Dans l’air

14 Juil 2021

Bubu roi… des airs

Comme une baudruche qui se serait échappée des mains d’un enfant, le ballon rouge de Bruno Michel, alias Bubu, flotte en douceur au-dessus du Parmelan. Si régulièrement que sa silhouette légère et gonflée est devenue, dans le ciel d’Annecy, un objet volant parfaitement identifié.

La montgolfière n’est pas un avion de chasse : on ne l’entend pas et on a le temps de la voir passer ; elle n’a jamais fait et ne fera jamais la guerre ; il y a dans sa lenteur quelque chose de poétique et dans sa rondeur un côté éminemment sympathique. On a forcément envie d’en savoir plus sur celui qui la pilote.
Yeux bleus et catogan, Bubu, lui, a des allures d’adolescent. Dans une première vie, avant d’être aérostier, il était charpentier. Depuis les toits pour s’envoler vers le ciel, il n’y a qu’un pas, qu’il fait à 25 ans, une aile de parapente dans le dos. Ce sont alors les débuts d’une discipline encore un peu aventureuse, mais il passe vite une qualification biplace pour partager son plaisir. “Après une saison entière à faire voler les autres, au col de la Forclaz, il repartait voler pour lui, il n’en avait jamais assez !” C’est d’ailleurs de la Forclaz qu’en 2019, il s’élance avec une voile géante – 105 m2 – et 6 autres pilotes accrochés à son baudrier. Record qu’il avait déjà explosé 20 ans plus tôt, en embarquant 9 personnes au-dessus du Mont-Blanc. Mais tout ça, c’est Danielle, sa compagne, qui nous le raconte. Bubu, lui, reste plutôt discret sur ses faits d’armes.

Viens, je t’emmène au vent…

Et puis un été des années 2000, il découvre la montgolfière avec Matthew Eaton, un pote aérostier pour qui il fait du «retrouving», qui comme son nom l’indique, consiste à retrouver un ballon là où il a atterri, après géolocalisation. Car en montgolfière, il faut accepter une certaine dose d’inconnu : on sait d’où on décolle, mais on ne sait jamais vraiment où on va se poser, au milieu d’un champ, sur le bord d’une route ou dans un jardin privé, tout dépend des courants. “Un jour, on n’a pas eu le choix,” raconte Danielle, “on volait au-dessus du lac, vers St Jorioz, et le vent nous ramenait vers la berge, il a fallu qu’on se pose dans le parc d’une belle propriété. La maison était fermée, alors on a laissé notre carte au cas où il y aurait un souci. La semaine suivante, le propriétaire nous rappelait pour nous dire qu’il nous voyait en l’air et qu’il nous attendait avec les croissants ! Dommage, ce jour-là, ce n’était pas notre ballon au-dessus de sa maison…” Mais quelles que soient la destination et la nature du terrain, atterrissage en douceur garanti, car Bubu a fait sienne la spécialité du «  poser-remorque  », quand la nacelle s’immobilise pile dans l’attelage de la voiture qui la ramènera au bercail. Ce qui demande forcément un peu de précision, et de doigté.

… je t’emmène au-dessus des gens

“Parce qu’on fait tout le vol avec un doigt et de la réflexion”, résume Bubu, qui prend la parole quand on ne parle plus de lui. “Par rapport au parapente, c’est très peu physique, on ne bouge pas beaucoup. Par contre, si le para glisse, plane, la montgolfière, ce n’est pas du tout le même investissement : si tu lâches, que tu rigoles, que tu n’y es pas pendant 5 minutes, il se passe un truc.” En l’air, Bubu ne l’ouvre donc pas beaucoup non plus, il reste hyper concentré. “Il y a des changements de plan permanents, alors il faut être un peu joueur aussi, parce que c’est comme si on faisait des paris, sur le vent, sur la trajectoire… c’est une grande satisfaction quand ça marche.”
Et là, c’est champagne à l’arrivée ! Le pilote décompresse et les langues se délient. Bubu raconte ses plus beaux vols, comme cette fois au-dessus du Fier, où sa nacelle faisait la course avec son propre reflet dans l’eau ; ce rideau de nuages qui s’ouvre au-dessus du lac, à Duingt ; ou ce spectre de Brocken, phénomène assez rare, où l’ombre décuplée du ballon apparaît dans les nuages, entourée d’un halo arc-en-ciel. Mais le vol dont le quinqua des airs est le plus fier, c’est cette balade de plus de 2 heures, qu’il a faite avec sa fille de 19 ans, Sarah, à qui il a transmis sa passion. C’est elle, maintenant, qui joue les filles de l’air…

+ d’infos : Pour voler avec Bubu, vols jusqu’à 5 pers. (+ le pilote), au lever ou coucher du soleil, ou « Love Flight » à 2 :
annecy.takamaka.fr
Pour survoler aussi le lac ou les Aravis : compagniedesballons.com
Pour une version haute-montagne et sommets blancs, survol du Pays du Mont-Blanc : http://alpes-montgolfiere.fr
Et pour une variante cépages et sarments, vol au-dessus des vignobles d’Apremont, Chignin ou Abymes : savoiemontgolfiere.com

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

Dessert nomade

Gâteau aux fruits rouges

Reblochon en mouillette

Gaspacho de petits pois

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This