guillaume nédellec en inde

capteur de lumière

Ses photographies révèlent le visible et esquissent l’invisible. A travers ses images de voyages, Guillaume Nédellec livre son cœur et délivre son âme. En Inde, il a tracé ses propres chemins sacrés.

Guillaume Nédellec
Un grand-père se protégeant de la chaleur surveille ses petits-enfants sur la plage d’Allepey, dans le Kerala.

Récemment installé avec sa compagne près de Chambéry, Guillaume Nédellec est designer graphique, formateur et photographe free lance. Mais entre hier et aujourd’hui, entre l’Isère, la Savoie et Paris, il a eu d’autres vies… Responsable d’hébergement dans des résidences de tourisme, voyageur au long cours, le presque quadragénaire a parcouru le monde. Et puis, il y a douze ans, la photographie est entrée dans son existence grâce à un cadeau de son père. Et à un reflet sur un verre, à capturer.

Une révélation, une révolution. Sans doute une bénédiction. Depuis, c’est l’appareil en bandoulière qu’il arpente la terre, toujours à la recherche de (sa) lumière…

Fort Kochi, sur la presqu’île de Mattancheri. Parapluie indispensable en période de mousson !
Une famille indienne en train de manger une crème glacée orange à Mahabalipuram, une station balnéaire.
Promenade de front de mer, Fort Kochi, sur la presquîle de Mattancheri.

INDE, ET SI…

On ne va pas en Inde par hasard. Chacun mène là-bas sa propre quête, en un subtil entrelacs de développement personnel et d’ouverture aux autres. Terre d’impressions fortes et de contrastes, le pays, ses habitants, ses couleurs, ses odeurs, séduisent, interpellent, bousculent, dérangent parfois. “Tout y est intense. C’est un vrai choc culturel. Quand on est en Inde, c’est bien simple : on ne sait plus où on habite, mais en même temps, j’adore cette sensation”, reconnaît Guillaume.

 

blank

L’Agni Teertham, bien qu’en dehors du temple Ramanathaswamy, est un bain tout particulier, tenu en haute estime par les pèlerins.

blank

Son Inde à lui, il l’attendait depuis une enfance emplie de rêves de Taj Mahal et d’envies de voyages. Ce n’est pourtant qu’à l’orée de la trentaine qu’il s’envolera pour la première fois vers la lointaine contrée. Non sans avoir pris, au préalable, quelques chemins détournés… : “Je voulais absolument y aller, mais en même temps j’avais une sorte de peur. J’ai donc commencé par me rendre en Chine et en Indonésie, puis enfin en Inde. Là, ce fût merveilleux du début à la fin, tout était synchrone, fluide, naturel. C’était le voyage que j’attendais depuis toujours!”.

Dans le temple de Brihadesvara de Thanjavur, les Indiens aiment prendre la pose et se faire prendre en photo avec un éléphant, incarnation du Dieu Ganesh et puissant symbole de sagesse
Une vendeuse de fleurs de jasmin observe le bateau conduisant la statue du Dieu Ganesh lors du Ganesha Chaturthi qui a lieu une fois par an à Pondicherry.
Des vendeurs ambulants parcourent une des plages à Chennai àla recherche de clients le soir venu.

L’EAU DE LÀ

Une expérience que le photographe baroudeur réitère trois ans plus tard, d’août à fin septembre 2011. Avec un peu moins de sérénité… “Je ressentais le besoin d’y retourner. Je suis parti sac à dos au Ladakh, à l’extrême nord du pays, avec mon appareil photo et mon enregistreur. J’avais dans l’idée de travailler sur le Gange, de faire un reportage évoquant la partie spirituelle de ce fleuve qui – pour les hindouistes – représente une porte entre le monde d’ici et l’au-delà. Mais j’ai eu un accident de rafting sur une autre rivière. Et pour le coup, j’ai failli y laisser ma vie! Tout est alors devenu compliqué, je n’avais vraiment plus envie de rester là… J’ai décidé de laisser tomber le sujet et j’ai réorganisé mon itinéraire en l’adaptant à la mousson qui était tardive cette année-là. Je suis parti faire une boucle vers le sud, dans l’état du Tamil Nadu. J’ai fait ça sur un coup de tête, mais cela n’a rien de surprenant en Inde! Il n’est pas rare de se retrouver tout à coup en train de faire autre chose que ce qu’on avait prévu”.

Portrait d’un conducteur de rickshaw dans le centre de Trichy.

Un jour des jeunes au crâne rasé m’attendaient à la sortie d’un temple. C’étaient des hindouistes en pélerinage qui m’avaient vu prendre des photos et qui voulaient que j’en fasse d’eux. Ils les utilisent depuis comme images de profil sur Facebook !

LIBRES ÉCHANGES

Des tours et des détours décidés de son propre chef ou entrepris en suivant les conseils d’autres voyageurs croisés au gré du périple et qui préconisent la visite de tel ou tel endroit. Autant d’occasions d’emprunter des chemins permettant à la fois de se tourner vers soi et d’aller à la rencontre des habitants. Pour Guillaume, beaucoup sont des âmes que l’on remarque et des personnalités qui marquent, tels ces «enfants qui ont les yeux habités d’une lumière comme s’ils avaient déjà vécu toute une vie» ; ou encore ces sadhus, sortes de sages, de moines mendiants, qui ont fait vœu de pauvreté et se désintéressent de la vie matérielle ; ou ces engagés dans l’humanitaire qui luttent à leur manière contre les ravages de la misère. La communication s’établit grâce au langage, mais peut-être plus encore par les regards ou au travers de l’appareil photo : “Un jour des jeunes au crâne rasé m’attendaient à la sortie d’un temple. C’étaient des hindouistes en pèlerinage qui m’avaient vu prendre des photos et qui voulaient que j’en fasse d’eux. Ils les utilisent depuis comme images de profil sur Facebook!”.

BAIGNER DANS LA LUMIÈRE

Ponctué de belles rencontres, le voyage l’est aussi de moments particuliers. “L’un des plus marquants pour moi, c’est le reportage à Rameswaram, un des hauts lieux de pèlerinage hindouiste. Ma meilleure amie, qui est médium, m’avait demandé de lui ramener une image un peu spirituelle. J’avais repéré les lieux la veille et senti l’énergie qu’il y avait là. Je suis donc allé directement à côté du temple dédié à l’eau, au bord de l’océan. Il était cinq heures du matin et la plage était déjà pleine. C’est assez étonnant de voir la ferveur qu’il peut y avoir parmi tous les pèlerins. Ce matin-là, il y avait une énergie très particulière, très spirituelle, une ferveur collective qui nous dépasse. Pour faire mes photos, j’ai choisi une technique de pose longue que j’avais déjà utilisée auparavant. L’idée c’était de laisser «entrer le temps dans l’image» pour faire rentrer autre chose, une espèce d’essence particulière. Finalement la photographie est peut être un chemin de vie qui m’oriente vers la lumière…”.

+ d’infos : www.gui-n.com

blank

Photos : Guillaume Nédellec

[social_warfare]
Béatrice Meynier

Béatrice Meynier

Journaliste SURNOM: du classique Béa au moins conventionnel Chounie. PERSONNAGE DE FICTION: une héroïne qui se baladerait de roman en roman, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre... Sinon l’inventeur de la machine à miniaturisation de voiture pour la mettre dans mon sac à main au lieu de la garer (un vieux fantasme !) OBJET FETICHE: la bague offerte par mes parents pour mes 20 ans. ADAGE: positive attitude. JE GARDE: Raiponce: mes cheveux ! Et 2 ou 3 autres bricoles... JE JETTE: en combien de lignes ? DANS 20 ANS? tout est possible... presse@activmag.fr

COIFFURE EN DOUCE ALCHIMIE

POUR LE MEILLEUR ET POUR LA PIERRE

QUAND GYPSOPHILE, ROSES EN TISSUS OU PERLES NACRÉES SE CRÊPENT LE CHIGNON, FANNY GARCIA, ELLE, FAIT BRILLER LES CHEVEUX DES MARIÉES À SA FAÇON. HALTE À L’ACCESSOIRE RENGAINE, LA CRÉATRICE LYONNAISE ÉPINGLE SES BARRETTES EN PIERRE DANS NOS CRINIÈRES, ET ÇA ROULE !

Yann Chave, vigneron

L’amour en Hermitage
A Mercurol, le domaine Chave et fils, c’est avant tout l’histoire de Nicole et Bernard, qui donnent en 1969 le coup d’envoi d’un vignoble discret. En 1996, leur fils Yann en fait son terrain de jeu préféré, galets, argile et petits pieds, à vos marques, prêts ? Cep party !

mariée en Valérie Pache

les robes qui donnent des ailes

AVANT, C’ÉTAIENT DES PARACHUTES. APRÈS, CE SONT DES ROBES, À LA FOIS DÉLICATES ET FORTES EN CARACTÈRE, CONÇUES POUR LE MOUVEMENT, LA LIBERTÉ, LES GRANDS ESPACES. ENTRE LES DEUX, IL Y A EU LE GRAIN DE FOLIE DE VALÉRIE PACHE !

COIFFURE EN DOUCE ALCHIMIE

POUR LE MEILLEUR ET POUR LA PIERRE

QUAND GYPSOPHILE, ROSES EN TISSUS OU PERLES NACRÉES SE CRÊPENT LE CHIGNON, FANNY GARCIA, ELLE, FAIT BRILLER LES CHEVEUX DES MARIÉES À SA FAÇON. HALTE À L’ACCESSOIRE RENGAINE, LA CRÉATRICE LYONNAISE ÉPINGLE SES BARRETTES EN PIERRE DANS NOS CRINIÈRES, ET ÇA ROULE !

Yann Chave, vigneron

L’amour en Hermitage
A Mercurol, le domaine Chave et fils, c’est avant tout l’histoire de Nicole et Bernard, qui donnent en 1969 le coup d’envoi d’un vignoble discret. En 1996, leur fils Yann en fait son terrain de jeu préféré, galets, argile et petits pieds, à vos marques, prêts ? Cep party !

mariée en Valérie Pache

les robes qui donnent des ailes

AVANT, C’ÉTAIENT DES PARACHUTES. APRÈS, CE SONT DES ROBES, À LA FOIS DÉLICATES ET FORTES EN CARACTÈRE, CONÇUES POUR LE MOUVEMENT, LA LIBERTÉ, LES GRANDS ESPACES. ENTRE LES DEUX, IL Y A EU LE GRAIN DE FOLIE DE VALÉRIE PACHE !

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Vignerons – Stéphane Ogier

Côte à cote

Avec ses vins fins et ses millésimes sublimes, cette côte-là, rôtie à cœur, a su gagner les verres, séduire les palais et jouit aujourd’hui d’une sacrée cote ! Mais c’est à Ampuis qu’elle s’épanouit, entre les mains et les rangs de Stéphane… Ogier, Ogier, braves gens !

COIFFURE EN DOUCE ALCHIMIE

POUR LE MEILLEUR ET POUR LA PIERRE

QUAND GYPSOPHILE, ROSES EN TISSUS OU PERLES NACRÉES SE CRÊPENT LE CHIGNON, FANNY GARCIA, ELLE, FAIT BRILLER LES CHEVEUX DES MARIÉES À SA FAÇON. HALTE À L’ACCESSOIRE RENGAINE, LA CRÉATRICE LYONNAISE ÉPINGLE SES BARRETTES EN PIERRE DANS NOS CRINIÈRES, ET ÇA ROULE !

Yann Chave, vigneron

L’amour en Hermitage
A Mercurol, le domaine Chave et fils, c’est avant tout l’histoire de Nicole et Bernard, qui donnent en 1969 le coup d’envoi d’un vignoble discret. En 1996, leur fils Yann en fait son terrain de jeu préféré, galets, argile et petits pieds, à vos marques, prêts ? Cep party !

mariée en Valérie Pache

les robes qui donnent des ailes

AVANT, C’ÉTAIENT DES PARACHUTES. APRÈS, CE SONT DES ROBES, À LA FOIS DÉLICATES ET FORTES EN CARACTÈRE, CONÇUES POUR LE MOUVEMENT, LA LIBERTÉ, LES GRANDS ESPACES. ENTRE LES DEUX, IL Y A EU LE GRAIN DE FOLIE DE VALÉRIE PACHE !

Le Son du Vendredi : Lovely Day – Bill Withers

Il suffit de la 1ère mesure, même pas, des cinq 1ères notes de basse chaloupées, et je sens la chaleur dans mon ventre. Mes cervicales se dénoue, mon périnée se démobilise et ma ride du lion s’atténue… Le monde peut bien...

à la mode de chez nous

BOUTON D OR

LAURIE ANN NGUYEN, STYLISTE LYONNAISE POUR ENFANT, N’EST PAS TRÈS À L’AISE AVEC L’EXERCICE DE L’INTERVIEW ET NE S’EN CACHE PAS DU TOUT. UNE BARBOTEUSE ANTI STRESS ENTRE SES MAINS, ELLE ROULE EN BOULE L’HISTOIRE DE SON 16 RUE SAINT GEORGES DANS SA GORGE… ET QUE D’ÉMOTION !

Yves Cuilleron, vigneron

Lire entre les vignes

Les sages n’ont pas toujours une barbe blanche et la voix qui chevrote. En revanche, ils sont souvent plongés dans les livres. C’est le cas d’Yves Cuilleron, vigneron bien en chai du côté de Chavannay, entre raisins et bouquins, terroir et grimoires.

un sac désiré à mon image

APPELEZ-MOI DESIREE... DU PEPS, DU ROCK, UN PEU D’IMPERTINENCE ET NOÉMIE CREYX MET L’ACCESSOIRE À SAC. ALLERGIQUE AUX ESPRITS CARRÉS ET TENDANCES TOUTES FAITES, LA CRÉATRICE LYONNAISE DE RUE DÉSIRÉE DONNE LA SIENNE, FLASHY ET PLEINE DE TRALALA, ET NOUS PASSE LE BAG AU...

Stéphane Montez, vigneron

Bachique Instinct

Le sous-marinier navigue à l’oreille, le parfumeur compose au nez, Stéphane Montez, lui, vinifie à l’instinct. Entre bon sens paysan, hérédité, grain de folie et curiosité, le vigneron de Chavanay, perché sur ses hauteurs, ne manque pas de couleurs.

MEGHAN DWYER, SOMMELIERE

QUAND SYRAH, SYRAH

… WHATEVER WILL BE, WILL BE. QUAND ELLE ÉTAIT ÉTUDIANTE, MEGHAN DWYER ENVI- SAGEAIT SA CARRIÈRE ENTRE DIAPOS ET CADRAGE, LA VOILÀ POURTANT QUI OFFICIE AUJOURD’HUI ENTRE COTEAUX ET CÉPAGES. LE MONDE DU VIN L’A HAPPÉE, LA SYRAH L’A ENVOÛTÉE !

Pin It on Pinterest

Share This