maison d’hôtes : la belle étoile

12 Avr 2022

TOUS LES CHEMINS MÈNENT À… (D)ROME

L’étoile du Berger indique aux troupeaux qu’il est l’heure de rentrer, celle du Nord donne le cap aux voiliers, la bonne étoile de ce couple de Lyonnais les a guidés en plein cœur de la Drôme provençale, au milieu des lauriers, des oliviers et des chênes tuffiers.

30. Françoise et Jean-Pierre Chollet ont visité 30 maisons avant de trouver la bastide de leurs rêves. Et ils auraient tout à fait pu passer à côté. “On était sur la route du retour, après avoir vu d’autres biens dans le secteur”, se rappelle Françoise, “on s’est arrêtés devant, mais il n’y avait pas de panneaux, rien ne disait qu’elle était sur le marché. Le propriétaire l’avait retirée, plusieurs compromis successifs n’ayant pas abouti, il avait baissé les bras provisoirement.” Isolée, mais pas trop, vaste et baignée de soleil, cette belle ferme de la fin du XVIII siècle avait donc l’air de n’attendre qu’eux. “C’est pour ça qu’on l’a appelée « la Belle Étoile », parce qu’il ne s’agit pas d’un choix par défaut, ou par lassitude après une énième visite, non, vraiment, tous les chemins nous ont menés là.
Pour le couple de quinquas, cette maison d’hôtes, ce n’est pas le projet d’une vie, mais une idée née quelque temps plus tôt, en plein cœur de la Toscane : “on séjournait dans une maison magnifique. On a échangé avec les propriétaires, et comme je suis architecte, que mon mari était familier des travaux de rénovation, on a eu l’envie soudaine d’ouvrir, nous aussi, une maison d’hôtes, de trouver un lieu qu’on pourrait modeler à notre image, en utilisant nos compétences.
Originaires de la région lyonnaise, ils cherchent à descendre plus au sud, afin de trouver un site suffisamment touristique pour garantir du passage, mais assez calme pour que leurs hôtes –et eux-mêmes– se sentent bien. Avec ses champs de lavande, ses villages pittoresques accrochés aux collines et ses saisons marquées, la Drôme provençale est idéale.

A STAR IS BORN

L’ancienne exploitation agricole, “désertée, mais pas vraiment abandonnée”, réunit, elle aussi, toutes les qualités recherchées par les aspirants hôtes : la proximité d’un joli petit bourg médiéval, Rochebaudin ; l’absence de promiscuité, car les terres agricoles alentour sont non constructibles ; du caractère, avec sa cour intérieure, son pigeonnier et ses «gênoises» –typiques du sud, ces rangées de tuiles, placées sous la toiture pour éviter tout ruissellement de pluie sur les murs, forment une élégante dentelle en façade– ; et surtout le potentiel de faire à la fois des chambres et un ou deux gîtes… après de gros travaux : deux ans pour la première tranche.
On nous a pris pour des fous dingues”, se rappelle Françoise, “à la fois pour l’ampleur du projet et pour le changement de vie qu’il impliquait. Mais on y est arrivés.” Les chambres d’hôtes sont prêtes en 2015, les gîtes deux ans plus tard. Une troisième phase transforme ensuite le préau en un grand espace, une belle pièce à vivre, qui peut accueillir séminaires, bien-être, cours de yoga et taichi, ou initiation aux secrets de la truffe blanche. “On n’avait pas envie de se contenter de l’accueil petit-déjeuner, on voulait proposer des choses pour que les gens puissent découvrir cette région sous un angle un peu plus approfondi. C’est important que la maison puisse s’adapter aux différents profils, ceux qui ne veulent pas bouger, qui préfèrent rester en bas près de la piscine, qui n’ont pas envie de parler parce qu’ils le font toute la semaine, et ceux qui ont envie de comprendre, de découvrir, d’échanger…

À LA CONQUÊTE DES ESPACES

À l’extérieur, les murs n’ont pas l’air d’avoir bougé depuis des siècles, le voisinage d’une petite chapelle du XIVe siècle, qu’on peut voir toute éclairée à la nuit tombée, conditionne d’ailleurs la moindre modification à l’accord de l’Architecte des Bâtiments de France. Mais à l’intérieur, sous la toiture entièrement rénovée, il a fallu créer des planchers et repenser tous les volumes, imaginer des espaces nouveaux, des mezzanines, des demi-niveaux. Pour l’aménagement et la déco, “l’idée n’était pas de nier l’esprit ancien du bâtiment, mais plutôt de l’accompagner, avec beaucoup de respect et d’écoute, sans pour autant lui donner un caractère trop désuet”. Pas question non plus de tomber dans le néo-provençal. À chaque chambre son code couleur, sa touche de modernité, associée aux meubles chinés sur les Puces de Lyon ou dans les vide-greniers locaux.


L’âme de la maison, on la retrouve un peu partout, dans les éléments que Jean-Pierre et Françoise ont conservés, comme les voûtes, les beaux escaliers ou encore la pièce du four à pain, qui accueille aujourd’hui une salle de massage. Dans la chambre Orion –toutes portent évidemment des noms d’étoiles ou de constellations–, c’est la pierre d’évier et son encadrement qui sont devenus bibliothèque. Et dans la chambre Pégase, on voit encore, sur la partie du mur qui n’a pas été isolée, les cavités et les saillies qui permettaient sûrement aux pigeons d’entrer et de se poser.
Comme ces oiseaux voyageurs après leurs longs périples, les hôtes savent, quand ils franchissent le portail de la bastide, qu’ils sont arrivés là où la vie va ralentir et les sens s’éveiller, pour faire le plein de senteurs, de couleurs et de lumière. “Elle est très changeante au cours de la journée, au fil des saisons, mais elle est incroyable l’après-midi autour de la piscine. Et quand elle éclaire les falaises d’Eyzahut de l’autre côté, on a une vue saisissante sur les montagnes.” De quoi repartir avec des étoiles plein les yeux…

+ d’infos : labelleetoiledrome.com

Photos : Frenchie Cristogatin

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Quelles clés pour fermer sa société ?

ET 1, ET 2, ET 3… POUR REPARTIR À ZÉRO

PSYCHO : FINIR SUR UN SOURIRE

Un adieu peut-il être joyeux ?

basta cosi !

Basta Cosi, c'est toute la cuisine traditionnelle italienne avec une pointe de modernité, une carte élaborée à partir des meilleurs produits venus directement d'Italie, pâtes fraîches artisanales, charcuterie italienne DOP et IGP, viandes et poissons frais. La pâte à...

DESSERT CRAQUANT

Chic, c’est l’été !

pIS pAUL, bEST OF

STARS AU COMPTOIR

RECETTE D’ÉTÉ

Pour changer des salades…

compléments élémentaires

Si… licium m’était conté

Pin It on Pinterest

Share This