Mâle et diction

Madame en a ras la covid !

Madame grommelle : “y’en a marre de la covid !”, elle éteint sa cigarette dans l’eau de son bain, se verse une flûte de champagne, constate que la bouteille est vide et la jette par la fenêtre ouverte… bruit du verre qui se brise sur le trottoir ! monsieur la réprimande : “ça ne va pas non ? tu aurais pu partager quand même !”

Et toi chère lectrice ? Ne partages-tu pas cet agacement profond, celui d’avoir perdu ta liberté de bouger, de penser et de faire ? Ton horloge biologique s’est-elle synchronisée à celle du couvre-feu ? Te reste-t-il de la peau non gélifiée sur les mains ? Avoue-donc que parfois tu aimerais bien exploser une durite : boire de la vodka au goulot devant le commissariat à 22 heures passées, réunir 50 fous dans ton jardin et danser toute la nuit en tirant un feu d’artifice plus beau que celui de ton mariage, embrasser avec la langue cet inconnu qui passe, pour la seule bonne raison qu’il te plaît et que tu as envie de sentir ton corps désirer autre chose que ta première injection !!!.

Joyeux anniversaire la Covid ! Un an… ça se fête !!!

Monsieur est également au bout de sa vie : “Et dire que maintenant, j’en arrive à apprécier les matchs de foot sans public, avec cris et applaudissements enregistrés, ça craint ! J’ai oublié jusqu’aux odeurs enivrantes de stade et de foule, ce doux parfum de sueur et de bière mêlées, de frites grasses et de fumigènes ! Mon moi part en déliquescence !” – Madame fait clapoter l’eau : “Enfin lucide mon pov’ Canard ! Cela fait longtemps que ton cerveau est passé à l’état liquide, entre filles, on t’appelle le Grand Bleu !” Loulou vexé : “Aargghh ! Que le monde féminin est cruel ! Ce pov’ cerveau te signale pourtant avec bienveillance qu’en pratiquant l’alcoolisme monbain de la sorte, tu vas finir avec les incisives plantées dans le carrelage !” Elle le salue en levant son verre, puis en savoure la dernière lampée : “Je ne bois pas, je me ressource à la source ! Sache que mojito et caïpirinha sont les pansements que nous, les femmes, appliquons sur les blessures infligées par le patriarcat ! Ah, s’autoriser un moment de douce folie entre filles pour éponger le reste… Alors ne me soûle pas, s’il te plaît, car mes copines me manquent, ouiinn !”

Comment sauver son couple de la noyade !

Canard est bien placé pour savoir que sa belle a raison (une fois de plus, grrr) et que ces temps de pandémie et de distanciation peuvent encourager l’outrance ! Regardez Sarko, les juges se lâchent et le condamnent à un an ferme ! Waou, un Président embastillé ! Carla va devoir remixer son titre « Les séparés »… Il paraîtrait même qu’au gouvernement ça disjoncte dans la surenchère : Gérard Darmanin s’est offert une Chienne de Garde pour pouvoir sortir légalement après 18 h, et Frédérique Vidal adore commander au Resto Universitaire des tajines et des couscous. Question boulettes, elle gère ! Loulou est interrompu dans sa rêverie car Madame sort du bain en tenue d’Eve/Bacchus… Elle cligne de l’œil, y aurait-il débauche sous roche ?

Illustration : Sophie Caquineau

Frédéric Charpentier

Frédéric Charpentier

Chroniqueur
SURNOM: Fred. PERSONNAGE DE FICTION: le professeur Keating du «Cercle des poètes disparus». OBJET FETICHE: ma paire de running. ADAGE: Carpe Diem. JE GARDE: les yeux, les mains, la bouche. JE JETTE: quasi tout le reste. DANS 20 ANS? un esprit dans le vent.

en chantier : Poisy

Poisy en plein boom !

Escapade en Bourgogne

un chateau de prince sarment

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This