tendances mode printemps été 2018

c’est la dé-tendance, vigilance !

Soyons lucides. La mode ne change pas radicalement d’une année sur l’autre, voire, comme il n’y a plus de saison, à peine de l’hiver à l’été. On retrouve donc en ces jours de «renouveau» les multi-inspirations (issues des 60’ aux 90’ !). Alors, on en reste aux sentiers balisés du dressing ? Halte là ! C’est en pleines dé-tendances que la touche de différence prend tout son sens.

Dé-tendances ultra sport

#1 LE FIL DIRECTEUR, L’ATHLEISURE

Ce courant, plus radical que les sportwear et streetwear, se confirme. Allant bien plus loin que la désormais classique tolérance du «jogging-sweat-basket» en ville et adoptant carrément l’esprit «athlète».

#2 ON RESTE TENDANCE

Avoir l’air de sortir d’une séance d’entraînement, sans s’être complètement changée, reste une bonne idée. Avec un dressing urbain (pantalons, jupes, vestes, talons hauts…) qui s’assortit aux pièces emblématiques des vestiaires d’équipes. Sweat logotypé à la marque d’un spécialiste, coloris et effets graphiques de compétition (justement étudiés pour être «voyant»), fermeture éclair avec tirette curseur, coupe-vent type K-Way…

See By Chloé

#3 ON S’Y MET À L’AVANCE

On monte encore une marche du podium. Toujours sans hésiter à combiner sport extrême et vêtements citadins. On mise sur…

  • Le survêt’ nylon des eihties, jogging et/ou blouson. Dans son «jus» de nuances improbables, taille et cheville élastiquées, ouvertures d’aisance à pressions… A porter relax avec pull loose et veste d’homme.
  • Les baskets rétro-futuristes à semelles boursouflées crantées et languette géante, librement déclinées des runnings. Dans leur énormité et leur disproportion. Blanches, voire un poil bariolées. A assumer avec du chic : costume, jupe crayon ou longue, robe légère… Et toujours en montrant sa cheville (pas question de faire comme si on voulait les planquer).
Louis Vuitton
  • Le sac banane des nineties. Et même en l’assumant autour de la taille. Bon, là, vu la concession que nous faisons à nos conventions modesques, il est possible d’interpréter la chose avec quelques réflexes de survie style banane pas tout à fait en forme de banane (ronde, carrée…), modèle griffé, porté en bandoulière sous le bras…

#4 ON PREND LA TANGENTE

Une suggestion un peu nouvelle, mais pas trop risquée quand même : le mix, dans le même vêtement, du sport et de l’urbain. Ex : veste classique avec capuche molleton intégrée, pantalon de costume a priori strict avec bandes de couleurs vives sur le côté, polo féminisé façon tunique loose, sweat prolongé en jupe plissée… Allez, go !

 

Miu Miu

Dé-tendance no gender

#1 LE FIL DIRECTEUR, LE CROISEMENT DES UNIVERS

Entendons-nous bien : il ne s’agit pas seulement de faire dans un masculin/féminin que l’on maîtrise déjà fort bien, mais de mêler 2 dressings a priori étrangers l’un à l’autre, tant dans l’esprit que les occasions de les porter. Et de pousser les curseurs du détournement.

Isabel Marant

#2 ON RESTE TENDANCE

On garde la base d’une bonne dose d’esprit androgyne. Et tous les mixages qui vont avec. Donc, toujours bienvenus : le costume d’homme (avec veste et pantalon larges de préférence), la récup de l’attitude army (certaines modeuses assurent que le treillis est le nouveau jogging…), la touche marine (comment vivre sans marinière et caban bleu marine?), le cuir néo-rebelle (le perfecto reste un incontournable des vitrines et le pantalon biker y revient ), le workwear, ses vestes de travail et ses combinaisons de chantier, notamment en total denim (bleu brut à privilégier)…

#3 ON S’Y MET À L’AVANCE

On prend les mêmes «classiques», mais on leur injecte le coup d’audace qui les rend de nouveau originaux.

  • Costume d’homme avec bermuda, limite fitté cycliste. Short large admis (mais un peu trop facile).
  • Total cuir, à penser comme une seconde peau de pied en cap. Avec, en tête, chemise-pantalon d’amazone, combinaison carrossée façon pilote.
  • Cow-boy/girl. Avec force franges, broderies, santiags… Dont on abuse sans modération et sans crainte de parti pris total western.
Lancaster

#4 ON PREND LA TANGENTE

Evidemment, on peut, comme d’habitude, se rabattre sur la «petite touche de…» sans aller au bout de l’idée. Petit pantalon de cuir par-ci, petites franges par-là, petit bermuda traité sportwear… Dans le vent mais pas au sommet de la vague. On vous suggère plutôt un pep’s de «risque étudié» : le plastique. A savoir, les cirés, blousons et impers vinyle (rouge, c’est encore mieux parce que ça change) et le pardessus tout… transparent ! Mais si, c’est facile : on peut même porter une tenue BCBG avec !

Chanel

Dé-tendances glam fun

#1 LE FIL DIRECTEUR, LES JEUX DE LA FÉMINITÉ.

On a bien dit : féminité ET jeux. Cela fait belle lurette que l’on ne se contente plus des figures imposées de notre soi-disant éternelle sexytude. Or donc, on continue de fuir la panoplie cliché «dadame», «girly», total look rétro figé sur une décennie, 40’, 50’, 60’, 70’, 80’…

Christian Dior

#2 ON RESTE TENDANCE

On développe un courant déjà amorcé et annoncé: le retour de la jupe sous le genou, crayon ou carrément longue. Autre tendance testée et approuvée: le grand soir du jour. Transparences et déferlantes de paillettes, sequins et autres brillances satinées. Et on poursuit sans faiblir la quête du mix and match le plus impressionnant. C’est plus que jamais palette libre, des pastels aux tons flashy, rose et rouge toujours gagnants (le vert émeraude en challenger).

Burberry

#3 ON S’Y MET À L’AVANCE

Il est question ici d’être à la pointe du détail.

  • Jeux d’épaules. A savoir, l’asymétrie bien placée d’une épaule dénudée. Qu’il est des plus opportuns de dynamiser, côté habillé, par une épaulette marquée, un effet de volants appuyé ou une manche hyper allongée.
  • Impressions a priori hors propos. Hors saison, l’écossais façon tartan et le prince de galles. Désormais ouverts aux tons pastels et/ou vifs des beaux jours.
  • Envolées de plumes et tulles. Au bout de l’esprit «petit rat» et costume d’opéra. A penser néanmoins plus street que scène, avec un vestiaire complémentaire «cool», large pull, t-shirt blanc… baskets ou godillots.
  • Pop Culture et pieds de nez à l’overconsumérisme. Esprit wharolien revient dans ce corps! Les badges à messages et logos ostentatoire étaient déjà de retour. La dérision supérieure ? 1 : aller jusqu’à la griffe en imprimé total cover (oui, oui, comme l’illustre sac siglé). 2 : afficher le look hypermarché, codes barres, carte bancaire, produits alimentaires…
Sonia Ryckel

#4 ON PREND LA TANGENTE

Dingue, on redécouvre nos grands classiques ! Trench en premier lieu, mais aussi veste d’homme, jean droit, chemise blanche… Oui mais (forcément, il y a une dé-tendance «oui mais») : on revisite. Dans l’oversize. Avec, à volonté, asymétries + superpositions. Notre bon vieux trench mastic prend (vraiment) de l’ampleur et de la longueur. Les vestes s’additionnent. Le jean s’amourache de la longue robe chemise boutonnée du col et déboutonnée du genou… Ben quoi, qui a dit que c’était la détente, la dé-tendance.

© George Mayer / © Patrick Demarchelier

Pascale Chatillon

Pascale Chatillon

Mâle et diction

Madame en ras la covid !

Plagiat ? Mes droits…

Je pique… ça pique !

En chantier : Annecy

Stationnement : quoi de neuf pour l’été ?

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

En chantier : Thonon-les-Bains

Thonon change de main ?

Plagiat ? Mes droits…

Je pique… ça pique !

En chantier : Annecy

Stationnement : quoi de neuf pour l’été ?

mode : emma bruschi

Il n’y a que paille qui m’aille

escapade dans la Drôme

La prise de la bastide

mode : maison alfa

une mode adurable…

escapade dans le Gard

Egards et garrigues

mes sous sans soucis

Bonnes nouvelles fiscales !

maf attacks

Jupe alors !

Pin It on Pinterest

Share This