essaie encore : je marche, tu marches…

4 Avr 2021

Lève-toi et marche

Number one de l’activité physique résistant (à 1 ou 20 km près, c’est selon) aux innombrables restrictions de nos us, j’ai nommé LA marche… ou devrais-je dire LES marches lookées à toutes les modes, chien en laisse au bout ou pas, question de style.  

Les salles de sport ont les devantures en berne et les télésièges des monticules de neige pour passagers givrés. Il nous reste néanmoins 2 ou 3 espaces, certes un peu fréquentés, mais passons, pour oxygéner nos pauvres neurones atrophiés. Pas question de rechigner. A chaque jour sa marche, perso, j’ai tout essayé… ou comment sauver son intégrité psychique. 
La marche nordique d’abord, de quoi me rappeler le planter de bâtons de feu mes virées ski. A grandes enjambées et amples mouvements de bras en appui sur des bâtons donc, le dos droit, le regard au loin. Athlétique, parfaite pour faire illusion. J’ai bien veillé à serrer les pectos et engager les abdos pour sculpter le haut tout en raffermissant le bas, pas de jaloux. 
Puis, j’ai cédé aux appels lancinants du sport tendance de l’hiver, qui l’eût cru, la raquette avec ou sans raclette à l’issue. Petit air d’empereur – le manchot pas celui au bicorne, pas la peine de se la raconter –, pieds en canards donc, j’ai pris la tangente pour couper à travers bois, sauté à pieds joints (ou presque) dans les champs de neige, couru les tresses en l’air avant de m’enfoncer la tête la première dans la peuf, de toute évidence plus fraîche que je ne l’étais au moment de m’extirper, bien seule au monde, d’une posture ventrale postérieur en pointe… peu académique. 

A petits pas 

Qui dit marche dans nos contrées, dit forêt, dit bain de forêt. Une fois passée la tentation de courir nue entre les arbres, ce n’est pas le propos, encore que ce soit tentant, avouez, et en prenant soin de choisir un créneau hors période de chasse et heure de pointe de la balade dominicale, j’ai pris l’option marche ressourçante. J’ai parlé aux arbres (je vous ai déjà dit que mon mental était sur le fil ?), caressé une écorce (oups coulée de sève, mains gluantes), humé une mousse (zut champignon suspect, j’appelle le centre anti-poison ?), laissé crisser les feuilles mortes sous mes pieds (fichtre c’étaient des orties, ça piiiiiique)… Bref, j’ai gorgé tout mon soûl de cette intarissable source de bienfaits… Il paraît que c’est apaisant (à condition de laisser son hypocondrie de côté ou d’inhaler au préalable une décoction choisie de plantes «médicinales»). 
Une autre marche dont le nom seul suffit à m’inspirer (toute autre décoction ou inhalation mise à part), la marche afghane. Une marche en pleine conscience qui s’appuie sur une vraie technique de respiration. Le principe : 3-1-3-1, 3 inspirations, 1 pause, 3 expirations, 1 pause. De quoi marcher plus longtemps, plus vite, plus loin (Citius, Altius, Fortius sort de ce corps de sportive née) et en rythme siouplait. Pas le choix, j’ai déposé mon cerveau sur le palier du toit du monde parce qu’entre l’effort et le mantra qui tourne en boucle. Je suis dé-ten-due – pause – re-la-xée – pause. 

Gaëlle Tagliabue

Gaëlle Tagliabue

Journaliste
SURNOM : Gaz, Gazou et toutes ses déclinaisons les plus suspectes. PERSONNAGE DE FICTION : Mercredi de la Famille Addams, j’adore son côté dark et cinglant sous ses airs d’enfant sage. OBJET FETICHE : La chanson qui colle à l’instant, elle me suit partout. ADAGE : "Mon principal défaut c’est de les avoir tous…" C’est de mon père, j’adore cette phrase. JE GARDE : Mes amours, mes amis. JE JETTE : Mes emmerdes, quoique... La peur et le doute… mes poubelles sont pleines ! DANS 20 ANS ? En escale entre 2 voyages, en train de raturer un carnet noirci de belles histoires.

ESPACE RENCONTRES

Trop de choix dans la « date »

BON SANG DE BON SENS

Le fer à tout faire

maquillée monochrome

EN MODE COLOR BLOCK

Suivez nous !

et ça, t’as vu ?

Antoine de caunes

I-Caunes du petit écran

DIDIER DESCHAMPS

We are Deschamp(ion)s

ESSAIE ENCORE

Pour qui sonne le Gong ?

Le son du vendredi : eclipse – xixa

Du bon son, Antoine de Caunes s'en est mis plein les oreilles depuis des années. Alors, quand au détour d'une interview (oui, oui, on se fait mousser...), il vous fait une prescription musicale, vous allez forcément écouter ! "Xixa (prononcer Tchi-Tcha, comme sur...

Une expo qu’on kiffe graff…

Pour changer de décor, c'est en intérieur que le street-artiste savoyard GraffMatt, que nous avions rencontré l'été dernier, expose ses oeuvres. Direction le 1er arrondissement de Lyon, et Fluxus, un restaurant-bar-galerie, lieu atypique nommé ainsi hommage au...

MÂLE ET DICTION

Loulou ab(l)onde dans le bon sens

STEPHANE DIAGANA

Haie d’honneurs

ANDRÉ DUSSOLLIER

D’André de jeu

POUR LE DESSERT !

Gâteau Napoléon

Pin It on Pinterest

Share This