des vins qui le valais bien !

les vins du rhône suisses !

Demandez à un Français amateur de vins de vous situer le vignoble de la vallée du Rhône et il vous énumèrera les appellations célèbres entre Vienne et Avignon. Posez la même question à un épicurien suisse et vous apprendrez qu’il existe dans le valais 5300 ha de vignes qui s’étirent le long du Rhône sur plus de 100 km, où s’épanouissent plus de 60 cépages différents.

Prenez au départ 2100 heures de soleil et 700 mm de pluie en moyenne par an, ajoutez-y une grande diversité de sols amenés par les glaciers, et vous avez toutes les conditions réunies pour que la vigne profite. C’est ce que se sont dits les Romains en remplissant leurs amphores, et avant eux déjà d’autres buveurs de vin. Aujourd’hui, la tête au soleil et les pieds dans le bébé-fleuve, les ceps couvrent les flancs de la vallée entre 450 et 800 m d’altitude, offrant de magnifiques paysages d’alignements géométriques.

Au milieu de ce patchwork élégant de parcelles, de terrasses escarpées aux riches tonalités de verts, avec en arrière-plan les cimes enneigées des glaciers, se trouve la ville de Sierre, gardant fièrement l’accès à la vallée d’Anniviers et ses villages perchés aux chalets magnifiques de St Luc, de St Jean-d’en-Haut ou de Grimetz. Les Valaisans sont fiers d’accueillir sur leurs terres un tiers du vignoble suisse : 4 cépages – chasselas, gamay, pinot noir et sylvaner – occupent 85% de la surface. Certains vignerons, tel Frédéric Zufferey du Clos de Géronde, ont, par passion, décidé de remettre en valeur d’anciens cépages indigènes : “ la base de la réussite d’un grand vin est un cépage adapté au terroir”.

Des noms inconnus pour une oreille française : le cornalin aux arômes de mûres, l’arvine avec ses notes de glycines et sa légère salinité typique, l’humagne blanche aux reflets dorés ou l’humagne rouge rustique et sauvage, autant de découvertes qui vont illuminer vos papilles.

Dans chaque bouteille il y a un vigneron, son travail et son talent. Pour vous les faire découvrir, le Valais a mis en place son Chemin du Vignoble, musant de Martigny à Leuk, à parcourir à pied ou à vélo, sur des chemins à travers les vignes, jalonnés de guérites de dégustation, en profitant de la vue imprenable.

En variantes, des balades à thèmes comme «la chasse aux morilles» ou «la taille de la vigne» avec toujours, rassurez-vous, une dégustation finale en cave ! Là, avec un peu de chance, en goûtant à la charcuterie maison, vous pourrez écouter un passionné vous parler aussi bien du cintrage des barriques que de la macération à froid en cuve inox Ganimède. Il vous racontera la floraison, l’effeuillage, la taille ou l’égrappage, peut-être même abordera-t-il de façon pudique les 2 nuits de gel de ce mois de mai qui ont grillé 90% des bourgeons sur certaines parcelles, et sans s’appesantir, il préfèrera sans doutes sourire du fait que toutes les bougies du canton avaient été achetées pour une protection aussi belle qu’illusoire dans la nuit glacée, illuminant les coteaux !

Comme dit le proverbe : «on distingue dans l’eau son propre visage ; mais dans le vin on aperçoit le coeur d’un autre ». Alors laissez vos sens découvrir le Valais, cet écrin où brillent des pépites cachées dans les vignes.

+ d’infos : www.cheminduvignoble.ch
www.fredericzuffereyvins.ch

© Les Vins du Valais / François Perraudin

Frédéric Charpentier

Frédéric Charpentier

Chroniqueur
SURNOM: Fred. PERSONNAGE DE FICTION: le professeur Keating du «Cercle des poètes disparus». OBJET FETICHE: ma paire de running. ADAGE: Carpe Diem. JE GARDE: les yeux, les mains, la bouche. JE JETTE: quasi tout le reste. DANS 20 ANS? un esprit dans le vent.

en chantier : Poisy

Poisy en plein boom !

Escapade en Bourgogne

un chateau de prince sarment

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This