parce qu’on ne sait jamais…

Par les temps qui courent, et surtout ceux qui reculent, vous souhaiter mes vœux avec légèreté serait d’une folle irresponsabilité. Et vous le savez : le droit chemin, ça me connaît… Je n’voudrais surtout pas finir en garde à vue, menottée à une chaise, lumière tamisée, uniforme boutonné, tension au taquet, prise dé’positions… Euh… foutu chemin de traverse !
Après consultation d’un avocat, voici donc la version corrigée de mes vœux, en conformité avec le principe de précaution inscrit dans la Constitution…

Je vous prie d’accepter, sans aucune obligation implicite ou explicite de votre part, mes vœux à l’occasion du solstice d’hiver et du premier de l’an, en adéquation avec la tradition, la religion ou les valeurs existentielles de votre choix, dans leur respect ou dans le respect de leur refus, ou de leur droit de manifester leur indifférence aux fêtes populaires programmées.

Ces vœux concernent plus particulièrement :

la santé : ceci ne supposant de ma part aucune connaissance particulière de votre dossier médical, ni d’une quelconque volonté de m’immiscer dans le dialogue confidentiel établi avec votre médecin traitant (ceci dit, le dossier de vos résolutions déjà classé au 15 janvier, on en parle ? Parce qu’il va falloir m’aider à un moment…).

la prospérité : étant entendu que j’ignore tout de la somme figurant sur votre déclaration de revenus, du montant des taxes et cotisations auxquelles vous êtes assujetti (mais moyennant un petit billet, je peux vous confier le secret de la mienne, de prospérité).

le bonheur : sachant que l’appréciation de cette valeur est laissée à votre libre arbitre et qu’il n’est pas dans mon intention de vous recommander tel ou tel type de bonheur (néanmoins, étant considéré comme contagieux, rouler une pelle à un contaminé serait le plus sûr moyen de l’attraper, j’dis ça…).

Clause de non-responsabilité légale :

en acceptant ces vœux, vous renoncez à toute contestation postérieure. Ces vœux ne sont pas susceptibles de rectification ou de retrait. Ils sont librement transférables à quiconque, sans indemnités ni royalties.
Ils sont valables pour une durée d’une année. A l’issue de cette période, leur renouvellement n’a aucun caractère obligatoire et reste soumis à la libre décision de l’expéditeur.

Ils sont adressés sans limitation préalable liée aux notions d’âge, de genre, d’aptitude physique ou mentale, de race, d’ethnie, d’origine, de communauté revendiquée, de pratiques sexuelles, de régime alimentaire, de convictions politiques, religieuses ou philosophiques, d’appartenance syndicale, susceptibles de caractériser les destinataires. Leurs résultats ne sont, en aucun cas, garantis et l’absence, totale comme partielle, de réalisation n’ouvre pas droit à compensation.

Après ce préambule, je me permets, donc, de vous adresser mes meilleurs vœux pour une bonne année 2018. Une année 2018 no limit ! (Vous noterez que dans un souci d’apaisement des esprits, je suis restée soft et je n’ai pas sombré à la tentation de vous la souhaiter en or’bite… bah non.)

Lara Ketterer

Lara Ketterer

Lara Ketterer meneuse de revue SURNOM: enfant, c’était Tatouille, en rapport avec mon prénom... PERSONNAGE DE FICTION: depuis toujours : la femme piège, d’Enki Bilal, une reporter mystérieuse et un peu paumée en 2025... OBJET FETICHE: mon téléphone portable, un vrai doudou que je traîne partout ! ADAGE: vivre sans folie, ce n’est pas raisonnable du tout ! JE GARDE: mes yeux et mon esprit rock, toujours provoc ! JE JETTE: mes coups de blues, ça abime les yeux ! DANS 20 ANS ? Adulte ? presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Charles-André Charrier

Dandy de grand Chenin

Le Bistro du Rhône

Rhône de composition

Quality street 

Du 16 au 19 septembre, ça chauffe aux anciennes usines Fagor Brandt lyonnaises ! Pour sa 5ème édition le Lyon Street Food Festival remet le couvert et pousse le bouchon avec une mouture culture and Food 100% nomade. Eparpillés sur plus de 23000 m2, chefs, pâtissiers,...

Les Insulaires – Film Documentaire

En novembre dernier, nous vous parlions du projet de l'architecte Adam Pugliese et du réalisateur Maxime Faure, en résidence dans le Quartier des Iles à Bonneville. De cette résidence, est né "Les Insulaires", un documentaire de 59 minutes, qui suit les habitants de...

Dans l’air

Bubu roi… des airs

Activités Air

Passez à l’air d’été !

Activités autour du feu

En feu-tu ? En voilà !

Thierry Martenon

Homme des bois !

Pin It on Pinterest

Share This