urbanisme au passé – évian après les eaux –

XXIe siècle nouv’eau départ

EN 2018, APRÈS 3 ANS DE FERMETURE, LES EAUX MINÉRALES D’EVIAN® OUVRENT À NOUVEAU LES PORTES DE LEUR USINE D’EMBOUTEILLAGE, FLAMBANT NEUVE, SUR LE SITE… D’AMPHION ! LAISSANT À EVIAN-LES-BAINS DES FRICHES INDUSTRIELLES QUI VONT POUVOIR COMMENCER UNE NOUVELLE VIE. OBSERVONS L’EFFET D’EVIAN® SUR L’URBANISME…

2003 – C’est d’abord la cartonnerie qui ferme ses portes.
2008, c’est au tour des lignes d’embouteillages de marquer le pas. Les activités de recherche et développement déménageront 4 ans plus tard, signant ainsi la désertion complète des usines des eaux d’Evian, en faveur de celles d’Amphion. Mais le site est idéalement placé, à l’ouest du centre-ville, au-dessus du parc Dolfuss et tout proche de la gare. Il pourra profiter dès 2019 de la ligne ferroviaire CEVA reliant directement Evian à Genève. Dans un contexte de forte pression démographique, où chaque commune cherche à augmenter son parc de logements, la parcelle de 14 000 m2 trouve donc rapidement une nouvelle vocation.

SOURCE D’AVENIR

C’est l’architecte haut-savoyard Jean-Louis Duret qui remporte le concours lancé par Danone (groupe auquel appartiennent les eaux d’Evian) et la SNCF. Il veut créer “un lieu de vie réconciliant la ville, l’histoire, une architecture contemporaine pérenne”.
Son parti pris consiste à déstructurer un volume rectangulaire classique par un jeu complexe de balcons habillés de garde-corps en verre qui créent une seconde façade étirée aléatoire, principal élément architectural perçu. Au début de l’été 2018, la première pierre de l’ensemble est posée. Derrière les 130 mètres de façades historiques classées, et donc préservées, de l’ancienne usine d’embouteillages, pointent donc aujourd’hui quatre bâtiments, fraîchement sortis de terre, pour un total de 116 logements, dont 41 logements sociaux, ainsi que 165 places de parking dont 102 en sous-sol.

Avec la collaboration de Evelyne Hurtaud, guide-conférencière à Evian-les-Bains / ©Jean-Louis Duret, architecte DPLG-urbaniste

[social_warfare]
Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

LOC’AMOR

la faim des haricots

même pas mâle

dans le potage

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This