Quand recyclhome fait les poubelles…

24 Avr 2018

life is light

Bennes, encombrants et j’en passe, Alexandre Chauvelot, fait la vie belle aux poubelles ! Reconversion culottée, tombé dans la création un peu par hasard, le designer pro recyclage dit stop au gaspillage haut voltage et met nos déchets en lumière ! Et ça ne manque pas d’air !

Nous avions rendez-vous dans un coin perdu, à Sciez, dans une petite maison au milieu de nulle part. A l’entrée, un robot tout de fer et d’acier déboulonné m’accueille, le ton et donné, je suis à bon port ! Ecrous, ferraille et petites pièces éparpillées, l’atelier sans dessus dessous d’Alexandre déborde. La quarantaine, un peu baba cool et en toute simplicité, il nous ouvre la porte sur son parcours électrocuté !

ECLAIR’ÂGE

Enfant, il vouait une passion non dissimulée pour les jeux de construction. Monter, démonter et assembler, entre vaisseaux et superhéros, jusque-là rien de bien exceptionnel pour un garçon !

Mais la récup’, c’est tout autre chose : “Ma mère et ma grand-mère récupéraient tout. Tout avait une âme pour elles, même une petite cuillère ! J’ai été piqué tout petit. Aujourd’hui, mes amis gardent les poubelles pour moi. Quand on pense que certains n’ont rien à manger… Gâcher, c’est insupportable !”

S’engager dans l’architecture, l’humanitaire ou encore l’écologie ? Il aurait pu. Mais bizarrement, pas du tout. Il s’oriente dans des étudwes de compta gestion qui ne font pas long feu et embraye : “c’était pas mon truc, j’avais besoin de bouger. Etre coincé derrière un bureau, non merci ! J’ai vu Tom Cruise dans Cocktail, j’ai voulu faire barman et bille en tête, je me suis lancé.” Question impulsion, pas mieux !

Aussitôt dit, il enchaîne les étapes et il le fait bien. BTS hôtelier, conciergerie, Bristol, Fouquet’s ou Palais de l’Elysée, il travaille pour de grandes maisons, bien loin des bennes et des poubelles : “J’ai terminé intendant général pour un milliardaire, mais à 35 ans, j’ai pété un câble. Est-ce que ça vaut le coup de ne plus avoir de vie pour le luxe ? C’est de l’esclavage, on ne te laisse aucun choix, tu obéis et c’est tout. Je suis parti et je n’ai aucun regret !”

DÉCO LOGIQUE…

Il en fallait du culot pour tout plaquer ! Il se relève et commence à bricoler des meubles avec un ami. Ensemble, ils poussent le bouchon un peu plus loin et font les encombrants pour dénicher la matière première. Loin des paillettes et de l’opulence, une nouvelle vie s’avance, il y prend goût. Après quelques créations free style impossibles, le jeune créateur se cherche et jette finalement son dévolu sur une lampe… La lumière fut.

Planqué dans le loft de son beau-père à une centaine de kilomètres de Paris, on ne l’arrête plus. Il surfe sur le mouv’ et enchaîne les créations. Les formes sont classiques, un peu sommaires, mais ça cartonne ! Du matin au soir, il assemble visse et boulonne, produit à la pelle, mais vite, la place le rattrape, ça commence à douiller.

Pulsion et besoin d’ailleurs, entourés de ses frères et de sa fiancée, il délocalise la prod’, direction Annecy ! C’est parti !

A peine installé, Recyclhome est créé, 2016 va faire des étincelles !

Recycler du mobilier et des luminaires, ça, c’est son affaire ! Sa ligne de conduite ? Chacune de ses créations se doit d’être utile, pratique et déco et a, nec plus ultra, une garantie à vie. Hormis les ampoules, les douilles en fer et les câbles d’alimentation, tout vient de la récup’, tout est recyclable à l’infini. Comme ses aïeules, chaque pièce porte une histoire, à lui d’en tirer le meilleur et de raconter la suite. De vieilles machines à coudre immortalisées en licorne ou en mammouth déstructurés, une pièce maîtresse du Malabar Princess montée en lampe épurée… sous ses mains, les petits bouts de vie jetés en pâture repartent du bon pied.

LE COURANT PASSE…

En bois flotté, en métal et en acier, classiques ou saugrenues, ses pièces varient en fonction de son humeur, de l’inspiration du moment. “Je ne réfléchis jamais, je fais selon l’envie. J’écoute les pièces et si elles ne me parlent pas, je range mon atelier et en moins de deux, l’idée me vient. Par contre, pas plus d’une journée sur la même création, après ça me saoule !” Hermétique au ménage ou impatient perché, difficile à dire, mais ça marche ! Alexandre ne tient pas en place et produit en moyenne une à deux pièces par jour: “C’est le nettoyage le plus long. Pour le montage, ça roule, je suis une machine !”

Après avoir enfin retrouvé un équilibre, l’homme se déchaîne et entend maintenant élargir son concept, plus loin que la lampe. Occupé à la réalisation d’un barbecue Dark Vador, d’une Panthère déco ou d’une petite table en fer, il compte bien recycler à perpétuité. Prière de ne pas débrancher !

+ d’infos :
Instagram : @recyclhome
Facebook : recyclhome

Photos : JyHel

Magali Buy

Magali Buy

SURNOM : Mag... (d'ailleurs activ'mag c'est pour moi, non ?) PERSONNAGE DE FICTION : Xéna la guerrière OBJET FETICHE : mon piano, il m’écoute, me répond et me comprend mieux que personne. ADAGE : « si tout le monde sait où tu vas, tu n’arriveras jamais à ta destination. Laisse-les croire que tu dors.» JE GARDE : mon mauvais caractère, ma langue bien pendue, mon cœur ouvert et mes yeux verts JE JETTE : mon insécurité, ma cellulite et ma paranoïa... DANS 20 ANS : la même en pire, si c'est possible !

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Quelles clés pour fermer sa société ?

ET 1, ET 2, ET 3… POUR REPARTIR À ZÉRO

PSYCHO : FINIR SUR UN SOURIRE

Un adieu peut-il être joyeux ?

basta cosi !

Basta Cosi, c'est toute la cuisine traditionnelle italienne avec une pointe de modernité, une carte élaborée à partir des meilleurs produits venus directement d'Italie, pâtes fraîches artisanales, charcuterie italienne DOP et IGP, viandes et poissons frais. La pâte à...

DESSERT CRAQUANT

Chic, c’est l’été !

pIS pAUL, bEST OF

STARS AU COMPTOIR

RECETTE D’ÉTÉ

Pour changer des salades…

compléments élémentaires

Si… licium m’était conté

Pin It on Pinterest

Share This