en chantier : Annecy

En bref…

Pont Albert Lebrun : attention, grands travaux

A partir de la mi-septembre 2021, il va falloir s’armer de patience ou être créatif pour vivre avec zénitude les travaux qui s’annoncent long («plusieurs mois», dit la Ville) sur le pont Albert Lebrun (le coude près de Bonlieu). Deux chantiers vont se superposer : la modernisation des vannes (pour le marnage du lac), demandée par l’Etat, et la rénovation du pont lui-même, décidée par la Ville. “On veut laisser passer la rentrée parce que ça va être beaucoup de travaux et qu’on ne veut pas que ça touche la sécurité des automobilistes”, explique François Astorg. Concrètement, une voie sera fermée et l’autre dédiée à la circulation dans les deux sens. Et le maire d’ajouter : “C’est un endroit qui est très chargé. Il va falloir mettre en place des logiques de circulation qui vont permettre aux gens de prendre d’autres chemins ou d’autres moyens de transport, parce que ça, c’est inévitable.” Ambiance…

©Devaux&Devaux Architectes

Parc du haras : le suspense est terminé

En novembre et décembre 2020, le parc du haras a fait l’objet d’une consultation publique. Objectif pour la Ville : connaître les usages que les Annéciens souhaitent en faire. 3 200 habitants ont répondu, un «très beau succès», dit-on. Parmi les attentes majeures : que le poumon vert soit ouvert tous les jours de l’année et qu’il reste un lieu convivial où se détendre «autour d’un repas ou d’un verre» (77 % des participants), d’animations «nature» (ateliers d’agriculture urbaine, échanges de plantes…, 72 %), d’activités culturelles (spectacles, expo, conférences…, 71 %) et de jeux de plein air. La maison vouée à un «pôle restauration» dans projet initial abriterait plutôt «un espace de rencontres, dédié aux pratiques collaboratives et pluridisciplinaires». Tout cela doit être détaillé lors d’une restitution publique, annonce François Astorg. A vos calendriers ! N.B. : La réhabilitation du haras doit commencer début 2022 et se terminer en 2024.

Coronapiste : le retour !

Ce n’est pas la piste cyclable qui a embouteillé les bords du lac l’été dernier, c’est le tourisme !”, assure François Astorg. Du coup, cet été, un nouvel itinéraire vélo sera testé entre le parking de la Tournette et le Pâquier. Le long de la rue des Marquisats, les cyclistes rouleront sur le trottoir ; descendront sur la route au pont de la Halle ; traverseront le parvis de l’hôtel de ville et reviendront sur la route après le parking. Cette fois-ci, ce n’est pas le tracé qui fait débat, mais les passerelles qui pourraient être installées, pour les piétons et/ou les vélos, sur le Thiou (au niveau du pont de la Halle) et le canal du Vassé (près du manège). Quand Denis Duperthuy (Les Annéciens) redoute qu’elles soient «abominables» et ne comprend pas pourquoi «on procède en 2 temps» (des passerelles provisoires en attendant des définitives), Jean-Luc Rigaut (Annecy naturellement) dit avoir déjà étudié «20 fois le sujet» sans pour autant trouver la bonne solution. Pas de panique ! “En fonction des résultats de cet été, on verra s’il est nécessaire de mettre des passerelles en préfiguration du futur tracé”, précise François Astorg. Vous avez compris quelque chose ? Nous non plus !

McDo en centre-ville : bientôt le final de la saison 2

Pour ceux qui ont manqué la saison1 : McDonald’s a déposé un permis de travaux en juillet 2020 pour s’installer à la place du restaurant Les arcades, quai Eustache Chappuis à Annecy. Une demande qui a rendu quasi hystérique les élus, hôteliers, commerçants, habitants… L’occasion pour les premiers de s’étriper : l’ancienne majorité reprochant à la nouvelle de ne s’opposer que mollement à la demande de la bande à Ronald ; la nouvelle oscillant dans un premier temps entre tout et son contraire.
Saison 2 : “On est toujours en procédure administrative”, explique François Astorg, maire d’Annecy. “On a fait des demandes complémentaires et ils ont jusqu’à fin avril pour répondre. J’ai toujours la même motivation ». Comprendre : ne pas encourager McDonald’s à s’installer « à cet endroit ». A suivre…

« Bien construire à Annecy » : le nouveau mantra

Dossier «instrumentalisé» pendant les municipales, selon Denis Duperthuy et Antoine Grange (Les Annéciens), le projet de construction de logements à Loverchy, sur l’ancien site de l’Unedic/Pôle emploi, est au point mort. Le permis a été retiré au promoteur par la nouvelle majorité, charge à lui de rendre une nouvelle copie. Copie qui devra respecter la nouvelle politique d’aménagement et d’urbanisation «maitrisés et soutenables» intitulée «Bien construire à Annecy». Mots clés de la nouvelle méthodologie : écologie, justice sociale, économie locale et concertation. Premier dégât collatéral* : le ralentissement de la construction. Ce qui inquiète particulièrement l’opposition annécienne, dont Jean-Luc Rigaut (Annecy naturellement) : “On a dit qu’on construisait 30 % de logements sociaux partout sur le territoire de la commune. Crise oblige, les conditions sociales ne vont pas s’arranger pour beaucoup de familles et le taux de construction de logements sociaux est très affaibli. On a de «drôles» de rendez-vous qui nous attendent dans les années qui viennent”. “Attention au périmètre de consultation des habitants”, alerte de son côté Denis Duperthuy, “si on consulte les trois maisons qui sont autour du projet, c’est évident qu’ils vont dire non. C’est humain…”.
*Selon la FPI, la nouvelle majorité a refusé 16 permis de construire en 2020, soit 876 logements dont 295 sociaux.

Aérodrome : les jeux ne sont pas faits !

Arrivée à son terme, la convention d’exploitation de l’aéroport d’Annecy a été renouvelée en novembre dernier pour les 15 années à venir. Propriétaire du site, le Département de la Haute-Savoie a choisi le groupe Vinci pour succéder à Edeis, l’actuel gestionnaire. Pas du tout d’accord pour céder la place, Edeis a alors saisi le tribunal administratif de Grenoble. La juridiction iséroise ayant statué en faveur d’Edeis, le Département en appelle au Conseil d’Etat.
En attendant que la juridiction la plus élevée dans la hiérarchie administrative française siffle la fin de la récré, Crash – le collectif de résistance (et résilience) contre l’aérodrome et pour la sécurité (et santé) des habitants de l’agglomération d’Annecy (dont vont entre autres partie Amis de la Terre74, EELV, Extinction rebellion et Les Annéciens) – se frotte les mains. Particulièrement Les Annéciens qui, bien que déçus par des élus majoritaires d’Annecy a priori divisés et peu solidaires, reprennent espoir en la concrétisation de leur projet de reconversion de l’aéroport en parc urbain (notre numéro de novembre 2020). “Si on veut densifier la ville, mais garder des espaces verts dans les quartiers existants, ne pas prendre sur les terres agricoles ou naturelles et rester rationnel sur un plan financier… pour nous, c’est la seule possibilité !”, confirme Denis Duperthuy.

Image en une : ©SavoieMontBlanc-Chabance

Cécile Boujet De Francesco

Cécile Boujet De Francesco

en chantier : Poisy

Poisy en plein boom !

Escapade en Bourgogne

un chateau de prince sarment

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This