Turin – ex miss mode

7 Mai 2019

victime de la mode ?

TURIN ? C’EST L’AUTOMOBILE, LA JUV’ ET LE CHOCOLAT… LA « TORINESITÀ » – L’ORIGINE TURINOISE – DE CERTAINES CHOSES NE VOUS SURPREND PAS.
ET LA MODE, ALORS ? QUOI, VOUS NE LE SAVIEZ PAS ? C’EST POURTANT SUR LES PODIUMS DE LA CAPITALE PIÉMONTAISE QU’ELLE A FAIT SES PREMIERS PAS.

Fin du 19e siècle. Paris, qui cherche à exporter ses silhouettes, jette son dévolu sur Turin. L’aristocratie, les fastes de la cour et son goût pour l’élégance en font un terrain propice. Le savoir-faire et l’excellence de son artisanat aussi. Deux fois par an, les plus grands tailleurs turinois assistent aux défilés de mode parisiens, dont ils reviennent les poches pleines de patrons. Sur les talons de la ville lumière, la capitale du Piémont devient donc rapidement une référence européenne en matière de mode. En 1911, avec l’Exposition Universelle, c’est même carrément la consécration. Le luxueux Palazzo della Moda, construit pour l’occasion, dispute la vedette aux «merveilles de l’électricité» : la production italienne et étrangère y est présentée sur des mannequins de bois, de cire ou -audace !- de chair, sur des acteurs se mêlant à la foule. Les chroniques de l’époque évoquent aussi «l’affaire» de la jupe-culotte -audace repetita !- : une Italienne portant ce modèle avant-gardiste, imaginé par le Parisien Paul Poiret, aurait dû s’abriter dans un magasin pour fuir les insultes des passants, attendant la nuit pour s’échapper par une porte dérobée.
Dès ses premiers pas, la mode doit donc s’habituer à ne pas être toujours comprise.

QUAND TURIN RAYONNE

L’histoire ne dit pas si les pantalons bouffants de Mussolini ont cherché, eux, à être compris, mais en 1932, c’est à Turin que le Duce crée l’ENTE, l’Agence Nationale de la Mode. Son but ? Faire naître un style italien digne de ce nom -pas une copie du français- et favoriser l’utilisation de textiles locaux, comme le chanvre ou la rayonne, pour limiter les importations de coton ou de jute. C’est également à Turin qu’a lieu, en 1933, la 1re exposition nationale de mode, sorte de fashion week avant l’heure.
Dans les 10 ans qui suivent, l’Italie donne plutôt dans le monochrome, à dominante brune, et dès la fin de la 2e Guerre Mondiale, Turin, consciente du poids de l’industrie textile dans son économie se bat pour défendre l’autorité de l’ENTE auprès du nouveau gouvernement italien. Mais d’autres régions, dont la Lombardie, se sont positionnées sur le créneau : en 1946, le Centre de la mode italienne naît à Milan.
La Piémontaise ne se laisse pas faire pour autant ! Au milieu des années 50, Turin lance le Salon International du Vêtement (SAMIA), un virage prêt-à-porter dans lequel s’engage le Grupo Finanziario Tessile (GFT), colosse local du secteur. Pendant plus de 20 ans, il sera le bras armé des grandes maisons italiennes, Valentino, Armani, Ungaro… Véritable symbole du «Made in Turin» et de son dynamisme, il ne survivra pas à la crise des années 90, lorsque l’industrie de la mode commence à s’effondrer et à passer définitivement le relais à Milan.

RENAISSANCE

Mais… “Nous sommes une ville de fabricants, avec une foule de jeunes créateurs et de marques innovantes qui ne demandent qu’à être découvertes”, s’enthousiasme Claudio Azzolini. En 2016, avec deux associés passionnés, il a lancé la Torino Fashion Week. “La ville avait besoin d’un nouveau modèle de fashion shows, plus accessibles, concentrés sur les talents émergents. En trois éditions seulement, l’événement a été reconnu mondialement et va encore prendre de l’ampleur. Le modèle de Milan est obsolète. Nous sommes le futur…” Pas de doute, Turin is style alive.

http://www.twofficial.it

Torino Fashion Week du 27 juin au 3 juillet 2019

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

Philippe starck

Starck-system

JOYEUX BORDEL !

Bah dis donc, tu viens plus aux soirées, là ?! T'as tout loupé... Papillote et mamie hot au taquet, bolducs et moldus emballés, y a que Jean-Luc qui s'en est allé : les cheminées à ramoner étaient...
Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

Philippe starck

Starck-system

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

festival de films montagne

Les femmes et la montagne à l’honneur

Dessert ou goûter ?

Confiture de poires aux amandes

DES pâtes, oui mais…

Bolognaise crémeuse de potiron

URBANISME : LYON VILLEURBANNE

La nouvelle petite utopie de Villeurbanne

URBANISME en chablais

Des nouvelles du Chablais

Pin It on Pinterest

Share This