LE son du vendredi – Mark Ronson (feat. Phantom planet)

LE son du vendredi – Mark Ronson (feat. Phantom planet)

On ne présente plus Mark Ronson… C’est l’oreille d’or, la console magique, l’intuition de l’orchestration qui a fait de l’album « Back to Black », d’Amy Winehouse, le chef-d’oeuvre que l’on sait. On retrouve également le producteur britannique aux côtés de Miley Cyrus pour « Nothing breaks like a heart » ou de Bruno Mars pour les cartons « Locked out of Heaven » ou « Uptown Funk ». Bref, un titre estampillé Ronson est souvent synonyme de succès.

« Just », c’est un morceau de Radiohead, que le groupe mythique de Thom Yorke sort dans l’album The Bends en 1995. Ronson le reprend en 2008 avec l’ensemble californien Phantom Planet. Il remplace les basses saturées de l’intro par de bons gros cuivres – sa Mark de fabrique -, rajoute une guitare funk et une rythmique chaloupée pour atteindre son objectif : faire danser… Car si l’originale donnait envie de se jeter dans une foule de cheveux longs et de t-shirts délavés pour un pogo effréné, cette reprise prend possession de vos épaules et hanches et les entraîne irrésistiblement vers la piste de danse. Allez, ondulez !

Le son du vendredi : eclipse – xixa

Le son du vendredi : eclipse – xixa

Du bon son, Antoine de Caunes s’en est mis plein les oreilles depuis des années. Alors, quand au détour d’une interview (oui, oui, on se fait mousser…), il vous fait une prescription musicale, vous allez forcément écouter !

« Xixa (prononcer Tchi-Tcha, comme sur Canal, le mag cinéma, le sieur de Caunes est décidément très corporate…), c’est un groupe de l’Arizona qu’on a invité dans Popopop (session live dans l’émission du 23 septembre 2021, consacrée au chanteur français Raphaël), et il y a un morceau dans le dernier album qui s’appelle Eclipse, sur lequel j’ai guinché tout l’été, un mélange de rock psychédélique, de cumbia, écoutez ça, c’est très joyeux, si vous restez assise c’est que vous avez un problème lombaire !« 

Parce qu’on aime bien les contrastes, que l’époque à la neige et aux sapins croulants sous les décos n’empêche pas d’avoir envie d’un air de western latino, sous le soleil de Tucson, chaud, chaud, chaud…

Crédit Photo : Page Facebook du groupe

LE SON DU VENDREDI : BETTER THINGS – Sharon Jones & the Dap-Kings

LE SON DU VENDREDI : BETTER THINGS – Sharon Jones & the Dap-Kings

Du mal à démarrer ce matin ? Laissez Sharon Jones & the Dap-Kings vous prendre par la main.

Une basse qui trotte en mode série américaine des années 70, qui glisse et syncope pour laisser entrer la guitare, une batterie veloutée et des mains qui marquent le tempo, le temps que Sharon Jones se prépare. Un éclat de rire, quelques mots avec les musiciens et la voilà : « I’m a better woman than I have been... » En 2010, quand sort cette chanson, elle a 54 ans et ne connaît le succès que depuis peu. La force et la chaleur de sa voix, ses montées en puissance à la Tina Turner, c’est en surveillant des détenus ou en convoyant de l’argent qu’elle les a forgées. Et elle leur a trouvé l’écrin parfait en 2002, avec les Dap Kings, formation funk/soul taillée pour la scène et attachée à retrouver un son des années 60-70, sans électronique. Ce sont d’ailleurs eux qui, dénichés par le producteur Mark Ronson, donneront aussi la texture rétro – et l’incroyable efficacité – de l’album multi-récompensé Back to Black d’Amy Winehouse (2006).

Better things est une chanson résiliente qui, toute en souplesse, mais avec force, invite à ne pas s’encombrer d’un passé plombant (I got better things to do than remember you), à garder la tête haute et les idées claires (my head is high and my spirit strong). Une bouffée d’énergie et de pensée positive pour commencer la journée !

Better things – I learned the Hard Way (2010 – Daptone Records)

Pas dans le mille Emile !

Pas dans le mille Emile !

« Comme une lettre qu’elle aurait chantée, Loube dévoile Emile, son premier album… » Ah l’amour !!! Celui qui nous titille et nous chahute, celui qui nous bouscule et nous bascule, nous renverse et nous fait voir la vie en ultra-violets. L’amour est derrière Emile, lui, le mâle aimé, puis détesté, l’homme qui a tout bon et qui finit dans la fosse aux cons. Loube veux un homme, un vrai, un qui l’emmène à Rome et lui fasse des sablés, un homme qui embrasse  toute sa sensibilité . Et qu’est ce qu’elle en a ! Entre autodérision, sentiments violents, déception et acceptation un peu forcée –  t’es marrant toi – Loube se marre et prend la vie du côté yeah !!!  Dans un opus acoustique guitare-voix qui pétille,  elle  parle de futurs beaux parents et de bombe à retardement, de muse et de truc qui l’amuse et surtout elle te dit à toi et à tous les Emile du monde entier : Te fais pas de bile, mais te trompe pas de jeu, ou j’te crève les pneus !

Emile, sur toutes les plate formes, c’est tout de suite et maintenant ! Instagram@LaetLOUBE

Le Son du Vendredi : Lovely Day – Bill Withers

Le Son du Vendredi : Lovely Day – Bill Withers

Il suffit de la 1ère mesure, même pas, des cinq 1ères notes de basse chaloupées, et je sens la chaleur dans mon ventre. Mes cervicales se dénoue, mon périnée se démobilise et ma ride du lion s’atténue… Le monde peut bien s’écrouler, je le regarde faire en souriant, enveloppée par la voix ouatée de Bill Withers qui me souffle à l’oreille qu’avec un seul regard vers moi, il sait qu’il va passer une belle journééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééée…

En 1977, j’étais tout juste née. Magnifique bébé – évidemment – , j’aurais donc pu lui inspirer cette déclaration d’amour ensommeillée, « When I wake up in the morning, love And the sunlight hurts my eyes… » mais il semblerait en fait que ce soit son co-auteur, Skip Scarborough, qui lui ait insufflé. « Skip était un homme très gentil, très doux. (…) A ses côtés, chaque journée était une belle journée. C’était un optimiste. Si je m’étais assis avec la même musique et que mon collaborateur avait été quelqu’un d’autre, avec une personnalité différente, j’aurais probablement eu d’autres paroles en tête. (…) Dans un sens, nous sommes tous des éponges. Si on nous met en présence de personnes sympas, on fait des choses sympas, si on nous met avec des cons, on devient con ». *

Je vous laisse méditer cette phrase en observant vos collègues de bureau…

En attendant, toutes et tous, passez « a Lovely Daaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaay » – une note que ce bon Bill tient quand même 18 secondes à la fin du morceau ! Essayez pour voir… Morten Harket (A-Ha), lui l’a fait, avec son apnée de 20 secondes pour Summer Moved On, mais ça, c’est une autre histoire – .

*Interview publiée en 2004 sur le site internet Songfacts.

P.S : Bill Withers nous a quittés le 30 Mars dernier, à 81 ans. La semaine suivante, la talentueuse Rebecca Manzoni lui a consacré un très beau Pop’n Co, et nous, nous avions rencontré Rebecca en Décembre 2020…

P.S 2 : Et j’adule tellement cette chanson que j’en aime toutes les versions : celle, rap, de Twista ft. Anthony Hamilton ou la bossa ensoleillée et cuivrée de Studio Rio.

La recette de l’œuf mimosa dans tous ses états !

La recette de l’œuf mimosa dans tous ses états !

Plat typique des dimanches en famille, l’œuf mimosa est comme la mode, il s’habille par tous temps et à toutes les saisons.

Pour la base, il vous faudra :
-Des œufs
-De la mayonnaise (« maison » de préférence)
-20mn de votre temps

Pour le style :
Entre placards et réfrigérateur, chasse à la couleur, vous trouverez votre bonheur.

Ici, j’ai choisi :
-Ciboulette, tomates séchées, poivre noir.
-Crevettes, radis, zeste de citron, fleur de sel.

La recette peut être ? : 
-Faites cuire les œufs 10mn dans l’eau bouillante et déposez-les dans l’eau froide pour stopper la cuisson.
-Dans le temps, taillez des dés de tomates séchées, ciselez la ciboulette, zestez un citron et coupez crevettes et radis en petits tronçons. 
-Ecalez les œufs délicatement, puis coupez-les en deux dans la longueur. 
– Videz le jaune, émiettez-le à la fourchette sans l’écraser et répartir dans 3 bols. Un pour la déco, l’autre pour le mélange ciboulette tomates séchées mayo, l’autre pour les crevettes mayo.
-Remplir généreusement les blancs avec les garnitures.
-Disposez dans un plat vintage (parce que c’est beau), sur un lit de salade ciselée pour la conscience.
-Saupoudrez du jaune restant, du poivre noir d’un côté, de l’autre, radis, fleur de sel, zestes de citron.

Et voilà ! A table, c’est prêt !

Pin It on Pinterest