ESSAIE ENCORE

20 Déc 2021

POUR QUI SONNE LE GONG ?

Clap de fin sur un été bien meurtrier pour mon intégrité physique (combo trop d’apéro – défaut dodo). Même l’indien n’aura pas été assez revigorant pour rattraper le déficit programmé. Souffle court, j’ai trouvé ce qu’il me fallait : le Qi Gong.

Vous l’aurez compris ou expérimenté, il est un âge où il vaut mieux jouer l’alternance des plaisirs. Autrement dit, la fiesta tous les week-ends, les apéros milieu de semaine, le boulot taquet et la descendance pied au plancher… il y a un moment, abuser ou périr, il faut choisir.

PURE CONSCIENCE

Perso, la coupe est pleine, j’ai bouffé mon capital sommeil des trois hivers et autres confinements derniers. Va falloir penser à se requinquer. Etant entendu que les cachetons de vitamine C, compléments gelée royale, cures de spiruline et saupoudrages de graines de chia n’y suffiront pas, aux grands maux… J’ai appelé à la rescousse ! “Le Qi Gong, c’est pile pour toi”, m’a-t-on dit. Très bien, les yeux fermés, mais ça consiste en quoi ?
Le Qi Gong est une gym traditionnelle chinoise qui permet de retendre le lien qui unit santé physique, énergie vitale et esprit. C’est sûr que chez moi, les 3 entités vivent dans une coloc assez borderline ! Ça tombe bien, c’est l’hiver et l’heure du bilan. Grand nettoyage enclenché. Vous n’avez pas peur que ça se frite un peu là-dedans ? Tout devrait bien se passer : mouvements lents, exercices respiratoires et travail sur la conscience, tout en douceur. Soit, ça se tente.

CIRCULATION DES FLUIDES

Ce soir-là, autour de Graziella, praticienne de médecine traditionnelle chinoise, nous sommes une poignée en présentiel et une autre en visio, car si elle officie dans différents lieux des Aravis et jusqu’aux rives du lac, Graziella propose aussi ses cours à distance. Viennent les premiers mouvements : une posture, simple en apparence, puis la répétition pendant de longues minutes d’un seul et même mouvement qui semble tourner en boucle. Les bras tendus à l’équerre de chaque côté du corps, je fais des ronds avec mes mains sans engager les avant-bras. Essayez, vous m’en direz des nouvelles ! Surprenant d’exigence et d’intensité. J’enchaîne en jouant des castagnettes, puis en dessinant des 8 à l’infini avec mes omoplates, jamais cette partie de mon corps n’aura été autant sollicitée. Des ailes me poussent ! Je déroule chaque vertèbre une à une, déverrouille les articulations, ça craque… Est-ce à dire que j’ai l’allure d’un Oscar poussiéreux sorti du grenier ? Pas loin.
Puis les jambes légèrement fléchies en forme de losange, les mains et les bras formant la même géométrie au-dessus du nombril, je reste. Puis commence, la cuisse tremblante, à tétaniser avant de comprendre que je dois tenir sans résister, les pieds bien dans la terre, la tête élevée vers le ciel. Oscar a la mâchoire qui claque.
Au final, l’énergie du Qi me traverse les méridiens comme un grand courant. Les fluides limpides, j’en prends tout mon soûl, étant entendu que niveau hygiène de vie va falloir revoir les basiques.
Une infusion de baies de Goji dans le thermos, à défaut d’avoir retrouvé la fougue de la jeunesse, j’ai comme l’impression d’avoir regagné quelques points sur mon permis santé.

+ d’infos : http://gsolari.fr
Facebook Graziella Pourroy-Solari « Tuina des Aravis »

© Monika Wisniewska

Gaëlle Tagliabue

Gaëlle Tagliabue

Journaliste
SURNOM : Gaz, Gazou et toutes ses déclinaisons les plus suspectes. PERSONNAGE DE FICTION : Mercredi de la Famille Addams, j’adore son côté dark et cinglant sous ses airs d’enfant sage. OBJET FETICHE : La chanson qui colle à l’instant, elle me suit partout. ADAGE : "Mon principal défaut c’est de les avoir tous…" C’est de mon père, j’adore cette phrase. JE GARDE : Mes amours, mes amis. JE JETTE : Mes emmerdes, quoique... La peur et le doute… mes poubelles sont pleines ! DANS 20 ANS ? En escale entre 2 voyages, en train de raturer un carnet noirci de belles histoires.

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This