chercher la chute

COURANT ALTERNATIF

NE VOUS FIEZ PAS À SA VOIX FLUETTE ET SON PETIT GABARIT, PRESQUE TIMIDE SOUS SA CASQUETTE : NOURIA NEWMAN EST UN CONCENTRÉ DE DÉTERMINATION ET DE TÉMÉRITÉ. LA PEUR SEMBLE GLISSER SUR ELLE COMME L’EAU SUR LES PLUMES D’UN CANARD… OU SUR LA COMBI NÉOPRÈNE D’UNE KAYAKISTE EXTRÊME.

PAR MELANIE MARULLAZ
Image : Spirit Falls USA 2018©Erik Boomer / Red Bull Content Pool

Nouria Newman © Teddy Morellec/Red Bull Content Pool

La frousse, la trouille, la pétoche, le trac ? Connaît pas. Nouria aborde les remous tranquilou, prend des bouillons comme d’autres des infusions, depuis qu’elle a 5 ans, elle est dans son élément au cœur des torrents. Elle a grandi au bord du Lac du Chevril, à côté de Tignes, et c’est devant le bateau d’un ami de la famille qu’elle écarquille les yeux la 1re fois. Il est bleu et jaune comme sa voiture Playmobil® qu’elle adore. Mais interdiction d’y monter, elle ne sait pas nager. En quelques leçons, c’est réglé. “Quand je suis arrivée avec mon certificat, mon père s’est senti obligé de m’emmener.”
Rapidement elle contre-gîte, dessale et esquimaute en club, sur le bassin international de Bourg St Maurice, La Mecque du kayak, et se retrouve, sans y avoir trop réfléchi, en compétition. “Pour moi, c’était Noël, tu partais en week-end avec les copains et tu ramenais des cadeaux à la maison, des paniers de bonbons, des bananes Crédit Agricole et des coupes en plastique fluo. L’idée de perf’, de progression, est arrivée plus tard. Mais j’ai l’impression que tu ne la voies pas venir : à 9 ans, tu fais tes courses comme ça et 10 ans plus tard tu es sur les circuits mondiaux. Ce n’est pas comme si tu avais fait un choix, en te disant : « je veux devenir champion ». C’est plutôt un travail de longue haleine, on te construit des objectifs, d’ailleurs ce ne sont pas toujours vraiment les tiens. Mais moi, ça me correspondait.”

blank

Rio Baker en Patagonie © Erik Boomer / Red Bull Content Pool

LIBRE COMME L’EAU

En ayant commencé si tôt, Nouria finit par tourner en rond sur le circuit traditionnel. Heureusement, au détour d’une démo de freestyle – figures acrobatiques avec un kayak plus court et plus large –, elle croise Nicolas Chassing, star locale de la discipline, qui convainc son père de l’inscrire à son 1er contest. A l’adolescence, elle pagaie donc à la fois en championnat du monde de Freestyle et championnat de France de slalom. “Ce n’était pas très bien vu, il y avait des a priori des deux côtés, comme en ski : ceux considérés comme psycho-rigides contre ceux qui ont une image de branleurs. Mais moi, je n’avais pas du tout envie de choisir. Du coup, pendant très longtemps, j’ai été vue comme la rebelle. Le problème, c’est que quand tu arrives avec cette étiquette-là, tu te fais un peu latter par les entraîneurs nationaux, et comme je ne me laissais pas faire… Finalement pour convaincre, ce qui marche le mieux dans ces cas-là, ce sont les résultats.” A 17 ans, elle décroche le titre de championne du monde de Freestyle, quelques années plus tard, c’est en slalom qu’elle monte sur la 2e marche du podium mondial, avant de dominer, de 2014 à 2017, les compétitions de kayak extrême. Ce que Nouria veut, Nouria l’atteint.

blank

Tree Trunk Gorge, Central North Island, New Zealand ©Graeme Murray/Red Bull Content Pool

ROCK ON THE WATER

Mais le monde du sport est ingrat. Une, deux mauvaises saisons, une petite baisse de motivation et “ciao bye, trop lente, trop vieille, à 26 ans… C’est la dure loi du haut niveau, il faut être bon tout le temps. Et quand tu te retrouves à faire des tours dans un bassin artificiel, sur une eau pompée, avec un tapis roulant qui te remonte pour ne pas perdre du temps, ou que tu fais ton stage hivernal aux Emirats Arabes dans une fausse rivière au milieu du désert, c’est très éloigné de ta vision du sport et de ce qui t’a fait aimer le kayak à 5 ans.”
Il y a 3 ans, Nouria arrête donc la compétition. Ce qui ne l’empêche pas d’être nommée pagayeuse de l’année, chaque année depuis. Car elle ne peut pas en rester là. Ce kayak qu’elle aime, elle n’a heureusement jamais cessé de le pratiquer avec son père, en loisir, souvent contre l’avis de ses entraîneurs, jusqu’à ce qu’ils comprennent que c’était, pour elle, un besoin vital. Elle a surtout lié de fortes amitiés avec les meilleurs kayakistes mondiaux, ce qui lui permet, depuis plusieurs années, de partir régulièrement ramer chez les uns et les autres, aux quatre coins du globe. Que ce soit au Canada, aux Etats-Unis, ou en Amérique du Sud, elle recherche toujours les mêmes frissons : “la glisse, évidemment, la sensation de force de l’eau, de chute libre, la force centrifuge et l’adrénaline dès que c’est dur… mais aussi la fierté de pouvoir résoudre les problèmes. Chaque rapide, c’est comme un problème de maths : comment j’assemble toutes les pièces du puzzle pour descendre ? Et quand tu arrives à compléter une 1re descente ou rapide très compliqué, c’est une immense satisfaction.”

blank

Spirit Falls USA 2018 ©Erik Boomer / Red Bull Content Pool

POOL NEWMAN

Depuis 2017, Nouria est sponsorisée par une grande marque de boissons énergisante, elle enchaîne notamment les aventures sportives et humaines aux côtés de deux Américains, kayakistes de l’extrême, Ben Stookesberry et Erik Boomer. En 2019, ils ont d’ailleurs réalisé plusieurs premières mondiales en Patagonie. “En attendant que le niveau d’eau baisse, on a donné un coup de main à une boîte de raft, en échange du gîte et du couvert. Puis on est partis vers le sud. On a souvent besoin d’aide pour trouver des tronçons de rivière, Google Earth a ses limites, alors on tape à la porte des fermes, et on finit par dormir chez les gens ; le fermier nous montre le chemin et nous, on doit lui ramener ses vaches égarées si on les voit. Il y a aussi des dames qui attendaient notre retour avec un ragoût, elles savaient qu’on serait gelés et affamés. Ce sont de belles rencontres, de belles histoires.” Leurs vidéos cartonnent sur les réseaux sociaux, mais la Savoyarde s’en méfie : “Soit tu deviens youtubeur et du fais les choses parce qu’elles vont plaire, soit tu fais ce que tu aimes. Moi, je ne veux pas être influenceur, je ne suis personne pour influencer, je veux juste être une athlète.”

UN ENDROIT POUR…

… en prendre plein la vue ?
Les Gorges du Verdon hors-saison sinon tu prends surtout des pédalos dans la figure !
… buller ?
Aller se promener dans les Bauges, c’est chanmé les Bauges !
… se dépenser ?
Partout en montagne, surtout dans les Ecrins.
… faire la fête ?
Je ne fais pas trop la fête, ça me gonfle d’être fatiguée le lendemain. Ma grande fierté, c’est de n’avoir jamais mis les pieds à la Folie Douce, je n’ai aucune envie de faire la fête avec 500 inconnus. Mais ça ne m’empêche pas de tomber dans des traquenards… Partout où c’est pas prévu, ça ce sont les meilleurs endroits pour faire la fête !…
… manger ?
Au restaurant le Monal quand tu montes à Ste-Foy-Tarentaise. Le vendredi, ils font des petits concerts, c’est un bon endroit pour un traquenard aussi…
Ton endroit doudou, celui où tu vas pour te ressourcer ?
Chez mes parents soit au Villaret, soit à Pau.

[social_warfare]
Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Restaurant Le Belvédère

restaurant Le Belvédère

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Restaurant Le Belvédère

restaurant Le Belvédère

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

les Z & la mode

insta clic, ça claque !

Les Z & la mode

Au delà des influences

les Z & la banque

questions de fonds

les Z & leur smartphone

balance ton portable !

CHAMPIONNAZ DU MONDE

FOULE CONTACTS

BON J’AVOUE, JE M’EN DOUTAIS DEPUIS UN BYE, JAMES, MON AMANT SO SEXY, EST MARIÉ ET AIME L’EXOTISME. DE LÀ À OPTER POUR
UNE CULTURE DE MASSE PLUS QU’UNE AGRICULTURE RAISONNÉE… IL N’Y A QU’UN COUP DE BÊCHE MAL PLACÉ…

les Z & leur job

work in progress ?

Pin It on Pinterest

Share This