un sac désiré à mon image

10 Sep 2020

APPELEZ-MOI DESIREE…

DU PEPS, DU ROCK, UN PEU D’IMPERTINENCE ET NOÉMIE CREYX MET L’ACCESSOIRE À SAC. ALLERGIQUE AUX ESPRITS CARRÉS ET TENDANCES TOUTES FAITES, LA CRÉATRICE LYONNAISE DE RUE DÉSIRÉE DONNE LA SIENNE, FLASHY ET PLEINE DE TRALALA, ET NOUS PASSE LE BAG AU BRAS.

PAR MAGALI BUY

Noémie Creyx

Quand j’arrive dans son atelier de Villefranche-sur-Saône, elle travaille en catimini, sur un nouveau modèle sans couture, façon origami. Parce que Noémie est comme ça, l’originalité en bandoulière, un rien provoc’, toujours prête au farfelu et hors de question qu’on lui impose un style. “Du fun, de la légèreté, ne surtout pas se prendre au sérieux, j’aime ce qui interpelle et ce qui dénote, le moment où la femme prend de la carrure, girl power !” Et quoi de plus important que d’être en harmonie avec soi finalement ? Pochette à paillettes, parka jaune ou baskets violettes, montrez qui vous êtes !

RAS LE CABAS

Mais à 40 ans, sous ses airs affirmés et un peu grande gueule, il y a surtout une personnalité restée dans les années 80, fan de Grease et Punky Bruwster, une identité sensible et décalée qui défend ses convictions depuis toujours : “Je me souviens qu’au collège, j’aimais mettre des jeans avec des robes par-dessus, on me disait souvent que je ne devais pas m’habiller comme ça, que ça ne se faisait pas. Et pourquoi donc ?” Croyez-moi ou pas, elle n’a pas franchement opté pour un col droit !

VIE DE BALUCHON

Et c’est avec volonté et instinct, qu’elle a bourlingué, avant d’atterrir devant sa vieille Singer dépoussiérée. “La couture n’est pas une vocation, le côté artistique, oui. J’ai eu un bac arts plastiques, j’ai bossé dans l’évènementiel et le spectacle, avant de tout abandonner pour partir en Slovaquie suivre le père de mon fils. Je ne connaissais rien ni personne, j’avais peur de m’ennuyer, alors j’ai emmené une machine à coudre…” Et là, c’est le coup de foudre ! Elle pique et surpique, brode, découvre le cuir. Elle suit les tutos et met les mains dans le cambouis comme elle dit : “C’était en 2009, j’étais jeune maman. J’ai commencé à faire des turbulettes. Je les voulais à la Lady Gaga avec des pics en molleton, des épaulettes et des jolis plastrons. Je faisais attention aux tissus et quelle infinie possibilité !

DANS LA POCHE !

Mais l’affaire n’est pas dans le sac. Il y a deux ans, exit la mode pour baby, l’idée lui prend de faire un disco bag pour sa sœur, un baluchon à doublure déjantée qui fait waouh. Marin musclé nu à moitié, Alice et son lapin pressé, imprimé façon Frida Khalo ou floral funky pop, si l’extérieur claque et fait briller, l’intérieur réserve bien des surprises ! “J’ai commencé par un exemplaire, puis les copines ont réclamé, alors j’ai récidivé. Du bleu, du rouge ou du mordoré, j’utilise des couleurs brillantes et acidulées, je peux personnaliser les broderies et le coton de la doublure, c’est kitch, parfois à la limite du mauvais goût, mais là est l’originalité, j’adore !” Et si Noémie se laisse aller à quelques délires visuels, aucune crainte : elle s’adapte aussi aux esprits plus réservés.

LA TÊTE DANS LE SEAU

Sacs seau ou disco, pochettes ou petite maroquinerie, chacun trouve son bonheur au coin de sa Rue Désirée et elle en fait une priorité : “J’ai choisi ce nom parce que je voulais un rapport à la ville, au fait d’occuper l’espace et de s’y sentir parfaitement bien. Au départ, j’ai tenté les stations de métro comme Wagram ou Abbesses, mais soit ça existait, soit personne ne connaissait. Puis l’idée de la rue est venue et j’ai trouvé celle-là, en bas des pentes de la Croix Rousse. Cette notion du désir, si importante dans l’ère du body positif, tombait parfaitement. Souvent, je me surprends à dire qu’il faut être sa propre étoile, que personne ne va nous dire quoi faire ou comment être, ni réussir à notre place. Si on a envie de porter un sac brillant, on le fait, tout simplement !

+ d’infos : http://www.ruedesiree.fr

Magali Buy

Magali Buy

SURNOM : Mag... (d'ailleurs activ'mag c'est pour moi, non ?) PERSONNAGE DE FICTION : Xéna la guerrière OBJET FETICHE : mon piano, il m’écoute, me répond et me comprend mieux que personne. ADAGE : « si tout le monde sait où tu vas, tu n’arriveras jamais à ta destination. Laisse-les croire que tu dors.» JE GARDE : mon mauvais caractère, ma langue bien pendue, mon cœur ouvert et mes yeux verts JE JETTE : mon insécurité, ma cellulite et ma paranoïa... DANS 20 ANS : la même en pire, si c'est possible !

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

ESSAIE ENCORE

Pour qui sonne le Gong ?

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

ESSAIE ENCORE

Pour qui sonne le Gong ?

Le son du vendredi : eclipse – xixa

Du bon son, Antoine de Caunes s'en est mis plein les oreilles depuis des années. Alors, quand au détour d'une interview (oui, oui, on se fait mousser...), il vous fait une prescription musicale, vous allez forcément écouter ! "Xixa (prononcer Tchi-Tcha, comme sur...

Une expo qu’on kiffe graff…

Pour changer de décor, c'est en intérieur que le street-artiste savoyard GraffMatt, que nous avions rencontré l'été dernier, expose ses oeuvres. Direction le 1er arrondissement de Lyon, et Fluxus, un restaurant-bar-galerie, lieu atypique nommé ainsi hommage au...

MÂLE ET DICTION

Loulou ab(l)onde dans le bon sens

STEPHANE DIAGANA

Haie d’honneurs

ANDRÉ DUSSOLLIER

D’André de jeu

POUR LE DESSERT !

Gâteau Napoléon

Pin It on Pinterest

Share This