la mère parfaite est une connasse !

1 Mai 2015

Soyons lucides les filles : aussi parfaites que nous le soyons et nous le sommes (ok, pour la lucidité, on peut en discuter, mais sur la perfection, je serai intraitable), nos gosses, eux, en revanche, en manqueront cruellement un jour ou l’autre. De lucidité. Parce que pour le reste, c’est quand même la chair de notre chair ! Et viendra le moment fatidique des reproches. Injustifiés s’entend. Alors, autant se mettre à l’aise tout de suite.

Du coup, on ne se formalise pas une seconde quand on vous prend, radieuse ET stoïque, en photo avec votre gamine hurlant à la mort derrière vous. Au pire, si le cliché est réussi, on recadrera ! Reste à gérer le regard médusé des passants. Deux solutions : feindre de ne pas connaître la gamine qui égosille un « Maaaaaamaaan » à votre endroit… Ou ? Ou ignorer ces inconnus. Selon toute vraisemblance, ce ne sont pas eux qui feuilletteront votre album dans quelques années en se remémorant l’indigne scène dans un fou rire !

Votre fils se roule par terre, imitant remarquablement la sirène d’alarme du grand magasin, et votre main vient alors malencontreusement tâter de ses fesses… So what ? Qu’une inconditionnelle de Françoise Dolto vous lance : “Ça ne lui fait pas du bien, ça, Madame !”, rétorquez : “Possible, mais à moi, si !” et c’est bien l’essentiel, on est toutes d’accord. Si vous êtes en forme, vous pouvez en remettre une couche : “Et accessoirement, il me remerciera un jour de ne pas ressembler à Carlos !”. Effet déculpabilisant garanti, ou remboursé.

Il n’y a pas de mal à donner deux cuillères de sirop pour la toux à ces petits excités pour qu’ils rejoignent Morphée au pas de course, si ça peut vous
permettre d’être ponctuelle à votre rencard avec Dr House. Les soirées avec un grand pervers, même sur le retour, ça ne se loupe pas ! Ok, le Time Shifting, c’est pas fait pour les chiens… Mais on ne met pas Hugh Laurie sur pause. Question de principe. Il nous en reste quand même. Mine de rien.

Et oui, ils peuvent mater 3 heures de Gulli, s’enfiler le stock annuel de Kinder, l’arroser de Get 27, nooon malheureux, le sirop de menthe, c’est pour maman !!! Pourvu qu’ils vous laissent danser avec les copines sur votre balcon, la musique sonorisant tout le quartier, jusqu’à ce que ces messieurs en uniforme s’invitent à votre sauterie (qui n’était pourtant pas déguisée, mais on peut négocier)… Ah non, ils ne s’invitaient pas ? Quel dommage… Le volume n’était pas si fort, regardez, les petits dorment sur le tapis ! Alors, hein… Ah? Pas les voisins?

Qu’on se le dise, on peut préférer un conseil d’administration barbant à la joyeuse kermesse de fin d’année… Au fait, surtout ne pas oublier d’en programmer un, la date de l’échéance redoutée s’approchant à grands pas. Je dis ça… Si ça, ce n’est pas de la perfection ?

Faut-il encore qu’on parle de lucidité ?

Lara Ketterer

Lara Ketterer

Lara Ketterer meneuse de revue SURNOM: enfant, c’était Tatouille, en rapport avec mon prénom... PERSONNAGE DE FICTION: depuis toujours : la femme piège, d’Enki Bilal, une reporter mystérieuse et un peu paumée en 2025... OBJET FETICHE: mon téléphone portable, un vrai doudou que je traîne partout ! ADAGE: vivre sans folie, ce n’est pas raisonnable du tout ! JE GARDE: mes yeux et mon esprit rock, toujours provoc ! JE JETTE: mes coups de blues, ça abime les yeux ! DANS 20 ANS ? Adulte ? presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This