visite de maison : activ’ les pieds dans l’eau

9 Nov 2018

il y a ceux qui rêvent…

On rêve tous de vivre au bord de l’eau, dans un lieu original et beau, dans lequel on se sentirait tous les jours en vacances, que nos amis nous envieraient, certains avec un soupçon d’aigreur, mais où tous ne pourraient pas s’empêcher de venir à la moindre occasion, tellement on s’y sentirait bien… on en rêve tous, mais Constance et Louis Michel, eux, le possèdent, pour de vrai, au bord du Lac Léman.

Le site est incroyable. Totalement les pieds dans l’eau. Normal, puisqu’il s’agit d’un ancien garage à bateaux, construit dans les années 50. Niveau architecture, rien d’exceptionnel. D’ailleurs, l’histoire a oublié le nom de l’architecte. Mais malgré tout, 200 m2 d’entrepôt et 100 m2 de jardin, en langage Stéphane Plaza, ça fait un sacré potentiel. Dès la première visite, Constance et Louis Michel se sont immédiatement imaginés en train de raconter, sur un mode à la fois décontracté et détaché : “C’est notre petit paradis familial avec nos trois enfants Henry, Brune et Pia et notre chien Ortax, un havre de bonheur où nous vivons de vrais moments de convivialité avec nos amis et notre famille !”… Cela le faisait grave !

UNE DISTRIBUTION SIMPLE ET EFFICACE

Qui plus est, de précédents propriétaires avaient commencé la transformation du bâtiment pour en faire une habitation : tous les murs intérieurs étaient tombés, libérant l’espace qui, ainsi vierge, semblait appeler à un agencement audacieux. Cependant, en matière d’audace, finalement… cinq chambres avec chacune sa salle de bains à l’étage, et au rez-dechaussée une très grande pièce à vivre entièrement vitrée, pour ne rien perdre de ce panorama exceptionnel : le lac, leur piscine privée (du moins devant leur maison), qui ne nécessite aucun entretien… une cuisine ouverte, et néanmoins séparée grâce à une cloison qui intègre en partie haute trois fenêtres intérieures… Un escalier en béton, avec garde-corps métal et verre pour le rendre discret, fait le lien entre les deux étages…

Mais pourquoi faire beaucoup plus compliqué puisque cela fonctionne ? Sans l’aiguillon de la jalousie, on trouverait cela très bien. Même si l’absence d’un bureau, dans ce lieu qui semble fait pour la création, laisse songeur. Et qu’une salle de sport au bord de l’eau, avec un beau rameur, ça l’aurait fait grave aussi. On se demande ce qu’auraient fait les précédents propriétaires s’ils ne s’étaient pas contentés de décloisonner ?

JALOUSIE, PASSE TON CHEMIN !

Toute la façade du rez-de-chaussée a été percée de grandes ouvertures vitrées, qui donnent le sentiment de vivre dehors dès lors que le temps est suffisamment au beau pour tenir ouvertes les larges baies coulissantes en aluminium noir. La mise en couleur rouge de la charpente métallique qui porte l’étage a apporté, quant à elle, rythme et énergie à cette façade, qui de toute façon n’en manquait pas vraiment. Certains iront arguer que la maison est tout en longueur, pas suffisamment profonde, et que le rez-de-chaussée donne un peu l’impression d’être celui d’un containeur, ou d’un mobile home, d’une caravane… Et que le palmier dans le jardin est déplacé, qu’il fait balnéaire alors que le trip devrait être lacustre. Mais alors, tout le monde aura compris que l’on a à faire à des jaloux. Aussi nous permettons-nous de recommander à ceux qui s’apprêtaient à élever cette critique de se taire, et de continuer de rêver tranquillement en silence. D’autant plus que la visite n’est pas terminée.

«EX FAN DES FIFTIES…»

Car pour tout arranger, et finir d’agacer, Constance a du goût. Si l’agencement des pièces a donc été des plus classiques, la décoration intérieure présente davantage d’originalité et de personnalité. Fidèle à l’esprit fifties de la maison, la maîtresse des lieux a écumé tous les sites d’enchères qui proposaient du mobilier et des objets décoratifs originaires des années 50. Dans l’écrin de murs blancs, les couleurs primaires sont à l’honneur. Canapés, poufs et coussins, tous achetés chez Villa Médicis Décoration à Dijon, arborent fièrement une dominante de teintes jaunes et bleues qu’agrémentent des touches d’orangé, de vert et de rose.

On plébiscite le lampadaire couronné de ces trois petits abat-jour jaune, bleu et rouge pour sa présence aussi égayante que réchauffante. Parce qu’il faut quand même toujours bien penser à réchauffer un salon au sol recouvert de béton ciré ! Dans les chambres règne la même atmosphère, à la fois vintage, sobre et chaleureuse. Située à un angle de la maison, celle de Constance et Louis Michel ouvre sur une agréable terrasse. Constance y a évité le superflu : un lit confortable, un miroir sur pied, un fauteuil au design scandinave… l’essentiel est là pour un repos serein. Pour le reste, du buffet de la salle à manger au lit de la chambre principale, en passant par les fauteuils Bridge qui entourent la grande table de la salle à manger, tout est authentique. Y compris la carcasse d’avion, qui provient d’un crash aérien qui a eu lieu non loin du lac, au cœur des Alpes, à la fin des années 60. La grand-mère de Constance était dans l’avion ! Et la carcasse constitue ainsi autant un objet décoratif qu’un souvenir de cette femme qu’elle n’a jamais connue, mais qu’elle aurait sans doute beaucoup aimée. On plaisante bien sûr…

Photos Frenchie Cristogatin

la rédaction

la rédaction

DESSERT CRAQUANT

Chic, c’est l’été !

RECETTE D’ÉTÉ

Pour changer des salades…

The END – Juin 2022

La fin d’un canard racontée par ses plumes…

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

basta cosi !

Basta Cosi, c'est toute la cuisine traditionnelle italienne avec une pointe de modernité, une carte élaborée à partir des meilleurs produits venus directement d'Italie, pâtes fraîches artisanales, charcuterie italienne DOP et IGP, viandes et poissons frais. La pâte à...

DESSERT CRAQUANT

Chic, c’est l’été !

pIS pAUL, bEST OF

STARS AU COMPTOIR

RECETTE D’ÉTÉ

Pour changer des salades…

compléments élémentaires

Si… licium m’était conté

mode, séraphine et zélie

Sœurs à l’ouvrage

Pin It on Pinterest

Share This