urbanisme : bonneville

quitter les îles

«LES ILES», UN NOM EXOTIQUE POUR UN QUARTIER PRIORITAIRE DE BONNEVILLE SANS SABLE NI PAILLOTTES, MAIS AVEC DES BARRES D’IMMEUBLES. S’IL EST FAIT DE BÉTON, IL Y RÈGNE POURTANT UN ESPRIT DE VILLAGE, QU’UN DOCUMENTAIRE VA CAPTER AVANT QUE LES TOURS NE DISPARAISSENT.

Un architecte, un vidéaste, 6 semaines d’immersion dans un QPV, Quartier Prioritaire de la Ville… Ce pourrait être le pitch d’un nouveau programme de télé-réalité. C’est de la réalité tout court. En septembre dernier, Adam Pugliese, architecte artiste et Maxime Faure, auteur-réalisateur, ont répondu à l’appel de la Maison de l’Architecture de Haute-Savoie et se sont installés en résidence dans le Quartier des Iles, à Bonneville pour en documenter le «renouvellement urbain». Un renouvellement plutôt radical, puisque les 258 logements sociaux qui le constituent, répartis sur 4 barres et 5 tours datant des années 70, vont être démolis. Dans cette perspective, le quartier se vide doucement de ses habitants -environ un quart ont déjà été relogés-. Certains y avaient construit toute leur vie.

TRANQU’ILES

Dans la rue, dans les transports, sur le marché ou chez eux, Adam et Maxime sont donc allés à leur rencontre. “Ce qui nous a marqués en arrivant, c’est cet esprit de village. Tout le monde se connaît, les gens veillent les uns sur les autres. Il y a de vraies relations de voisinage, des repères au sein du quartier et de leurs immeubles. Ils dialoguent, échangent entre les appartements, entre les différents étages, c’est comme si, finalement, les logements se prolongeaient par circulation verticale, de manière assez fluide. Ça décloisonne complètement l’idée qu’on peut se faire des grands ensembles.” Parce que les Iles, c’est “beaucoup de solidarité”, résume Hakim Benamar, responsable du service Ville et Quartiers. Il accompagne, dans leurs démarches de relogement, les habitants de ces immeubles au pied desquels il a grandi. Sa mère revendique même d’être la première à y avoir emménagé, “mais il y a bataille avec quelques voisins”, plaisante Hakim. “Elle n’en a jamais bougé, elle y a toutes ses attaches. Il y a toujours un gamin pour lui porter ses courses, quand elle a besoin d’une baguette, elle en appelle un autre par la fenêtre pour qu’il aille à la boulangerie… Pour comprendre le quartier, je dis souvent qu’il faut venir un soir d’été, à 1h du mat’, on se croirait au milieu de l’après-midi : les pères jouent aux cartes, les enfants au foot ou au loup et les mères boivent le thé. Quand il y a un décès, elles font à manger pour tout le monde, offrent le repas. Adam et Maxime ont vite vu tout ça, ils ont réussi à créer une complicité, et quand ils se sont faits invités à manger, c’était gagné. Ça toujours été comme ça aux Iles.”

JAMAIS SANS MES ILES

Même s’il y a eu des périodes moins roses, “quand j’étais petit, tu ne rentrais pas si tu n’étais pas du quartier, il y avait une espèce de douane.” Mais, dans les années 2000, une vague de réhabilitation, modifiant la circulation et remettant du vert dans le béton, change les mentalités. A tel point que les Iliens,aujourd’hui, n’ont pas envie de s’en aller. “En grandissant, les enfants ne sont pas partis, ils se sont juste installés dans un autre bâtiment. Ce n’est donc pas un projet de relogement facile. Là, c’est comme si on devait réinstaller toute une grande famille. Pour ma mère, par exemple, il faudrait qu’on déplace tout son immeuble dans un autre quartier, avec les mêmes gens.” Il y aura bien sûr des possibilités d’emménagement dans les nouvelles constructions, sur le même site, mais pour les 23 premiers logements, le bailleur a déjà réceptionné 67 demandes… En France, on compte 1300 quartiers prioritaires au titre de la politique de la ville, rebaptisés QPV et identifiés selon deux critères : minimum 1000 habitants, dont la moitié au moins à bas revenus, soit 60 % du revenu fiscal médian de référence.Il y en a 4 en Savoie et 6 en Haute-Savoie. “Nous espérons que notre film permettra de comprendre ce qui se passe à l’échelle nationale, au sein des grands ensembles, dans le cadre de ces renouvellements urbains” concluent Adam et Maxime. “Là, on le capte vraiment de l’intérieur.”

Archi-cinématographique !

Le film de Maxime Faure et Adam Pugliese sera projeté à l’occasion de la 21e édition du Festival Ciné Archi,une action de sensibilisation à l’architecture, basée sur la projection de longs métrages, documentaires,films d’écoles ou d’animation. L’occasion de voir, entre autres, une mariée dans les combles de l’Hôtel de Ville d’Annecy après son incendie, la conception des lieux de culte par l’architecte suisse Mario Botta ou encore la complicité entre Le Corbusier et le menuisier Charles Barberis.
Plus d’infoswww.maison-architecture-74.org

Maxime Faure et Adam Pugliese

Le nouveau programme

De 258 logements, le Quartier passera, par phases, à 192, pour une répartition placée sous le signe de la mixité sociale: 49 appartements seront donc en accession libre, 34 en accession sociale, 42 en locatif intermédiaire et 67 en locatif social. Les premières livraisons de logements sont prévues pour 2021. L’objectif est également de transférer le stationnement de surface dans des parcs souterrains, prévus sous les nouveaux immeubles, pour laisser de la place à deux grands espaces verts, l’un au cœur du site, l’autre à proximité du groupe scolaire, qui sera également rénové.

© Vincent Bleyenheuft architecte

Photos : FAURE / PUGLIESE

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Charles-André Charrier

Dandy de grand Chenin

Le Bistro du Rhône

Rhône de composition

Quality street 

Du 16 au 19 septembre, ça chauffe aux anciennes usines Fagor Brandt lyonnaises ! Pour sa 5ème édition le Lyon Street Food Festival remet le couvert et pousse le bouchon avec une mouture culture and Food 100% nomade. Eparpillés sur plus de 23000 m2, chefs, pâtissiers,...

Les Insulaires – Film Documentaire

En novembre dernier, nous vous parlions du projet de l'architecte Adam Pugliese et du réalisateur Maxime Faure, en résidence dans le Quartier des Iles à Bonneville. De cette résidence, est né "Les Insulaires", un documentaire de 59 minutes, qui suit les habitants de...

Dans l’air

Bubu roi… des airs

Activités Air

Passez à l’air d’été !

Activités autour du feu

En feu-tu ? En voilà !

Thierry Martenon

Homme des bois !

Pin It on Pinterest

Share This