Feu : Fonderie Paccard

Ainsi fond, fond, fond

Tic-tac, tic-tac, voilà 225 ans que la première cloche Paccard tintinnabule, dans le petit village de Quintal. Depuis 7 générations et de père en fils, une ribambelle de ding-ding-dong résonne dans les clochers : la fonderie, aujourd’hui installée à SEvrier, nous sonne les cloches en beauté.

« Venez jeudi, c’est jour de coulée et c’est toujours un moment magique ! Dans la foulée, je donne un petit concert «cloches voix à l’Ars Sonora». Je suis la seule faire ça…”. Anne Paccard -l’épouse de Philippe Paccard, 7e génération- est tellement pleine d’entrain, qu’entre curiosité et sourire contagieux, l’invitation est sitôt acceptée. Elle m’explique d’emblée que la musique a toujours été au centre des préoccupations de la famille, qu’il fallait faire des cloches, oui, mais surtout des cloches qui sonnent juste et joli. Et quel travail d’orfèvre ! Depuis 1796, année des premières pièces en fusion, tout roule, ça coule, et c’est bien joué.

Bell histoire

Tout démarre de là. Un coup du hasard ou du bon dieu, allez savoir ! La révolution a laissé des traces et la terreur vidé tous les clochers de France et de Navarre pour en faire des canons. Derrière la montagne du Semnoz, à Quintal comme ailleurs, on déchante : le clocher est vide et le prêtre a déserté de peur de «se faire raccourcir», explique avec humour Caroline, guide à la fonderie. “A cette époque, on interdit également la fabrication des cloches puisqu’il y a des discordes entre les religieux. Les appels à la messe sont impossibles, on ne peut fêter ni les évènements heureux ni les malheureux, et comme il n’y avait pas de montre à cette époque, difficile de rythmer les journées !”. Le maire prend alors le taureau par les cornes et part toquer chez l’évêque pour réclamer un prêtre. L’évêque accepte, mais lui demande, en gage de bonne foi, d’équiper son clocher d’une cloche, sinon rien ! Conquête des diables pour trouver un fondeur itinérant. C’est le Carougien Jean-Baptiste Pitton qui répond à l’appel, malgré les interdictions. Il a lui aussi une exigence : avoir un apprenti pour l’aider à façonner, lettré de préférence, autant éviter d’écrire des fautes sur la cloche ! Le maire a le profil, il lui file un coup de main et se découvre une vraie passion. Antoine Paccard est dans la place.

Coulée de cloches à la Fonderie PACCARD

Coulée douce

Il crée son petit atelier qu’il préfère à l’itinérance. Il est attaché à son village et ne souhaite pas en partir, ce qui lui permet aussi de peaufiner son apprentissage et d’en découvrir les moindres secrets. Il mène son bout de chemin et passe le flambeau à la deuxième génération, qui met le turbo. La gare d’Annecy est en construction, et la fonderie devenue trop juste déménage à Annecy-le-Vieux entre 1854 et 1857. Plutôt malin ! Les cloches profitent du wagon, voyagent de plus en plus et s’exportent à gogo. En France, puis dans le monde entier, la Maison Paccard se fait un nom et depuis, rien ne l’arrête. “On a étudié notre sujet en profondeur : la taille, le profil, vont donner des notes particulières. Ce sont des instruments de musique au final. L’Orchestre National de Paris était d’ailleurs ici la semaine dernière. C’est la musicalité qui fait beaucoup la différence de nos cloches”, précise Anne. Car c’est l’épaisseur qui joue. Plus c’est fin plus c’est grave, plus c’est épais et étroit à l’intérieur, plus les vibrations sont rapides et le son aigu. Tout un art !

Sortir de ses dong !

Et quand l’heure de la coulée sonne, le monde s’arrête. Dans l’immense atelier aujourd’hui à Sevrier, fondeurs et maîtres fondeurs ont des allures de cosmonautes et de soudeurs de l’espace, protégés de la chaleur, des projections et de la lumière dégagées par les métaux. Et quel spectacle ! Il faut dire que le bronze en fusion, ça rougeoie sévère ! Composé de 78% de cuivre et 22% d’étain, le métal à cloche est très particulier, mais parfait pour la musicalité. A 1200 degrés, il est coulé avec une précision qui donne chaud. Autour se trouve un autre moule, en argile, appelé carapace, où sont gravés à l’envers et à l’intérieur, tous les reliefs qui apparaîtront à l’endroit sur la cloche. “Un test est toujours fait au préalable avant la coulée finale pour voir si le bronze est parfait. Comme un bon pain, la mie serrée !”, plaisante Anne. Fastoche !

Equipe du musée

C’est Ding !

Et de là sont fabriquées toutes les cloches. D’église, d’orchestre, de maison, carillons et même Ars Sonora®  - concept sculptural inventé par la fonderie, avec plusieurs cloches accordées  -, des emblématiques et exceptionnelles, de la plus petite à la plus imposante. Pour le passage à l’an 2000, les Américains ont passé commande d’une cloche de 33 tonnes, 4 mètres de haut et 4 mètres de diamètre pour sonner les 12 coups de minuit. “En 1950, on a fait la Liberty Bell, réplique de celle qui a sonné l’indépendance aux Etats-Unis, une pour chaque état américain soit 54 pièces. Mais on a aussi coulé la Savoyarde, la plus grosse cloche de France placée dans la Basilique du Sacré Cœur de Montmartre, et celle du Pourquoi Pas, navire du commandant Charcot. Vous imaginez, on a des lettres de lui dans nos archives !!! En 225 ans d’histoire, on en a des choses à raconter…”

+d’infos : www.musee-paccard.com

Photos : Yannick Perrin

Magali Buy

Magali Buy

SURNOM : Mag... (d'ailleurs activ'mag c'est pour moi, non ?) PERSONNAGE DE FICTION : Xéna la guerrière OBJET FETICHE : mon piano, il m’écoute, me répond et me comprend mieux que personne. ADAGE : « si tout le monde sait où tu vas, tu n’arriveras jamais à ta destination. Laisse-les croire que tu dors.» JE GARDE : mon mauvais caractère, ma langue bien pendue, mon cœur ouvert et mes yeux verts JE JETTE : mon insécurité, ma cellulite et ma paranoïa... DANS 20 ANS : la même en pire, si c'est possible !

Activités Air

Passez à l’air d’été !

Activités autour du feu

En feu-tu ? En voilà !

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Dans l’air

Bubu roi… des airs

Activités Air

Passez à l’air d’été !

Activités autour du feu

En feu-tu ? En voilà !

Thierry Martenon

Homme des bois !

Phanee de Pool

Pied de Pool !

en mode sport

Casqu’ador !

Viens chez moi, j’habite chez une copine…

Vivre chez son conjoint, et après… ?

Sur terre : Gilles Lansard

Photo, boulot, rando

Fulguro Pédalo

Qu'est-ce qu'on fait mercredi ? On s'essaie au JetCycle à Veyrier ! Mais kézako ? Une version moderne du pédalo, équipée d'un foil, cette aile profilée qui permet de « voler » au-dessus de l’eau et qui a révolutionné les sports nautiques. Le pédalo n’y a pas échappé !...

Pin It on Pinterest

Share This