STYLISTE : L’AIGUILLE DU LAC

14 Avr 2022

DANS LE BLANC DES YEUX

Opticienne de formation, couturière par filiation, un œil dans le pupillomètre et l’autre sur le chat (de l’aiguille), il a bien fallu qu’un jour, la Savoyarde Delphine Letellier fasse un choix. Elle s’est donc lancée dans la robe de mariée, les yeux (presque) fermés ! Et elle a vu juste.

Delphine Letellier a eu une première vie professionnelle. Son job, c’était les lentilles de contact et les examens de vue. Mais il y a quatre ans, elle commence à s’ennuyer, son enthousiasme et son énergie sont bridés. Elle qui a l’habitude de faire le boulot de dix, se sent en sous-régime. En parallèle, depuis peu, elle coud. Non, soyons précis : d’aussi loin qu’elle se souvienne, elle a toujours manié l’aiguille… sa mère est prof de couture. Mais ce hobby pour dimanche pluvieux est devenu, au fil du temps, un élément du quotidien. Comme d’autres cuisinent, Delphine coud, pour elle, pour ses enfants, pour ses proches. Ce qui a changé récemment, c’est qu’en voyant une de ses tenues de soirées, une amie lui a demandé de réaliser les robes de ses témoins de mariage. Depuis, les commandes se succèdent. Elle y passe ses soirées et ses jours de congés.
Alors, après un dernier essai, histoire de vérifier qu’elle veut vraiment changer d’optique, Delphine quitte définitivement l’univers de la correction pour celui de la confection. Pour se situer, cerner ses lacunes, et peut-être aussi pour se sentir légitime, elle passe quand même un CAP de couture en candidat libre. Elle complète également sa formation et ses connaissances instinctives par des lectures, beaucoup de lectures, sur le modélisme et le patronage. Au printemps 2018, la voilà prête à suivre le nouveau fil de son histoire : dans une pièce de sa maison, dans la campagne aixoise à deux pas du Lac du Bourget, elle installe son atelier.

COCKTAILS ET DENTELLE

C’est grâce à ses robes de cocktail qu’elle a été repérée, elle pourrait donc continuer sur cette lancée. Mais la trentenaire souffre d’une addiction que ce type de créations ne pourraient pas entièrement satisfaire : elle est accro à la dentelle. Une passion transmise dans sa famille de génération en génération, et dont les plus beaux galons, la prunelle de ses yeux, sont conservés dans une boîte à merveilles qui lui vient de sa grand-mère, une ancienne de chez Balmain. Pas une de ses collections, pas un de ses modèles sur-mesure ne sortent de son atelier sans un petit bout de ce passé. “Et puis, même si je ne suis pas une grande romantique, si je n’ai jamais rêvé de robes de princesses –j’étais plutôt garçon manqué quand j’étais petite–, j’ai envie qu’il y ait de l’émotion dans la robe. J’y mets beaucoup de moi. Quand je la place dans la housse, ça me fait un petit quelque chose, je la porte ensuite jusqu’à la voiture, je l’accompagne jusqu’au dernier moment. Et le jour J, je suis en stress, je prends toujours des nouvelles pour savoir si tout se passe bien.” Sa première mariée, elle se la rappelle d’ailleurs parfaitement : “une robe courte, assez atypique, dans le style années 50, en soie et dentelle de Calais, un joli défi ”, sourit-elle.

DÉFIS ET DES FIBRES

Et ça tombe bien, les défis, Delphine aime les relever. En sortant de son atelier, sa «petite grotte», pour confronter sa vision artistique à celles d’autres professionnels du secteur, maquilleuses, coiffeuses, photographes ou musiciens, avec lesquels elle aime collaborer, organiser des shootings ; en lançant ce printemps une petite collection « civile » –avec les jauges imposées dans l’événementiel, le Covid a accentué le principe de deux cérémonies distinctes– ; ou en travaillant, autant que faire se peut, de manière responsable.
À l’image de cette jupe en lin broché, dans son atelier, et des pétales de lin parsemés sur le top et le voile qui l’accompagnent, elle aimerait en effet pouvoir utiliser plus de fibres naturelles, mais l’univers du mariage n’est pas encore tout à fait prêt pour ça. Alors elle cherche un fonctionnement toujours plus vertueux, avec des matières certifiées, des fournisseurs européens, et l’utilisation de ses chutes pour créer des accessoires ou travailler avec une créatrice locale de bijoux.

TRÉSORS DE CHINE

En toute logique, Delphine est également une adepte du ré-emploi. Si elle trouve des merveilles chez les fabricants français, de dentelle notamment, elle aime par-dessus tout fureter dans les brocantes et vide-greniers pour s’approvisionner, récupérer des stocks de tissus haut-de-gamme ou de tulle : “j’aime l’idée qu’on ne va pas relancer une production juste pour nous.” De plus en plus, on lui demande aussi de remettre au goût du jour la robe d’une mère ou d’une grand-mère, chargée d’histoire familiale et d’émotions. Un ensemble d’envies et de démarches qui correspondent à ses valeurs : “ce qui me plait vraiment, c’est qu’avec l’univers du mariage, on peut éviter le principe de la fast-fashion, il y a vraiment une notion de temps qui accompagne ce vêtement, autant pour la future mariée qui prend le temps de se l’approprier, que pour moi : quand je brode à la main, c’est un temps d’introspection, à la limite de la méditation.” Delphine aurait-elle donc aussi un troisième œil ?

+ d’infos : laiguilledulac.com

PHOTOS : EPERDUMENCE ET MARINE DU SORDET

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This