Etoilé 2021 : Vincent Favre Félix à l’Abbaye

27 Sep 2021

Un ours très bien léché

Une allure de rugbyman, le parler rugueux de la Haute-Savoie, on a du mal à imaginer ses impressionnantes pattes réussir une sauce millimétrée, ou un plat raffiné et pourtant… Vincent Favre Felix a obtenu une étoile en 18 mois, dont 6 de fermeture. 

©Studio Fou d’Images

Balade dans le parc de l’Abbaye reconvertie en espace d’art contemporain, savourant la quiétude des lieux, la beauté des œuvres exposées, on s’interroge : qui s’imaginerait qu’un restaurant, étoilé de surcroit, se cache derrière ces murs épais ? Vincent Favre Felix s’y est pourtant bien vu, un chef connu pour son impatience et son caractère plus qu’entier. «Quand il veut, il veut…».  Et ce restaurant, il le voulait, parlant à tous de ce projet que beaucoup pensaient chimérique. “Depuis tout petit, j’ai été tiraillé entre ma passion pour le rugby et ma passion pour la restauration”. C’est vrai qu’il a un sacré potentiel d’athlète, Vincent. Recruté tout jeune, il va pratiquer le rugby à un très haut niveau dans le Sud-Ouest, une région qu’il adore. Mais, totalement addict à la cuisine, il ne renonce pas aux fourneaux pour autant, menant de front les deux activités, cumulant les heures, sans compter la pâtisserie que ce gourmand pratique sans demi-mesure. Il restera 4 ans loin de la Haute-Savoie. En 2000, à 23 ans, son père l’appelle à son secours. Suite à un grave accident, il ne peut plus gérer son restaurant seul. Le choix est cornélien, mais Vincent n’hésite pas. Adieu la carrière de sportif de haut niveau, il reprend les fourneaux. La cuisine est traditionnelle et généreuse, il y apporte sa note personnelle, revisitant les recettes savoyardes. Sa route croise celle de Marc Veyrat. Il a trouvé en lui son mentor. Le chef au chapeau l’apprécie et lui propose de l’aider à revoir sa carte. “Il m’a ouvert les yeux, j’ai appris à sublimer un produit simple. C’est un homme de cœur et un génie de la cuisine”. Encore une expérience de 7 ans, où il piaffe d’impatience dans les cuisines de l’Auberge du Lac, car il est mûr pour réaliser son projet. 

©Maude Girard Sogocom
©Maude Girard Sogocom

L’art et la manière…

Vincent Favre Felix a un rêve depuis toujours : être chef, étoilé qui plus est, dans son propre restaurant. Mais il est difficile, Vincent, idéaliste aussi, tout doit être parfait et le lieu doit l’inspirer. Car sous sa carrure impressionnante, se cache un cœur en or et une sensibilité à fleur de peau. Qui penserait que l’art le ferait succomber après 7 ans de réflexion ? Pourtant, en 2019, il rencontre Christian Real, propriétaire d’une fondation d’Art Contemporain à Annecy-le-Vieux. Il y découvre les expositions et des œuvres d’art nichées dans un beau parc. C’est la révélation. Christian Real aimerait animer les lieux d’un restaurant. Vincent Favre Felix en devient le chef propriétaire. “C’était une évidence, c’était là que je voulais être”. Prudemment Vincent peaufine sa carte. Ne pas aller trop vite. “J’ai même téléphoné au Michelin pour leur dire de ne pas m’inspecter, car je ne me sentais pas prêt”. Pourtant après 18 mois d’existence, dont 6 de fermeture, l’étoile est tombée. “C’est génial, merveilleux, puissant, impressionnant” et comme le sport collectif lui colle à la peau, il y associe ses équipes. “Ça paraît une évidence, sans eux, je ne suis rien. Nous allons rendre cette étoile encore plus belle et toujours dans le respect des produits. J’ai d’ailleurs réservé chez un paysan des hectares de terres pour planter ce dont j’ai besoin en cuisine.” Vincent prend enfin le temps, dompte son impatience, plus apaisé. Il regarde de loin le monde agité des étoilés et utilise sa notoriété pour de belles causes comme «les petits pas de Victor». Sans prendre le moindre bénéfice sur des repas caritatifs, il a reversé 12 000 euros à l’association pour aider Victor atteint d’une maladie rare. “Et ce n’est pas fini. Je remercie le destin. Le Michelin me fait réaliser enfin ce rêve de gosse. Il y a un avant et un après l’Etoile, je ne serai plus jamais le même”. 

+ d’infos :http://restaurant-vff.com
15 Chemin de l’Abbaye, 74940 Annecy. Menus à 69 et 110€

©Studio Fou d’Images

Fleur Tari Flon

Fleur Tari Flon

Journaliste
SURNOM: Taty Bonbon (depuis que je suis grande) - Machounette (quand j’étais petite) PERSONNAGE: Simone Veil. OBJET FETICHE: un livre. ADAGE: donne du bonheur, il en restera toujours quelque chose, mais n’attends pas de miracle, lève-toi et agis. JE GARDE: le cerveau. JE JETTE: rien. DANS 20 ANS? La même en forme, grand-mère gâteaux, complice de mes petits-enfants.

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

Philippe starck

Starck-system

JOYEUX BORDEL !

Bah dis donc, tu viens plus aux soirées, là ?! T'as tout loupé... Papillote et mamie hot au taquet, bolducs et moldus emballés, y a que Jean-Luc qui s'en est allé : les cheminées à ramoner étaient...
Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

Philippe starck

Starck-system

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

festival de films montagne

Les femmes et la montagne à l’honneur

Dessert ou goûter ?

Confiture de poires aux amandes

DES pâtes, oui mais…

Bolognaise crémeuse de potiron

URBANISME : LYON VILLEURBANNE

La nouvelle petite utopie de Villeurbanne

URBANISME en chablais

Des nouvelles du Chablais

Pin It on Pinterest

Share This