tête bêche

1 Avr 2019

Cette empotée rêvait de grosses légumes et ne récoltait que des mange-tout, des fumiers par brouettes, des sous-abri à la pelle, des potes âgés fleurant bon le compost qui, une fois la tige taillée, la laissaient en plant. Tous des fervents défenseurs de la rotation des cul’tures, qu’ils disaient…

Sans parler de ces jeunes pousses, tout juste comestibles, des montées de sève encore incontrôlées, toujours partants pour la-bourer; mais pas de pot: l’arrosage automatique avait une fâcheuse tendance à se déclencher aux premiers coups de binage. Devant sa mine en décomposition, soucieux qu’elle n’en prenne ombrage, les bourgeonnants proposaient volontiers une séance de repiquage, le temps que la brindille retombante fasse le plein d’essence. Pas de mélèze! En guise de remontant, les spécimens caducs, fauchés en plein bouleau, suggéraient à la bêcheuse de pomper le tuyau. Mauvaise pioche, ils repartaient aussitôt avec un râteau. Ça ne drainait pas ! Non mais, faut pas pousser aussi !

Rien n’y faisait, elle restait le cœur en jachère. Loin de se résiner, cette écorcée vive allait montrer de quel bois elle se chauffe, n’entendant pas végéter ainsi plus longtemps.
Fini le mur des fermentations !

Chlorophylle en avait assez des broc-au-lit et des poivrons qui taquinent l’é-pinard, aux organes végétatifs… Il lui fallait de l’arty show, que ça dépote ! N’en déplaise aux coincés du bulbe.

Et pour accueillir la fine fleur, elle avait éclairci le terrain, divisé les touffes, tondu le gazon et même élagué le fruit défendu.

Et un jour, à l’aube épine, son (t)erreau s’est planté là, sans buis, cyprès d’elle… Trop chou, fort argile, un brin cultivé et l’imagination fertile, la greffe a pris sur le champ.
Avec lui, elle voulait perdre pieds, prendre racine, qu’ils sèment furieusement, et pourquoi pas, comme dans les histoires qui finissent bien, se faire engraisser !

Lara Ketterer

Lara Ketterer

Lara Ketterer meneuse de revue SURNOM: enfant, c’était Tatouille, en rapport avec mon prénom... PERSONNAGE DE FICTION: depuis toujours : la femme piège, d’Enki Bilal, une reporter mystérieuse et un peu paumée en 2025... OBJET FETICHE: mon téléphone portable, un vrai doudou que je traîne partout ! ADAGE: vivre sans folie, ce n’est pas raisonnable du tout ! JE GARDE: mes yeux et mon esprit rock, toujours provoc ! JE JETTE: mes coups de blues, ça abime les yeux ! DANS 20 ANS ? Adulte ? presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

ESSAIE ENCORE

Pour qui sonne le Gong ?

Le son du vendredi : eclipse – xixa

Du bon son, Antoine de Caunes s'en est mis plein les oreilles depuis des années. Alors, quand au détour d'une interview (oui, oui, on se fait mousser...), il vous fait une prescription musicale, vous allez forcément écouter ! "Xixa (prononcer Tchi-Tcha, comme sur...

Une expo qu’on kiffe graff…

Pour changer de décor, c'est en intérieur que le street-artiste savoyard GraffMatt, que nous avions rencontré l'été dernier, expose ses oeuvres. Direction le 1er arrondissement de Lyon, et Fluxus, un restaurant-bar-galerie, lieu atypique nommé ainsi hommage au...

MÂLE ET DICTION

Loulou ab(l)onde dans le bon sens

STEPHANE DIAGANA

Haie d’honneurs

ANDRÉ DUSSOLLIER

D’André de jeu

POUR LE DESSERT !

Gâteau Napoléon

Pin It on Pinterest

Share This