je me demande pardon

Coupable à l’origine

Si nous ne nous sentions pas a minima coupable, le monde serait à feu et à sang. La culpabilité est une limite à notre développement, mais elle est aussi une protection de notre conscience morale. A nous de distinguer quand nous avons à nous pardonner ou à nous faire la leçon.

« Tout le monde a péché puisque nous naissons tous pécheurs« , nous dit la tradition chrétienne. Et du péché résulte la culpabilité, éperdus que nous sommes, dans la recherche d’un état de sainteté invivable. Nous porterions tous en nous le poids du péché originel.

 

Pour la psychanalyse, elle est « originaire ». Le tout petit enfant vit son immaturité comme un défaut : ne pas pouvoir attraper cet objet, se déplacer comme il voudrait, réaliser librement ses envies génèrent une culpabilité et une haine de soi. Cette culpabilité, reliée au sentiment d’impuissance et d’imperfection, nous poursuit toute notre vie, que nous en soyons conscients ou pas. D’autres étapes du développement de l’enfant pourraient susciter, d’une vue analytique, des sentiments de culpabilité : la sexualité infantile et la masturbation coupable parce qu’insatisfaisante, et la phase oedipienne qui phantasme l’extermination du parent du sexe opposé pour lui piquer sa place. Ce qui ne se fait pas, surtout à 5 ans…

CULPABILITÉ OU REMORDS ?

Dans le monde des grands, la culpabilité est partout. Dans le couple, avec son patron, face aux difficultés scolaires de nos enfants, sur la balance avec ces 3 kilos en trop, au téléphone avec l’amie laissée tombée depuis 6 mois. La culpabilité rôde, prête à nous sauter à la gorge à tout faux pas. La psychologie bouddhiste distingue culpabilité et remords.

La première nous met en pièces, et nous nous complaisons dans la légitimité d’être mauvais, inadaptés, pas parfaits, avec un certain bénéfice : s’autoflageller est plus facile que de se pardonner. “Le pardon implique un lâcher-prise si profond qu’il ressemble à une mort”, précise la psychologue américaine Sharon Salzberg. Mourir à ses schémas, renoncer à se plaindre de soi alors que nous cultivons ainsi l’espoir sourd qu’une oreille amie nous rassure et vienne contredire notre vision de nous-même.

Se pardonner implique un lâcher-prise si profond qu’il ressemble a une mort… mourir a ses schémas, renoncer a se plaindre de soi alors que nous cultivons ainsi l’espoir sourd qu’une oreille amie nous rassure et vienne contredire notre vision de nous-même.

Le remords, lui, prend nos travers et nos comportements tordus à bras le corps, se demandant comment mieux faire la prochaine fois, ce qui est à comprendre de nos façons de fonctionner, de nos erreurs, afin de ne pas les reproduire. Le remords nous fait lâcher le passé. On passe dans le tambour de la machine à laver de l’auto-bilan, en ressortant essoré, mais propre. Il n’est pas question, ici, de fermer les yeux sur une action malfaisante que nous aurions commise, le pardon n’est pas une attitude passive, mais de cesser de se faire des reproches, en développant un sentiment d’auto-compassion. « Pour toutes les façons dont j’ai pu me faire du mal ou me blesser, consciemment ou inconsciemment, je me pardonne« *.

LA BIENVEILLANCE COMME ANTIDOTE

Nos culpabilités sont la plupart du temps disproportionnées. En réduisant l’intensité des plus rikiki, nous pouvons commencer à nous considérer avec plus de bienveillance. Nous nous traitons en général moins bien que les autres nous traitent. La capacité à se pardonner est fondamentale pour se dégager de l’emprise de l’aversion envers soi- même. Tant que nous restons prisonniers de nos anciennes actions, nous sommes incapables de vivre pleinement le présent. Notre cœur est fermé, notre univers est rétréci, nous sommes asservis au passé. Adoucissons l’idée que nous avons de nous-même et si la culpabilité persiste, apprenons aussi à mieux vivre avec.

+ d’infos : Stupeur dans la civilisation de Jean-Pierre Winter (Ed. Pauvert)
* L’amour qui guérit de Sharon Salzberg (Ed. Belfond)

Illustration : Sophie Caquineau

[social_warfare]
Nolwenn Huyart

Nolwenn Huyart

Chroniqueuse psychologue
SURNOM : Je n’en ai pas… Nolwenn, c’est déjà pas mal… PERSONNAGE DE FICTION : Le Bouddha, mais pas vraiment de fiction OBJET FETICHE : Gwen Ha Du (drapeau breton) et mâlâ (chapelet bouddhiste) ADAGE : «Notre peur la plus profonde n'est pas d'être inadéquats, mais d'être puissants au-delà de toute limite. C'est notre lumière, pas notre part d'ombre, qui nous effraie le plus. Nous nous demandons, qui suis-je pour oser être brillant, magnifique, talentueux, fabuleux? Mais en fait, qui suis-je pour ne pas l'être? » Marianne Williamson JE GARDE : le sourire (intérieur) JE JETTE : l’exigence DANS 20 ANS ? contemplant la Côte de granit rose, inspirant et expirant, moment après moment

COIFFURE EN DOUCE ALCHIMIE

POUR LE MEILLEUR ET POUR LA PIERRE

QUAND GYPSOPHILE, ROSES EN TISSUS OU PERLES NACRÉES SE CRÊPENT LE CHIGNON, FANNY GARCIA, ELLE, FAIT BRILLER LES CHEVEUX DES MARIÉES À SA FAÇON. HALTE À L’ACCESSOIRE RENGAINE, LA CRÉATRICE LYONNAISE ÉPINGLE SES BARRETTES EN PIERRE DANS NOS CRINIÈRES, ET ÇA ROULE !

Yann Chave, vigneron

L’amour en Hermitage
A Mercurol, le domaine Chave et fils, c’est avant tout l’histoire de Nicole et Bernard, qui donnent en 1969 le coup d’envoi d’un vignoble discret. En 1996, leur fils Yann en fait son terrain de jeu préféré, galets, argile et petits pieds, à vos marques, prêts ? Cep party !

mariée en Valérie Pache

les robes qui donnent des ailes

AVANT, C’ÉTAIENT DES PARACHUTES. APRÈS, CE SONT DES ROBES, À LA FOIS DÉLICATES ET FORTES EN CARACTÈRE, CONÇUES POUR LE MOUVEMENT, LA LIBERTÉ, LES GRANDS ESPACES. ENTRE LES DEUX, IL Y A EU LE GRAIN DE FOLIE DE VALÉRIE PACHE !

COIFFURE EN DOUCE ALCHIMIE

POUR LE MEILLEUR ET POUR LA PIERRE

QUAND GYPSOPHILE, ROSES EN TISSUS OU PERLES NACRÉES SE CRÊPENT LE CHIGNON, FANNY GARCIA, ELLE, FAIT BRILLER LES CHEVEUX DES MARIÉES À SA FAÇON. HALTE À L’ACCESSOIRE RENGAINE, LA CRÉATRICE LYONNAISE ÉPINGLE SES BARRETTES EN PIERRE DANS NOS CRINIÈRES, ET ÇA ROULE !

Yann Chave, vigneron

L’amour en Hermitage
A Mercurol, le domaine Chave et fils, c’est avant tout l’histoire de Nicole et Bernard, qui donnent en 1969 le coup d’envoi d’un vignoble discret. En 1996, leur fils Yann en fait son terrain de jeu préféré, galets, argile et petits pieds, à vos marques, prêts ? Cep party !

mariée en Valérie Pache

les robes qui donnent des ailes

AVANT, C’ÉTAIENT DES PARACHUTES. APRÈS, CE SONT DES ROBES, À LA FOIS DÉLICATES ET FORTES EN CARACTÈRE, CONÇUES POUR LE MOUVEMENT, LA LIBERTÉ, LES GRANDS ESPACES. ENTRE LES DEUX, IL Y A EU LE GRAIN DE FOLIE DE VALÉRIE PACHE !

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Vignerons – Stéphane Ogier

Côte à cote

Avec ses vins fins et ses millésimes sublimes, cette côte-là, rôtie à cœur, a su gagner les verres, séduire les palais et jouit aujourd’hui d’une sacrée cote ! Mais c’est à Ampuis qu’elle s’épanouit, entre les mains et les rangs de Stéphane… Ogier, Ogier, braves gens !

COIFFURE EN DOUCE ALCHIMIE

POUR LE MEILLEUR ET POUR LA PIERRE

QUAND GYPSOPHILE, ROSES EN TISSUS OU PERLES NACRÉES SE CRÊPENT LE CHIGNON, FANNY GARCIA, ELLE, FAIT BRILLER LES CHEVEUX DES MARIÉES À SA FAÇON. HALTE À L’ACCESSOIRE RENGAINE, LA CRÉATRICE LYONNAISE ÉPINGLE SES BARRETTES EN PIERRE DANS NOS CRINIÈRES, ET ÇA ROULE !

Yann Chave, vigneron

L’amour en Hermitage
A Mercurol, le domaine Chave et fils, c’est avant tout l’histoire de Nicole et Bernard, qui donnent en 1969 le coup d’envoi d’un vignoble discret. En 1996, leur fils Yann en fait son terrain de jeu préféré, galets, argile et petits pieds, à vos marques, prêts ? Cep party !

mariée en Valérie Pache

les robes qui donnent des ailes

AVANT, C’ÉTAIENT DES PARACHUTES. APRÈS, CE SONT DES ROBES, À LA FOIS DÉLICATES ET FORTES EN CARACTÈRE, CONÇUES POUR LE MOUVEMENT, LA LIBERTÉ, LES GRANDS ESPACES. ENTRE LES DEUX, IL Y A EU LE GRAIN DE FOLIE DE VALÉRIE PACHE !

Le Son du Vendredi : Lovely Day – Bill Withers

Il suffit de la 1ère mesure, même pas, des cinq 1ères notes de basse chaloupées, et je sens la chaleur dans mon ventre. Mes cervicales se dénoue, mon périnée se démobilise et ma ride du lion s’atténue… Le monde peut bien...

à la mode de chez nous

BOUTON D OR

LAURIE ANN NGUYEN, STYLISTE LYONNAISE POUR ENFANT, N’EST PAS TRÈS À L’AISE AVEC L’EXERCICE DE L’INTERVIEW ET NE S’EN CACHE PAS DU TOUT. UNE BARBOTEUSE ANTI STRESS ENTRE SES MAINS, ELLE ROULE EN BOULE L’HISTOIRE DE SON 16 RUE SAINT GEORGES DANS SA GORGE… ET QUE D’ÉMOTION !

Yves Cuilleron, vigneron

Lire entre les vignes

Les sages n’ont pas toujours une barbe blanche et la voix qui chevrote. En revanche, ils sont souvent plongés dans les livres. C’est le cas d’Yves Cuilleron, vigneron bien en chai du côté de Chavannay, entre raisins et bouquins, terroir et grimoires.

un sac désiré à mon image

APPELEZ-MOI DESIREE... DU PEPS, DU ROCK, UN PEU D’IMPERTINENCE ET NOÉMIE CREYX MET L’ACCESSOIRE À SAC. ALLERGIQUE AUX ESPRITS CARRÉS ET TENDANCES TOUTES FAITES, LA CRÉATRICE LYONNAISE DE RUE DÉSIRÉE DONNE LA SIENNE, FLASHY ET PLEINE DE TRALALA, ET NOUS PASSE LE BAG AU...

Stéphane Montez, vigneron

Bachique Instinct

Le sous-marinier navigue à l’oreille, le parfumeur compose au nez, Stéphane Montez, lui, vinifie à l’instinct. Entre bon sens paysan, hérédité, grain de folie et curiosité, le vigneron de Chavanay, perché sur ses hauteurs, ne manque pas de couleurs.

MEGHAN DWYER, SOMMELIERE

QUAND SYRAH, SYRAH

… WHATEVER WILL BE, WILL BE. QUAND ELLE ÉTAIT ÉTUDIANTE, MEGHAN DWYER ENVI- SAGEAIT SA CARRIÈRE ENTRE DIAPOS ET CADRAGE, LA VOILÀ POURTANT QUI OFFICIE AUJOURD’HUI ENTRE COTEAUX ET CÉPAGES. LE MONDE DU VIN L’A HAPPÉE, LA SYRAH L’A ENVOÛTÉE !

Pin It on Pinterest

Share This