apporter quelques accessoires, une couverture, un verre et des bulles, tout en se dissimulant partiellement, à condition d’éviter la buée sur les vitres façon Jack et Rose lorsqu’ils tita-niquent. Les «pépères du sexe en extérieur» se rabattront quant à eux sur le van, idéal pour des pratiques totalement oc-cul-tes et safe.

Finir au trou

Mais, du fantasme à la réalité, il y a un sacré fossé. D’abord, l’acte dans un lieu public, qui relève de l’exhibition sexuelle, peut coûter un an de prison et 15 000 euros d’amende, si vous vous faites gauler. C’est la fesse cachée du sexe outdoor. Et impossible de payer en «nature». Surveillez vos arrières. Et n’oubliez pas que nos sentiers pullulent non seulement de chasseurs, de traileurs, mais aussi de tiques, abeilles ou moustiques. Vous ne serez pas seuls en pleine nature. L’étreinte sera donc intense et furtive, limitée à deux ou trois positions du Kâmasûtra. Cris, préliminaires, et déshabillage intégral sont bannis. Et gaffe aux saillies «sur la plage abandonnée», au milieu des coquillages, le sable «s’incruste assez». Autant d’ingrédients susceptibles de transformer votre petit shoot d’adrénaline en cuisante déconvenue. Bref, être «hors lit» n’est pas toujours synonyme de décollage réussi.

Marie Vaudage

Marie Vaudage

Dessert nomade

Gâteau aux fruits rouges

Reblochon en mouillette

Gaspacho de petits pois

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This