styliste : maison athenaïs

13 Avr 2022

TÊTES À COIFFER

Jour J. S’il y a bien un jour où aucun détail n’en est vraiment un, c’est celui-là. À Genève, avec poésie et délicatesse, Maison Athénaïs s’occupe de la touche finale : des perles fines, de jolies pierres, des grains de blé ou des plumes irisées… Pour resplendir jusqu’au bout des cheveux, l’hair de rien.

©Philippine Chauvin

Ça commence souvent comme ça : une copine en galère à qui on ne peut pas refuser de l’aide.
Pour Laure-Anne Le Priol, c’était il y a quatre ans, quand une de ses amies, qui se marie en Espagne, veut absolument, comme ça se fait beaucoup là-bas, un «tocado», quelque chose d’imposant et d’unique à mettre sur son chignon. Se désespérant de le trouver, elle met Laure-Anne sur le coup. “Ça n’avait pas l’air sorcier, mais j’avais un peu peur, elle est assez pointilleuse et me montrait des pièces soudées, pour lesquelles je n’avais pas le matériel nécessaire. On a travaillé ensemble, en achetant des petits éléments partout, des feuilles, un peu de métal aussi…” Le résultat séduit jusqu’à la rédactrice en chef du magazine spécialisé Semarier.ch, dans lequel est publié le reportage du mariage, au point qu’elle lui commande une pièce pour la couverture de son prochain numéro. Laure-Anne n’a quasiment pas le choix, si elle attendait un signe pour se lancer, le voilà ! En quelques semaines, elle crée donc sa petite entreprise et son site internet.

©Mailys Fortune Photography

PIERRES ET ROCAILLE

Il faut dire que la jeune femme n’est pas tout à fait novice en la matière : les diadèmes, tiares ou autres coiffes de mariées, elle ne connaissait pas, mais les bijoux… “Les pierres précieuses m’ont toujours attirée. Quand j’étais petite, j’avais un atelier dans la maison de mes parents, en région parisienne. Une pièce pour moi toute seule où j’étais tranquille –on était quatre enfants, j’avais besoin de ce moment !– dans laquelle je pouvais rester des heures sans voir le temps passer, à faire, défaire… Avec des perles de rocaille au début, des petites choses d’enfant, de toutes les couleurs, et après, avec mon argent de poche, je partais à Paris, dans un magasin de perles rue des Archives, je mettais tous mes sous là-dedans et je trouvais des trésors, il m’en reste encore…
En toute logique, elle choisit d’en faire son métier et se forme aux arts et techniques de la bijouterie-joaillerie, rue du Louvre. Un tour du monde, deux enfants, un déménagement au bord du Léman et le mariage espagnol d’une copine plus tard, voilà donc la fringante trentenaire installée dans son atelier genevois à la Jonction, prête à confectionner des bijoux de tête pour mariées bohèmes ou sophistiquées, rock ou éthérée.

©Gunis Zalmezs

RUBANS ET CORAIL

Améthyste, lapis-lazuli, quartz rose ou blanc… Si les pierres semi-précieuses sont au cœur de ses bijoux, elle utilise aussi les perles fines, l’ambre, le corail, le bois ou le ruban. “Quand les clientes viennent à l’atelier, elles me parlent de leur projet de mariage ou de soirée, puis je leur donne un plateau en velours. Dans ma caverne d’Ali Baba, elles prennent tout ce qu’elles aiment, en couleur ou texture, et le posent sur le plateau, ça n’a pas d’incidence sur la forme. Ce qui est assez drôle c’est que, quasiment à 90%, elles ne repartent pas avec l’idée qu’elles avaient en venant. Elles arrivent souvent avec l’envie de quelque chose de fin, de pas trop voyant, et finissent par prendre des plumes !
De plus en plus souvent, on lui apporte également une ancienne boucle d’oreille ou la broche d’une grand-mère, chargée sentimentalement, mais difficile à porter, qu’elle intègre à sa création. Pour les fixer, Laure-Anne n’utilise aucune colle, elle brode l’ensemble méticuleusement au fil métal- lique. Un artisanat qu’elle décline en épingles, peignes ou autres bandeaux (avec la collaboration de la tricoteuse genevoise Reine des Pom’s) et qu’elle verrait bien un jour monter sur scène, pour coiffer danseuses ou comédiennes. Déterminée jusqu’au bout de la barrette, Laure-Anne sait où elle va : c’est une femme de tête(s) !

+ d’infos : insta : maisonathenais – FB : maisonathenaisgeneve maisonathenais.com

Mélanie Marullaz

Mélanie Marullaz

Journaliste SURNOM: Poulette. PERSONNAGE DE FICTION: Elastigirl. OBJET FETICHE: mon oreiller. ADAGE: à chaque Barba-problème, il y a une Barba-solution. (philosophie Barbapapienne) JE GARDE: mes épaules. JE JETTE: mes grosses cuisses de skieuse. DANS 20 ANS? la tête de mon père sur le corps de ma mère. presse@activmag.fr

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Pin It on Pinterest

Share This