ENQUÊTE DE SENS

29 Oct 2021

L’année avait mal commencé. Je perdais mon veilleur de nuit, mon metteur en scène -en selle aussi-, mon influenceur, mon bookmakeur. Sa plume s’est envolée, mais ses mots tambourinent encore dans le noir. Depuis, mes doigts restent sans voix, ma plume me laisse à poil. J’ai le cœur qui prend l’eau. J’écope, j’écope, mais rien n’y fait. Elle est encore loin la terre ? J’ai perdu mon père, plus mes repères, juste ce goût amer. Y a vraiment rien à faire…

Puis vint la double peine. Incarcérée sans même être jugée, dans le quartier bouclé, si isolée, pourtant, je le jure, je suis blanche immaculée, et me voilà en résidence surveillée, puis relâchée enfin. Une liberté aménagée de courte durée. De nouveau condamnée, à distance de sécurité des êtres aimés. Plus de baisers, de câlins enlassés, à grandes lampées de solutions alcoolisées, des milliards de vengeurs masqués, pas un pour siffler la faim de récrés. Faut attendre que tous soient vaccinés. Y a vraiment que ça à faire…

Pendant ce temps, ma petite entreprise connait bien la crise. Et j’ai beau flamber tout mon stock de chauffe-plats Ikéa à l’église, à l’éblouir comme si les projecteurs de tous les médias s’étaient branchés à la même prise -ah, c’était pas moi ? Y aurait méprise ?-, elle semble bien trop compromise pour assurer le service minimum : c’est la mouise. Les voies du seigneur sont bien impénétrables, elles… qu’on se le dise. Pour les miracles économiques, faudra repasser. Y a plus que ça à faire.

Mais en attendant, il faut stopper l’hémorragie et les urgences sont saturées. Opération à cœur ouvert, ce cœur ca-boss’é qui crève de devoir couper ce qu’il a de plus précieux, mon équipe. Mon couteau suisse (plus alpin qu’helvète) a perdu la moitié de ses lames, certes, mais pas son âme. Il faut juste raviver la flamme et sortir les rames. Inventer le mag d’après, dans ce monde d’après en quête de sens. Un beau challenge. Une nouvelle histoire à mettre en pages. Le chantier est ouvert. Y a tout à faire.

Lara Ketterer

Lara Ketterer

Lara Ketterer meneuse de revue SURNOM: enfant, c’était Tatouille, en rapport avec mon prénom... PERSONNAGE DE FICTION: depuis toujours : la femme piège, d’Enki Bilal, une reporter mystérieuse et un peu paumée en 2025... OBJET FETICHE: mon téléphone portable, un vrai doudou que je traîne partout ! ADAGE: vivre sans folie, ce n’est pas raisonnable du tout ! JE GARDE: mes yeux et mon esprit rock, toujours provoc ! JE JETTE: mes coups de blues, ça abime les yeux ! DANS 20 ANS ? Adulte ? presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

Philippe starck

Starck-system

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

festival de films montagne

Les femmes et la montagne à l’honneur

Dessert ou goûter ?

Confiture de poires aux amandes

DES pâtes, oui mais…

Bolognaise crémeuse de potiron

URBANISME : LYON VILLEURBANNE

La nouvelle petite utopie de Villeurbanne

URBANISME en chablais

Des nouvelles du Chablais

Pin It on Pinterest

Share This