si tous les voisins étaient comme ça…

19 Août 2018

la loque à terre

«Vous êtes la nouvelle locataire ?» oui ! Surprenant hein ?! Quadra frustrée dans ma vie de citadine sur l’déclin, accro au trio célibat/ débauche/smecta, je me suis installée dans ce petit patelin ma foi fort champêtre, loin du stress et des antidépresseurs. Vu l’traitement de choc, j’espère que ça n’va pas être le foin !

Quand je suis accidentellement tombée sur l’annonce de Charles qui vantait les mérites d’une petite bicoque à la loc’ au milieu des champs, j’ai sauté sur l’occas’. Charles est le neveu chéri de mon amie Ariette qui crèche une maison plus loin, à deux pas de Monica ma sœur, qui m’envoie de son perron des incantations purifiantes de l’âme. Niveau secte, j’suis plutôt au cœur du cheptel. Timbrée comme jamais, des allures de Cameron dans Holidays et de Perette et le pot au lait, j’ai posé mes mômes, mes tocs et mes valises et me suis jetée à pieds joints dans l’bousin !

OH LA VACHE !

Coupée du monde, sans net ni tel, j’ai troqué mes talons aiguilles pour des bottes caoutchoutées, c’est mignon, mais je palpite un peu quand même. Je remue ciel et surtout terre pour résoudre l’apocalypse, mais force est de constater qu’il vaut mieux pratiquer la méthode Coué. Le silence, la terre, une retraite dans le compost rien de tel que l’air pur, hein ?!!

Et puis Charles ne ménage pas sa monture pour m’accueillir comme il se doit. Avec Caroline, sa moitié, ils sont un peu le remake d’un soap à la Ingalls. Pas du tout gerbant cet étalage d’amour, ciel mon ulcère !

Ce soir d’emménagement, d’ailleurs, ils m’invitent à l’apéro ! Jésus cry, je suis ressuscitée ! J’arrive, fatigue à bout de bras et ventre aussi vide que mon frigo pas encore branché – lui non plus – mais alea jacta est !

LE FUMIER !

Sainte Bernadette ! J’étais pas prête ! Attentionnés, ils avaient prévu une petite sauterie avec le locataire voisin. Trop charitable. Rien que d’en parler, j’ai le nez rond et sens ma fin venir. Mais dans quel merdier je me suis embourbée !? Quand je l’ai vu, je l’ai reconnu d’emblée. C’était Pierrot, un septuagénaire bien dans l’ton, fan des dimanches rugby, pipe, cancoillotte. Monica avait déjà essayé de lui faire défricher ma motte à la fête du four, mais ma perte de connaissance soudaine avait eu raison de sa bonne volonté ! Alors j’ai évité de passer pour une bêcheuse et j’ai trinqué à sa santé, à la mienne, à Charles et Caro, à la postérité, à ma folie, à ma mère la pauvre, aux vendanges et au lisier fraîchement jeté sur la paille. Quand je me suis retrouvée à chanter au clair de MA lune mon ami Pierrot, j’ai compris qu’ils frelataient sûrement leur rosé à la gnole !!!

LABOURÉE…

Connectée avec les autres, mais plus avec moi-même, j’ai commencé à procéder à une série d’investigations neurologiques. Test de l’équilibre pour cul-de-jatte, vue multifacettes à en perdre la boule et locution adverbiale douteuse, j’ai désespérément tenté de trouver quelque chose qui ne ressemble pas aux prémices d’un AVC soudain. Rien à faire, j’ai assisté impuissante à ma déchéance, fallait que j’me débine, mais impossible de me tracter.

Quand j’ai enfin réussi à rentrer, Charles entonnait les premières notes du lac du Connemara tandis que Caro souriait béate, ahhh l’amour… Longue traversée mortuaire symbole de mon agonie, j’ai embrassé les murs et enlevé mes fringues comme j’ai pu en appelant mamaaan tellement me mettre au vert me donnait le mal de mer. Je me suis réveillée au matin, un gant de toilette collé à la figure, accrochée à ma bassine, en boule à moitié à poil au milieu du salon. Encore ronde comme une roue de chariotte.

Y’a pas de doute, la campagne ça vous gagne.

© sofiapink

Magali Buy

Magali Buy

SURNOM : Mag... (d'ailleurs activ'mag c'est pour moi, non ?) PERSONNAGE DE FICTION : Xéna la guerrière OBJET FETICHE : mon piano, il m’écoute, me répond et me comprend mieux que personne. ADAGE : « si tout le monde sait où tu vas, tu n’arriveras jamais à ta destination. Laisse-les croire que tu dors.» JE GARDE : mon mauvais caractère, ma langue bien pendue, mon cœur ouvert et mes yeux verts JE JETTE : mon insécurité, ma cellulite et ma paranoïa... DANS 20 ANS : la même en pire, si c'est possible !

DESSERT CRAQUANT

Chic, c’est l’été !

RECETTE D’ÉTÉ

Pour changer des salades…

The END – Juin 2022

La fin d’un canard racontée par ses plumes…

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

basta cosi !

Basta Cosi, c'est toute la cuisine traditionnelle italienne avec une pointe de modernité, une carte élaborée à partir des meilleurs produits venus directement d'Italie, pâtes fraîches artisanales, charcuterie italienne DOP et IGP, viandes et poissons frais. La pâte à...

DESSERT CRAQUANT

Chic, c’est l’été !

pIS pAUL, bEST OF

STARS AU COMPTOIR

RECETTE D’ÉTÉ

Pour changer des salades…

compléments élémentaires

Si… licium m’était conté

mode, séraphine et zélie

Sœurs à l’ouvrage

Pin It on Pinterest

Share This