coup de blouse

1 Mar 2018

« Manifailleque ! On dirait cette blouse taillée pour vous… C’est bien simple, elle vous va comme un gant !”

Comme un gant de toilette, oui! Elle veut me coller le blues, celle-là? Dans le genre austère, on peut difficilement faire pire. Même Merkel ne la porterait pas pour emballer le SPD. C’est un truc à vous plomber le XV de France ! Ah ? C’est déjà fait ? Non mais, si je sors comme ça dans la rue, les conséquences peuvent être catastrophiques, vous n’avez pas idée : ça va jeter un froid sibérique, genre moins 15 en France ! Et bien voilà, qu’est-ce que je disais : cet essayage fait déjà des ravages. Mais pas comme je l’entendais.

Faut-il revenir sur l’épisode de la robe de bal à deux balles ? Même pas eu le temps de faire un tour de piste, que les deux bretelles ont lâché l’affaire. Un coup d’œil sur l’étiquette : made in Corée, j’en étais sûre! Le petit doigt sur la couture qui menace de tout faire sauter, je rentre fissa en cabine… J’ai dû me trumper, je ne suis pas une bombe atomique, va falloir vous y faire.

Pas même un boulet de canon, tout juste un boulet. Surtout quand je m’obstine à vouloir entrer dans ce fourreau qui a si bien souligné la silhouette d’Anastasia Steele… Sur moi, assez curieusement, ça devient du surlignage au fluo, aucun relief n’est épargné. On se croirait sur un remake du salon de l’agriculture, au stand boudin blanc, version bondage. 50 nuances de gras, la vendeuse est mortifiée, limite morte Adèle! Surtout qu’il va falloir désormais m’en extraire, la belle affaire! Adieu veau, vache, Macron ! J’vais m’faire un jeûne !

Pas si vite… Il reste une combinaison, une combinaison à bien trop de chiffres pour être honnête. D’accord, elle est en lamé or, et ces derniers temps, son cours s’est enflammé. Depuis qu’un certain Fourcade a braqué une cargaison orlympique. L’homme était armé et aurait bénéficié de complicité. Malgré une course-poursuite, il n’a jamais été rattrapé. A ce rythme-là, pour pouvoir me l’offrir -la salopette, pas le salop’art-, je vais devoir moi aussi contester l’héritage Hallyday. « Oh oh Laura… » Papa ? Quoi ? J’suis pas crédible ?

Ok. Plan B. Vous auriez la même en toile de jute? Oh la crise d’Ango(t)isse !

Lara Ketterer

Lara Ketterer

Lara Ketterer meneuse de revue SURNOM: enfant, c’était Tatouille, en rapport avec mon prénom... PERSONNAGE DE FICTION: depuis toujours : la femme piège, d’Enki Bilal, une reporter mystérieuse et un peu paumée en 2025... OBJET FETICHE: mon téléphone portable, un vrai doudou que je traîne partout ! ADAGE: vivre sans folie, ce n’est pas raisonnable du tout ! JE GARDE: mes yeux et mon esprit rock, toujours provoc ! JE JETTE: mes coups de blues, ça abime les yeux ! DANS 20 ANS ? Adulte ? presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

ESSAIE ENCORE

Pour qui sonne le Gong ?

Le son du vendredi : eclipse – xixa

Du bon son, Antoine de Caunes s'en est mis plein les oreilles depuis des années. Alors, quand au détour d'une interview (oui, oui, on se fait mousser...), il vous fait une prescription musicale, vous allez forcément écouter ! "Xixa (prononcer Tchi-Tcha, comme sur...

Une expo qu’on kiffe graff…

Pour changer de décor, c'est en intérieur que le street-artiste savoyard GraffMatt, que nous avions rencontré l'été dernier, expose ses oeuvres. Direction le 1er arrondissement de Lyon, et Fluxus, un restaurant-bar-galerie, lieu atypique nommé ainsi hommage au...

MÂLE ET DICTION

Loulou ab(l)onde dans le bon sens

STEPHANE DIAGANA

Haie d’honneurs

ANDRÉ DUSSOLLIER

D’André de jeu

POUR LE DESSERT !

Gâteau Napoléon

Pin It on Pinterest

Share This