ismaël khelifa en islande

9 Juil 2018

attraction polaire

Ecrivain, journaliste, réalisateur, scénariste… et de surcroît guide an Arctique et en Antarctique, l’Annécien Ismaël Khelifa appartient à l’espèce des voyageurs qui sont à la fois des découvreurs et des conteurs. Et chaque voyage, notamment en régions polaires est une histoire en soi…

Ismaël Khelifa

Vous l’avez peut-être déjà vu… Ismaël Khelifa anime la chronique «Idées Week-end» dans La Quotidienne de France 5 et est le rédacteur en chef de l’émission «Nos Terres inconnues» auprès de Frédéric Lopez.

Avec Annecy comme port d’attache, il se partage aujourd’hui entre Marseille où il a posé ses valises, Paris où il mène de front ses activités d’écrivain et de journaliste mais surtout les régions polaires où son épouse et lui passent 7 à 8 mois de l’année pour exercer leur activité de guides et transmettre leur absolue fascination pour l’Arctique et l’Antarctique qu’ils arpentent de part en part.

HOMO TERRIEN

Un premier voyage en 2010 au Groenland suffira à happer complètement Ismaël qui, malgré ses nombreux voyages à toutes les latitudes, ressent un attachement presque viscéral pour les régions polaires. Un attachement qui va prendre une dimension d’autant plus prenante quand, en 2015, la veille de son mariage avec Alice, ils sont tous les deux contactés pour devenir guides en Arctique. Mais pour transformer l’essai, il leur faudra «juste» apprendre à piloter un petit bateau à moteur pour naviguer dans les glaces, se servir de jumelles, mais aussi d’armes contre une éventuelle attaque d’ours, et enfin maîtriser les richesses de cet environnement auprès de glaciologues ou d’ornithologues… Pas si simple.
 

“Nous avons alors passé 4 mois et demi de suite en Antarctique, 1er bateau arrivé et dernier parti. Nous voulions voir évoluer les paysages et la faune durant toute une saison. Nous observions des nids de manchots, leur éclosion et regardions les bébés grandir, en temps réel. C’était fabuleux d’être les spectateurs privilégiés de cette nature immaculée”.

Manchots royaux en Georgie du Sud

Car ici tout n’est que glace et ce territoire péninsulaire est très différent de l’Arctique où les paysages recouverts par la toundra sont plus variés, mais surtout où les activités humaines se font ressentir. “En Antarctique, il n’y a ni végétation ni habitations, tout est absolument vierge. Les seules âmes qui vivent sont animales. Et comme ils ne sont pas traqués par l’homme, chaque jour, c’est un festival de manchots, d’éléphants de mer et d’otaries. En bateau, il est très facile d’approcher les baleines. La plupart du temps ce sont elles qui viennent jusqu’à nous!”.

Ces instants privilégiés, Ismaël et Alice les partagent volontiers avec ceux qu’ils accompagnent. Et c’est à chaque fois un choc. “Nous avons rencontré des personnes de tous milieux, pour qui la nature avait toujours été une forme de divertissement, et là, ça devenait tellement fort que ça les prenait aux tripes. Les gens s’abandonnent et se mettent souvent à pleurer devant un tel spectacle”.

Paysage d’Islande

ISLANDE, IDÉAL LAND

Mais le plus gros coup de foudre d’Ismaël se situe au large du Groenland: l’Islande qu’il découvre pour la première fois en 2003 et où il n’aura de cesse de retourner. C’est d’ailleurs en Islande qu’ils partiront avec Alice pour leur voyage de noce, en rando bien sûr. Car quand Ismaël et Alice partent à deux, c’est forcément sacs à dos, tentes et kit minimal de survie sur le dos. Leur façon à eux de rentrer véritablement en communion avec les éléments.

“Nous avons déniché un endroit totalement désert où il n’y a pas de route d’accès. Nous avions seulement en poche une carte IGN et quelques points GPS. Et, pour voisins de chambrée, quelques familles de renards. Je leur dois mon plus beau souvenir quand un matin j’ai ouvert la tente et que je suis tombé nez à nez avec toute une portée de petits renards polaires. J’ai vraiment eu l’impression de faire corps avec ce qui nous entourait”.

L’Antarctique

Un voyage comme un rite initiatique. “C’était magique. J’ai eul’impression d’entendre ce que je n’entendais plus, de voir à nouveau, de tutoyer les sommets et les étoiles. Je me sentais comme saoulé de nature. Ça peut sembler très naïf, mais ces lieux m’inspirent quelque chose d’infiniment simple”. Une reconnexion totale au terrestre, à la sensation brute.

Même si ses activités d’écrivain et de journaliste le raccrochent parfois violemment à une vie culturelle bouillonnante qu’il ne renie toutefois pas, Ismaël Khelifa a trouvé dans l’immensité de ces régions polaires son point d’équilibre. Une façon de s’extirper d’une réflexion intellectuelle pour renouer avec des instincts très primitifs et puiser, avec un infini respect, dans cette ressource qu’il souhaiterait inépuisable.

Aurore boréale, Islande

Avec ses romans jeunesse «Team Aventure: Opération Groenland» et le tome 2 «Team Aventure: Opération Manchots» aux éditions Poulpe Fictions, il s’adresse aux jeunes avec une confiance tendre, sans leçon de moral aucune. “Le but n’est pas de générer une prise de conscience, mais simplement de leur donner cette fenêtre ouverte sur un monde exceptionnel. Je veux juste montrer qu’on peut vivre des aventures hors du commun avec peu de choses. Pas besoin d’inventer des concepts ahurissants pour voyager”. Question d’angle.

C’est aussi un des enjeux de la nouvelle aventure qui attend Ismaël, celle de devenir papa. Vivre l’aventure au coin de la rue, parcourir des sentiers ici ou ailleurs et stimuler ce goût de l’expérimentation et de la rencontre avec l’autre. “Et quand même avoir un pied à terre en Islande, dans une petite ville inaccessible en voiture, où la nature se chargera de nous rappeler ce que nous lui devons et de nous reconnecter à ce que nous sommes, au fond”.

+ d’infos : www.facebook.com/michel.khelifa

Ismaël Khelifa et Alice Khelifa-Gastine

Gaëlle Tagliabue

Gaëlle Tagliabue

Journaliste
SURNOM : Gaz, Gazou et toutes ses déclinaisons les plus suspectes. PERSONNAGE DE FICTION : Mercredi de la Famille Addams, j’adore son côté dark et cinglant sous ses airs d’enfant sage. OBJET FETICHE : La chanson qui colle à l’instant, elle me suit partout. ADAGE : "Mon principal défaut c’est de les avoir tous…" C’est de mon père, j’adore cette phrase. JE GARDE : Mes amours, mes amis. JE JETTE : Mes emmerdes, quoique... La peur et le doute… mes poubelles sont pleines ! DANS 20 ANS ? En escale entre 2 voyages, en train de raturer un carnet noirci de belles histoires.

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

Philippe starck

Starck-system

JOYEUX BORDEL !

Bah dis donc, tu viens plus aux soirées, là ?! T'as tout loupé... Papillote et mamie hot au taquet, bolducs et moldus emballés, y a que Jean-Luc qui s'en est allé : les cheminées à ramoner étaient...
Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

Philippe starck

Starck-system

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

festival de films montagne

Les femmes et la montagne à l’honneur

Dessert ou goûter ?

Confiture de poires aux amandes

DES pâtes, oui mais…

Bolognaise crémeuse de potiron

URBANISME : LYON VILLEURBANNE

La nouvelle petite utopie de Villeurbanne

URBANISME en chablais

Des nouvelles du Chablais

Pin It on Pinterest

Share This