Au bain! Tatiane de Freitas

SUN DAY BODY SUNDAY

COUP DE SOLEIL DANS L’ÉLÉGANCE À LA FRANÇAISE, TATIANE DE FREITAS, STYLISTE 100 % « BRÉSI-LYONNAISE », HABILLE NOTRE BODY SUMMER ET FAIT VOLER SOMBREROS ET PETITS DÉFAUTS. PAS DE COMPLEXES ET TOUTES BELLES EN MAILLOT, CHAUD CHAUD CHAUD !

Tatiane de Freitas

Quand elle débarque de Sao Paulo, en 2004, la peau dorée comme un bolinho de chuva –petit beignet brésilien– Coucoutati, comme on la surnomme, n’a jamais enfilé un manteau, l’hiver au Brésil est plutôt paréo ! Loin d’avoir froid aux yeux, quand Cris, son footballeur de mari, foule les terrains de l’Olympique Lyonnais, elle, se lance à cœur ouvert dans les rues de la ville, curieuse des us et coutumes si différents des leurs. “J’avais 23 ans quand on est arrivé ici pour la première fois. On était marié depuis 6 mois et on s’attendait à un départ pour l’Europe, ça faisait partie du plan de carrière de Cris. J’ai mis de côté mes études de mode et ma vie professionnelle pour ma famille. La journée, j’allais à l’école apprendre la langue et j’observais les gens pour comprendre les comportements. C’est grâce à ça qu’aujourd’hui, j’arrive à faire mon métier, forte de cette culture française que j’aime tant.” Un France/Brésil pour une histoire de maillots –de bains–, ça promet d’être caliente !

modèle Cache-cache

ECHAUFFEMENTS

Et comment ! Après quelques allers-retours entre ici et là-bas, en 2015, Tatiane, Cris et leurs deux filles s’installent définitivement à Lyon. La jeune femme veut tester un concept de maillots de bains. Elle prend la température et passe ses copines au crash test. “Je leur avais ramené des pièces brésiliennes en prenant soin de choisir des modèles plus couverts et des coupes plus sages que ceux qu’on porte là-bas, et elles ont adoré !” Tatiane l’a bien compris. En France, le rapport au corps, c’est la quatrième dimension ! “Au Brésil, on a une relation avec notre physique qui est très saine, parce qu’on est en maillot de bains depuis toujours. Voir un corps n’est pas un problème, c’est normal. Il n’y a pas de jugement. Mais ici, en France, se déshabiller, affronter la plage, c’est une autre histoire, les femmes ne l’abordent pas de la même manière et j’ai dû comprendre ça.

modèle Fleurissons-nous

SÉLECTIONS

Trop blanches, trop grosses, culotte de cheval ou poignées d’amour, nous, les Françaises, on a beau être moins pulpeuses, nos formes ne nous rendent pas heureuses. Et pour la styliste, nous mettre à l’aise avec ça, c’est tout un combat : “J’adore passer du temps à écouter, à entendre les envies, ce qui vous plaît et ce qui ne vous plaît pas. Chercher un maillot de bains, c’est presqu’une thérapie. Certaines passent deux heures en cabine et n’osent même pas sortir et pourtant, c’est leur corps, leur histoire qui est inscrite dedans et on ne peut pas en changer ! Quand on pense à toutes ces femmes qui ont revendiqué leur liberté et celles qui ont peur de libé- rer leur corps à cause du regard de l’autre… La femme française a un si joli port et une telle élégance, ce n’est pas possible une chose pareille. Il fallait que je leur dise comme elles sont belles.” C’est donc prête à sauver le monde que Coucoutati se met en tête de mettre du soleil dans nos complexes, #espritdétéeternel sur toutes ses coutures, elle mixe l’ADN du bikini brésilien au savoir-faire français, samba et coup de sifflet, le coup d’envoi est donné !

DROIT AU BUT !

Mais comment convaincre avec une idée si exotique, quand on vit dans la capitale de la lingerie et ses traditions carrées, faut-il le souligner. Et bien, on galère ! “Quand j’ai commencé à faire mon étude de marché, j’ai compris qu’ici, il y avait une grande expertise du textile et de la confection. Et j’avais beau téléphoner et expliquer que j’étais brésilienne et que je voulais faire du made in France, personne ne voulait me vendre en petite quantité. Mais je ne lâche rien, mon côté brésilien me permet de m’adapter à tout. C’est un pays où nous avons besoin d’une grande créativité pour nous en sortir. La réalité n’est pas toujours facile, mais on trouve toujours la ressource et le sourire, ça fait partie de nous. On est croyants et solidaires et surtout, le «non» n’existe pas ! Alors vous pensez bien, quand on me refuse quelque chose, le lendemain je recommence et on verra bien !” C’est comme ça qu’elle est arrivée chez un fournisseur, prête à en découdre avec ceux qui di- saient : “mais qui est cette Brésilienne qui vient nous voir ici et qui veut acheter si peu de matières ?” Le regard plein d’entrain, les longs cheveux bruns dont on rêve toutes, la persévérance ou le charme de l’accent ? Allez savoir pourquoi, mais Tatiane a fait mouche et ils ont plié ! Elle marque un point et savoure sa petite victoire, en 2016 ses modèles édulcorés viennent illuminer nos dressings, Tatiane de Freitas, c’est son nom, celui de sa collection, son réseau professionnel local s’étoffe et ce n’est pas fini.

modèles Le Secret / Paisible

ESPRIT D’ÉQUIPE

Mais seule, on ne fait rien. “J’aime les gens et j’ai besoin d’avoir un bon feeling avec eux. Je préfère voir le côté humain avant le reste, parce que la vie est faite d’échanges et de respect et je ne vois pas comment réussir sans ça.” Et ça va plutôt loin. Même si la globalité de sa production est toujours en circuit court, auprès des mêmes partenaires des débuts, elle qui du modélisme au proto faisait tout, a dû déléguer et s’entourer, et même déménager la confection pour trouver chaussure à son pied. “J’ai trouvé un atelier en Tunisie —pays spécialiste du maillot de bain— tenu par des Français, qui emploie 130 femmes. Quand je suis allée le visiter, j’ai été tellement touchée de voir qu’elles ont quand même leur voix dans un pays où la culture est différente de la nôtre, de savoir que ça leur donne une certaine indépendance, c’est très important pour moi.

Robe de plage Leila

Du réconfort, de la chaleur et beaucoup de vitamines, au-delà de l’élégance et de la simplicité des formes qui soulignent les silhouettes avec délicatesse, ses collections réveillent autant qu’elles appellent au farniente, solidaires des femmes avant tout. Des tons sobres pour les plus discrètes, au lilas, orange ou jaune pétant pour les pétillantes assumées, mise en valeur assurée, estime de soi galbée, dans un deux-pièces doublé. Dans des lurex pailletés, jacquard tissés ou microfibre certifiée, du Japon à Dubaï en passant par l’Italie ou la Californie, bikini échancré, one-piece bustier ou bandeau à coques bien inspiré, nous enveloppent d’un esprit d’été éternel brésilyonnais, cette nouvelle identité dont elle s’estampille… France/Brésil : égalité, c’est bien joué !

 

+ d’infos : http://tatianedefreitas.com

 

[social_warfare]
Magali Buy

Magali Buy

SURNOM : Mag... (d'ailleurs activ'mag c'est pour moi, non ?) PERSONNAGE DE FICTION : Xéna la guerrière OBJET FETICHE : mon piano, il m’écoute, me répond et me comprend mieux que personne. ADAGE : « si tout le monde sait où tu vas, tu n’arriveras jamais à ta destination. Laisse-les croire que tu dors.» JE GARDE : mon mauvais caractère, ma langue bien pendue, mon cœur ouvert et mes yeux verts JE JETTE : mon insécurité, ma cellulite et ma paranoïa... DANS 20 ANS : la même en pire, si c'est possible !

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Restaurant Le Belvédère

restaurant Le Belvédère

Les Z & la mode

Au delà des influences

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Restaurant Le Belvédère

restaurant Le Belvédère

Les Z & la mode

Au delà des influences

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Les Z & la mode

Au delà des influences

les Z & la banque

questions de fonds

les Z & leur smartphone

balance ton portable !

CHAMPIONNAZ DU MONDE

FOULE CONTACTS

BON J’AVOUE, JE M’EN DOUTAIS DEPUIS UN BYE, JAMES, MON AMANT SO SEXY, EST MARIÉ ET AIME L’EXOTISME. DE LÀ À OPTER POUR
UNE CULTURE DE MASSE PLUS QU’UNE AGRICULTURE RAISONNÉE… IL N’Y A QU’UN COUP DE BÊCHE MAL PLACÉ…

les Z & leur job

work in progress ?

les Z & la mobilité

comment X et Z font-ils pour aller de A vers B ?

Pin It on Pinterest

Share This