François Mitterrand et ses amours

l’ancien président était-il polyamoureux ?

La publication de la correspondance de François Mitterrand à Anne Pingeot réanime le débat sur le couple et l’infidélité. «Lettres à sa maîtresse», peut-on déjà lire. Et si cet amour-là était autre chose qu’un vaudeville ? Et si François Mitterrand était finalement le polyamoureux le plus célèbre de France ?

1218 lettres, en 33 ans. D’emblée, le vertige du nombre, corrélé à la pérennité. L’homme qui a su marquer la France de sa patte audacieuse, de ses ouvertures culturelles et d’un charisme politique disparu, a aussi su aimer.

« Si tu savais, mon Anne, la plénitude et la confiance qui m’ont habité grâce à toi. Confiance dans la générosité de la vie, plénitude de mes facultés portées au meilleur d’elles-mêmes et dans une incroyable harmonie. Nos rencontres, nos promenades, nos tendresses n’ont pas été que des échanges entre nous. Elles ont été pour moi une façon d’appréhender le monde, les choses, les êtres, l’action, et d’une certaine manière – l’expression est sotte – mon âme. Tu m’as délivré de ce qui m’enrayait, me rouillait, me diminuait. Je me suis débarrassé de tout calcul. Je n’ai obéi à aucune stratégie amoureuse. […] Pour mieux t’aimer, j’ai pris garde à ne pas aimer plus que toi mon bonheur et mon amour de toi. Je ne crois pas avoir jamais plus sincèrement et plus sérieusement recherché la perfection d’un sentiment et d’un accord. »
(Hossegor, vendredi 21 août 1964)

Bien-sûr, François Mitterrand était marié. Un mariage qu’il n’a jamais renié, toujours soutenu, un mariage jamais divorcé. C’est connu, Mitterrand était aussi conquérant. Avec finesse et responsabilité somme toute.
Sa femme savait, ses amantes savaient. What else ? Le cours normal de la conjugalité française ! Savoir sans (vouloir) le voir. Voilà la norme made in France. Certes la transgression a ses délices et le mensonge est plus aisé à manier que la vérité. Mais d’autres paradigmes existent. C’est pourquoi la formule « Mitterrand polyamoureux » n’est pas si fortuite que cela. Car Mitterrand a (en partie) assumé sa plurielle de vie. Jusqu’à faire un enfant, Mazarine, avec sa chère complice Anne. «Ma sœur Anne»… Mais qu’est-ce que le polyamour, déjà ?

AIMER PLUSIEURS PERSONNES EN MÊME TEMPS

Le polyamour est la faculté d’aimer plusieurs personnes en même temps. C’est un chemin de vie entre partenaires aux liens affectifs et/ou intellectuels très forts. Contrairement à la vie de couple traditionnelle, les règles entre polyamoureux sont explicitées au début de la relation et chacun doit pouvoir y trouver sa place et son épanouissement personnel.

L’engagement entre les polyamoureux dépasse de loin le principe de possessivité sexuelle. Il déconstruit l’exclusivité charnelle au nom d’une authenticité et d’une responsabilité des liens qui peuvent être pluriels. Cette philosophie de vie s’avère nuancée, réfléchie et systémique. Pour schématiser un peu, on pourrait dire que le polyamour se nourrit de ce que l’on retrouve dans les règles de l’amour filial ou de l’amitié (la Philia de la philosophie grecque). Il est possible d’avoir plusieurs enfants ou plusieurs amis et de les aimer chacun dans leur spécificité, sans que ceux-ci soient mis en concurrence. Le polyamour, c’est cela. C’est pouvoir aimer sereinement plusieurs personnes en même temps, comme il est possible d’aimer sereinement ses enfants et ses amis.

LE GARANT D’UN MAINTIEN RELATIONNEL FORT

Le mensonge et l’adultère (avec l’inconfort qui s’ensuit un jour ou l’autre) deviennent obsolètes. Car dans l’adultère de la conjugalité classique, tout finit toujours par se savoir un jour. Et les actes manqués manquent rarement. Parce qu’il déjoue la mauvaise surprise, parce qu’il tolère et comprend la liberté affective et sexuelle du partenaire, le pacte polyamoureux devient le garant d’un maintien relationnel fort. Mitterrand est-il allé jusque-là ? La question reste ouverte. Quoiqu’il en soit, la publication des 1218 lettres entre le Président et Anne Pingeot vient marquer la fougue d’un homme, sa poésie aussi et sa faculté à gérer de manière entendue ses vies parallèles.

Lisez la correspondance amoureuse de Mitterrand. Vous y trouverez non pas la facilité de l’amour, mais son caractère d’exception, les ravissements qui scandent et définissent une vie. Les rencontres qui créent une poésie.

+ d’infos :
« Fragments d’un discours polyamoureux »
Magali Croset-Calisto, Ed. Michalon
« Lettres à Anne, 1962-1995 », par François Mitterrand, Ed. Gallimard

[social_warfare]
la rédaction

la rédaction

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Restaurant Le Belvédère

restaurant Le Belvédère

Les Z & la mode

Au delà des influences

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Restaurant Le Belvédère

restaurant Le Belvédère

Les Z & la mode

Au delà des influences

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Les Z & la mode

Au delà des influences

les Z & la banque

questions de fonds

les Z & leur smartphone

balance ton portable !

CHAMPIONNAZ DU MONDE

FOULE CONTACTS

BON J’AVOUE, JE M’EN DOUTAIS DEPUIS UN BYE, JAMES, MON AMANT SO SEXY, EST MARIÉ ET AIME L’EXOTISME. DE LÀ À OPTER POUR
UNE CULTURE DE MASSE PLUS QU’UNE AGRICULTURE RAISONNÉE… IL N’Y A QU’UN COUP DE BÊCHE MAL PLACÉ…

les Z & leur job

work in progress ?

les Z & la mobilité

comment X et Z font-ils pour aller de A vers B ?

Pin It on Pinterest

Share This